Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1205 fois

Gaza -

Moissonner sous les tirs à Gaza : Nous devons continuer à travailler notre terre (vidéo)

Par

23.04.2012 - Aujourd'hui nous sommes allés moissonner avec la famille de Ahmed Saadat. Nous sommes arrivés à Khuzaa vers 7h du matin pour rencontrer Ahmed. Il nous a dit que les Israéliens avaient déjà tiré sur sa famille lorsqu'elle va travailler sa terre, à 300m de la frontière et en pleine zone tampon. Nous nous y sommes rendus et on sait immédiatement qu'on est dans la zone interdite, il n'y a pratiquement aucune culture, plus un seul arbre et tout est détruit, seule l'herbe y pousse.

Moissonner sous les tirs à Gaza : Nous devons continuer à travailler notre terre (vidéo)

Ahmed et sa famille ont commencé à travailler ce qui leur reste de champ, dix personnes à genoux moissonnant le blé à la main, l'arrachant et le liant en gerbes pour l'emmener à une batteuse. Par le passé, ils auraient peut-être loué une moissonneuse-batteuse pour ne pas avoir à le faire à la main, mais aujourd'hui, il est dangereux de faire venir du matériel dans la zone interdite, alors ils travaillent manuellement.

Vers 7h45, un humvee des forces de l'occupation israélienne est apparu sur la colline, au nord d'où nous nous trouvions. Des tirs n'ont pas tardé à partir, directement dirigés sur les fermiers. Vers 8h du matin, des soldats dans une tour à côté du humvee ont tiré une grenade lacrymogène qui est tombée à 400m de nous, bientôt suivie de tirs.

Les balles ont sifflé à nos oreilles, ricochant sur le sol autour de nous, la plupart à moins de 20m. Les fermiers avaient peur mais la plupart d'entre eux sont restés travailler. Ils ont peu de choix, les forces de l'occupation tirent massivement dans ce secteur et ils ne peuvent éviter d'être des cibles pendant qu'ils essaient de moissonner.

Une ou deux minutes après, les tirs ont cessé. Puis le humvee est descendu de la colline et s'est déplacé le long de la frontière. Toute la matinée, il a fait des allers et venues le long de la frontière, accompagné par deux jeeps.



Les fermiers ont continué leur moisson, et vers 8h30, Ahmed a reçu un appel téléphonique, venant de l'organisation Ma'aan. Ils disaient que la Croix-Rouge avait appelé pour leur demander de dire à Ahmed de quitter la zone, d'aller à deux km de la frontière à cause du danger. Les forces de l'occupation avaient appelé la Croix-Rouge pour leur demander qui nous étions, et si nous étions des internationaux accompagnant les fermiers.

Ahmed s'est mis à rire, à 2km, c'est l'autre côté de Khuzaa. Les fermiers ont continué à moissonner jusque vers 11h, Ahmed nous parlant de sa famille. Comme la plupart des Gazaouis, ils sont réfugiés. Sa famille vient de Salame, près de Jaffa, d'où elle a été expulsée en 1948. Elle a toujours les documents prouvant qu'elle est propriétaire de la terre dont elle a été chassée. Aujourd'hui, elle travaille sur la terre qu'elle a réussi à acheter à Gaza au fil des ans.

Il dit, "Que dois-je faire ? Les Israéliens nous ont chassés de notre terre, ils continuent de la voler, ils nous tirent dessus, mais nous avons besoin de ce blé pour vivre, nous devons continuer de travailler notre terre."

D'autres photos ici.


Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Résistances

Même auteur

Nathan Stuckey

Même date

27 avril 2012