Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1775 fois

Monde -

Medea Benjamin, de Codepink (USA) : la Marche pour la Liberté à Gaza a atteint 1.000 participants

Par

Medea Benjamin est co-fondatrice de Codepink et une des organisatrices de la Marche pour la Liberté à Gaza.

Plus de 1.000 délégués, venant de 42 pays, se sont inscrits pour participer à la Marche pour la Liberté à Gaza du 31 décembre, qui marquera le premier anniversaire de l’invasion israélienne et exigera la fin du siège qui pousse 1,5 millions de personnes au bord du désastre.

Medea Benjamin, de Codepink (USA) : la Marche pour la Liberté à Gaza a atteint 1.000 participants


Les organisateurs ont arrêté les inscriptions le 30 novembre pour donner aux fonctionnaires égyptiens suffisamment de temps pour préparer les formalités d’entrée du groupe à Gaza, mais aussi parce que le nombre de participants devenait difficile à gérer. « Personne n’a jamais emmené un groupe de cette taille à Gaza, » dit Ann Wright, coordinatrice, dont les compétences en tant que colonel de l’armée US à la retraite sont mises à profit pour organiser la logistique d’une telle masse de gens.

Depuis qu’ils ont clôturé les inscriptions le 30 novembre, les organisateurs ont été assiégés tous les jours par des demandes. « J’ai refusé de 15 à 20 personnes tous les jours, » dit Emily Siegel. « Ces dernières semaines ont été dingues, avec des emails arrivant de gens du monde entier qui voulaient se joindre à la Marche. Ca a été terrible de les refuser, mais au départ, nous avions pensé accepter 300 personnes, et aujourd’hui, nous en sommes à plus de 1.000. »

Les délégués internationaux espèrent rejoindre environ 50.000 Palestiniens à l’intérieur de Gaza, dont des étudiants, des enseignants, des travailleurs de la santé, des groupes de femmes, des fermiers et des pêcheurs. La Marche partira d’une banlieue nord de Gaza, où presque chaque immeuble a été dévasté pendant l’attaque israélienne, et continuera sur 5 kms jusqu’à la frontière avec Israël, à Erez. En même temps, des militants palestiniens et israéliens marcheront vers Erez depuis le côté israélien. A l’arrivée à la frontière, les participants des deux côtés lâcheront des ballons, des cerfs-volants et brandiront des drapeaux pour montrer leur solidarité mutuelle.

Marquant le premier anniversaire de l’attaque israélienne de décembre 2008, qui a fait plus de 1.400 morts et des milliers de blessés, l’initiative est destinée à attirer l’attention mondiale sur le siège qui continue à emprisonner les 1,5 millions de Palestiniens à Gaza.

Mais, les frontières étant toujours fermées, il n’y a aucune garantie que les internationaux soient autorisés à entrer à Gaza, qui est bordée par Israël et l’Egypte. Les deux gouvernements ont bouclé les frontières, mais les Egyptiens font quelquefois des exceptions.

C’est la raison pour laquelle Tighe Barry, un accessoiriste d’Hollywood qui est devenu le « solutionneur de problèmes » de la délégation internationale, est venu six fois dans la région ces derniers mois pour préparer la Marche. « Nous avons dit aux délégués qu’il n’y avait aucune garantie que nous entrions à Gaza, mais nous faisons tout ce qui est humainement possible pour convaincre les Egyptiens de nous laisser entrer, » dit Barry, depuis le Caire, où il passe ses journées à négocier avec le Ministère des Affaires Etrangères, en plus de courir partout pour s’occuper des hôtels, de la nourriture et des autobus pour 1.000 personnes.

La diversité de la délégation internationale est impressionnante, avec des gens venant d’Autriche et du Yémen, en passant par la Belgique, le Bangladesh et le Brésil. Des étudiants se sont inscrits, comme des personnes plus âgées, jusqu’à 80 ans. Il y aura parmi les marcheurs des juges, des médecins, des hommes d’affaire et des syndicalistes, des membres des différents clergés, imams, rabbins, prêtres. Des groupes se sont formés par affinités, artistes, femmes, anciens militaires, diplomates, avocats et travailleurs de la santé. Julia Hurley, une étudiante de New-York, a recueilli des milliers de dollars pour des fournitures scolaires qu’Israël a interdites.

Nora Hassanaien, étudiante britannique de l’Université de Warwick, a de la famille à Gaza qu’elle n’a pu voir depuis que les frontières sont fermées. « Voir les atrocités à la télévision l’année dernière et ne rien pouvoir faire m’a démoli, » se rappelle-t-elle. « Pour moi, cela représente énormément de faire partie d’une marche pacifique, avec des gens du monde entier unis en solidarité. »

Hilary Minch travaille sur le développement en Irlande. « Ce sera un moment extrêmement poignant d’aller à Gaza. Un moment plein de tristesse, étant donné ce que les gens de Gaza ont enduré, perdu, et continent de souffrir. Je veux être à leurs côtés et leur montrer ma solidarité. C’est le moins que je puisse faire. »

Les organisateurs encouragent les gens, dans le monde entier, à tenir des événements solidaires chez eux pendant la semaine du 27 au 31 décembre.

Pour trouver ou organiser une action dans votre région ou faire un don, visitez le site officiel de la Gaza Freedom March.

Pour des informations sur la Marche qui partira de France :

- Site de la Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP).

- EuroPalestine : Non au Blocus – Marche pour Gaza.

- Urgence Gaza.




Source : Maan News

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Monde

Même sujet

Actions

Même auteur

Maan News

Même date

9 décembre 2009