Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1731 fois

Gaza -

Message personnel

Par

Les gens m'ont demandé si j’avais peur. Ce dont j’ai peur, c’est de l'énormité de ces événements, du petit nombre d’étrangers qui sont là pour témoigner, et qu'il est difficile d'imaginer comment cela se terminera. Au cours des derniers jours, j'ai donné 30 interviews par téléphone, et deux par vidéo au monde extérieur qui, selon mes amis, se réveille lentement à cette catastrophe. Pourtant, environ 400 étrangers ont accepté l’offre d’Israël de partir par la frontière d'Erez aujourd'hui, et nous nous demandons quelle suite ils ont prévu s’ils ne veulent pas d'étrangers ici comme témoins.

Message personnel


Un bâtiment ministériel sur la droite : Voyez jusqu’où vont les impacts de l'explosion !


Je suis tellement heureuse d'être ici, d’être un petit signe à nos amis Gazaouis que des gens s’intéressent à eux. Et mes amis fabuleux m’envoient des messages de soutien, non seulement pour moi mais pour les Palestiniens, qui se regroupent pour les regarder et se les traduisent les uns aux autres, parfois avec étonnement et en souriant à la vue des vidéos des manifestations et des veillées.

J'ai dit à une amie locale aujourd'hui que des Israéliens vont manifester samedi contre les actions de leur gouvernement et ils avaient du mal à le comprendre. (Voir la manifestation de Jérusalem qui est déjà arrivée ici.) Je suis impatiente d’en montrer les photos et de tous les autres rassemblements qui vont avoir lieu avec elle et les autres.

Se trouver sous les bombardements est un lieu étrange, c'est certain. Jusqu'à présent, la plupart de mon petit groupe de l’ISM semble avoir la même réponse calme à ce scénario complètement dingue, et cela est utile.

Au cours de la journée, nous prenons der les taxis (en grande partie pour gagner du temps ainsi que pour la sécurité), s’ils vont là où nous devons aller. Si nous allons dans des zones dangereuses, ou la nuit, lorsque les taxis disparaissent, nous avons tendance à marcher. Nous préférons éviter d’avoir à demander aux gens de nous emmener dans des endroits dangereux.

La nuit, marcher à pied dans cette ville fantôme est plus facile avec un collègue comme compagnie. Tout le monde, y compris les chauffeurs de taxi, prennent des itinéraires détournés afin d’éviter autant que possible les endroits qui ont été bombardés (puisque les frappes répétées sont communes) ou les endroits qui pourraient être bombardés.


Conseil législatif Palestinien

Cette façon de faire est de plus en plus complexe. La nuit dernière, E et moi avons commencé à prendre la route de l'hôpital que nous avions prise la nuit précédente, en choisissant ce qui était avant la route la plus sûre. Nous n'avions pas réalisé (jusqu’à ce que la menace plane au-dessus de nous) que cette route qui passait hier devant l'élégant et massif Conseil Législatif Palestinien, était désormais recouverte d’un énorme tas de gravats.

Je suis impressionnée par la puissance énorme qu’il a fallu pour le détruire. Nous avons rapidement aperçu les décombres de loin, alors que des roquettes éclairaient de temps en temps le ciel au-dessus de nous, juste à temps pour nous de couvrir les oreilles.

Environ 14 mosquées ont été bombardées depuis samedi. Auparavant, après avoir couvert la destruction de la mosquée, qui a également tué les filles Balisha, V et moi voulions passer devant une magnifique mosquée à Jabalia. Un vieil homme nous a expliqué que nous avions pris le mauvais chemin et que nous devions revenir en arrière pour passer devant ce qu'il a appelé le "Moustique". Nous l’avons fait. J'ai entendu hier qu’elle n'existe plus.


Ancienne demeure du gouverneur

Il y avait une belle maison avec vue sur la mer dans la rue Charles de Gaulle, entourée par l'un des rares jardins à l'herbe verdoyante. En août, lorsque j'étais venue ici, je m’étais glissée à travers les grilles pour y entrer. J'ai découvert hier qu’elle est réduite à l’état de gravats, l'escalier blanc ne monte nulle part maintenant.

On m’a dit que c’était la demeure du gouverneur à l'époque de la domination égyptienne dans les années 50, qui était principalement utilisée depuis les années 60 pour accueillir des dignitaires, un bâtiment historique. Ce n’était la maison de personne. Les médecins d’Al Qods nous ont dit que la plupart des objectifs des dernières nuits à Rafah étaient des maisons.
Je pensais aux décombres, et comment ils se ressemblent tous, bien que les bâtiments étaient tous différents lorsqu’ils étaient debout. Et comment c’est fatigant et triste de les dégager à la main lorsque vous n’avez peut-être pas assez mangé ou dormi suffisamment. Surtout si ce sont les décombres de votre propriété.

Mon oncle a téléphoné aujourd'hui, il a été surpris de constater que, parmi toutes les choses importantes qu’il aurait pu m'interrompre de faire, j'étais en train de me laver les cheveux. Je n'ai pas dormi une seule nuit à la maison depuis que les frappes ont commencé, mais j’avais réussi à revenir pour une fois pour me laver. Et manger de la confiture à la cuillère car c’est la seule nourriture qu’il y ait dans la maison.

Au moins un secouriste a été blessé aujourd'hui. Ahmed Eid, 25 ans, tentait de sauver des personnes dans la maison de la famille Babish qui venait juste d’être bombardée dans le secteur de Sheikh Radwan, à l’est de la ville de Gaza, vers 16h, quand des avions israéliens ont profité de l'occasion pour lancer une seconde frappe.
6 à 7 civils ont été blessés et Ahmed a dû avoir des points de suture à la tête. On m’a dit qu’un autre secouriste avait été blessé.
3 enfants ont été tués par les bombardements à Khan Younis.

À 13h30 cet après-midi, le Dr Hasan Khalef d'Al Shifa nous dit qu’au cours des dernières 24 heures, 20 enfants ont été tués et 112 ont été blessés, et que 8 femmes avaient été tuées et 135 blessées. Ismail, le troisième enfant de la famille Hamadan, est décédé hier de ses blessures.

Les habitants de Gaza ont eux aussi pleuré la mort des jeunes de Nilin qui ont été tués par des soldats israéliens pendant une manifestation en Cisjordanie contre les bombardements dans la bande de Gaza : Arafat, 22 ans, qui est mort ce jour-là, et Mohammed, 18 ans, qui s’est fait tirer dessus à 3 reprises par des soldats israéliens et qui est décédé de ses blessures hier.

Pour être tout à fait honnête, si cela dure pendant des semaines, je ne pense pas que l’ensemble de mon groupe de l’ISM restera en vie. Mais notre vie n’a pas plus de valeur que celle de la population de Gaza.

Source : http://talestotell.wordpress.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Incursions

Même auteur

Sharon

Même date

3 janvier 2009