Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1227 fois

Jénine -

N'attendez pas de nous que nous abandonnions la lutte !

Par

Interview d'Akram Abu Sbaa, responsable du Club des prisonniers dans le district de Jénine, réalisée le 26 juin 2007

Cette nuit, notre ami Akram a été tué à Jénine. En son hommage, nous rediffusons l'entretien qu'il avait bien voulu nous accorder en juin dernier.
En tant que militant contre l'occupation sioniste, c'est certainement la pire des morts qu'il aurait souhaitée : être tué par un frère, un Palestinien.
Voilà ce à quoi mène cette abominable occupation sioniste de la Palestine que nous devons TOUS combattre, Juifs ou Non-Juifs.

N'attendez pas de nous que nous abandonnions la lutte !



Photo ci-contre : Akram Abu Sbaa, responsable du Club des prisonniers dans le district de Jénine




Combien y-a-t'il de prisonniers de Jénine dans les prisons israéliennes ?

Il y a aujourd'hui plus de 11.000 Palestiniens qui croupissent dans les prisons israéliennes, dont 1.852 sont du district de Jénine.

Plus de 1200 sont en détention administrative sans aucune charge contre eux et la plupart sont emprisonnés dans la prison du Negev soit à plus de 150 km de Jénine, ce qui pose de graves problèmes à leurs familles pour leur rendre visite.
Certains sont emprisonnés sans accusation depuis 5 ans.

Leur peine est renouvelée tous les 6 mois. D'autres, par contre, passent 6 mois en prison et sont libérés sans raison et sans avoir été jugés.

Les prisonniers vivent vraiment dans une situation terrible. D'abord, ils sont arrêtés chez eux de façon arbitraire. Ils ont les mains liées, les yeux bandés, ils sont emmenés pour interrogatoire, souvent torturés. Ensuite ils sont emmenés devant un juge mais le juge est israélien. Nous essayons de leur donner de bons avocats mais souvent sans résultat puisqu'il n'y a pas de justice.

Ils sont ensuite incarcérés dans des prisons bondées. Ils vivent dans environ 2 mètres carré. Il n'y a pas de soins médicaux, pas d'hygiène. La nourriture est dégueulasse et elle n'est pas fournie en quantité suffisante. Ils ne sont autorisés qu'à une demi-heure de promenade par jour.

Il y a de nombreux cas de prisonniers malades et ils ne sont pas autorisés à se faire soigner à l'extérieur de la prison.

Certains sont aussi incarcérés dans des cellules seuls depuis plus de 3 ans, sans voir personne. Rien qu'à Jénine, entre 3 et 400 prisonniers sont dans ce cas. Ils deviennent complètement fous.

Les surveillants de la prison entrent souvent la nuit pour fouiller les cellules. Ils les attaquent et les obligent à sortir pendant la fouille, parfois nus. Ils les traitent comme des animaux.

La Croix Rouge emmène les familles rendre visite aux prisonniers 2 fois par mois. Ces familles doivent s'absenter 24 heures en raison de la distance pour les voir seulement 20 à 30 minutes.

Parfois, on leur dit que le prisonnier n'est pas dans la prison, qu'il a été déplacé ou qu'il a été puni, donc la famille ne peut pas le voir. Si le visiteur fait la moindre erreur, que ce soit dans son comportement ou son regard, il n'a pas le droit de lui rendre visite.

Il y a quelques mois, dans les prisons du Negev et de Gilboa, les Israéliens ont installé des pièces équipées de caméras où les visiteurs doivent se déshabiller, même les femmes, avant de rendre visite aux prisonniers.

Nous avons informé la Croix Rouge et nous les avons interrogés pour savoir qui se trouvait derrière les caméras. La direction de la prison a déclaré qu'il n'y avait personne dans la pièce avec les visiteurs et que les personnes derrière les écrans de télévision étaient des femmes.

Habituellement, pour obtenir plus de nourriture, plus de chocolat, plus de cigarettes, pas comme dans la vie normale mais un minimum, les familles donnaient environ 500 sheckels par mois au prisonnier mais aujourd'hui personne ne peut les donner. Personne n'a d'argent.

Vous ne pouvez pas imaginer à quel point la situation des prisonniers est dramatique.

Lorsqu'ils sont emmenés au tribunal, ils se font souvent tabasser. Ils sont aussi souvent transférés d'une prison à une autre (souvent du nord au sud) et c'est presque toujours l'occasion de les tabasser ; c'est aussi un moyen de rendre très difficiles les visites des familles.

Les autorités de la prison empêchent aussi souvent les familles de rendre visite aux prisonniers en prétextant des raisons de sécurité.



Combien avez-vous d'avocats ?

Dans le Club des Prisonniers à Jénine, nous n'avons que 3 avocats palestiniens pour traiter les cas des 1800 prisonniers et ils ne sont pas très à l'aise face au juge israélien.
Ce sont des avocats vivant en Palestine occupée et le juge représente Israël, la puissance occupante.
Et les familles n'ont pas assez d'argent pour s'offrir un avocat étranger.



Et les familles des prisonniers ?

Elles sont vraiment très pauvres et affrontent de nombreuses difficultés ; les enfants trainent dans les rues, ils ne vont pas à l'école, ils font des bêtises.
Tout est vraiment terrible pour les prisonniers. Ce sont des morts-vivants. Ils sont morts.
Chaque famille de prisonnier a une histoire dramatique à raconter.


Ils sont souvent innocents avant d'être emprisonnés ?

Oui, la majorité des prisonniers de Jénine sont innocents et même les combattants sont innocents.
En effet, Israël occupe notre terre et le droit international nous autorise à défendre nos villes, nos villages, nos camps de réfugiés, nos terres, il nous donne le droit de résister à l'occupation.

Mais j'aimerais vous poser une question : qu'est ce qui donne le droit à Israël de nous attaquer ?


Combien de personnes Israël arrête-t'il chaque jour ?

Au moins entre 20 et 30 Palestiniens par jour. Ils les kinappent en majorité dans leurs maisons et depuis à peu près 4 mois, ils viennent chaque nuit dans le camp de réfugiés de Jénine, ils cernent les maisons, ils lancent des bombes assourdissantes, ils tirent, ils utilisent des chiens. C'est vraiment effrayant, en particulier pour les enfants.

Ils demandent à l'ensemble de la famille à sortir de la maison, y compris les bébés et les personnes âgées, ils fouillent la maison et détruisent tout à l'intérieur.


Pouvez-vous nous parler de la torture ?

D'abord, lorsqu'ils vous arrêtent, ils vous attachent les mains dans le dos et ils vous posent un bandeau sur les yeux.
Ensuite, ils vous laissent dormir sur le sol pendant 1 ou 2 jours sans venir vous voir.

Puis ils vous attachent les jambes et les pieds et ils vous installent sur des chaises dans des positions très inconfortables pendant de nombreuses heures ou ils vous obligent à rester debout pendant plusieurs jours.
Ils vous empêchent de dormir pendant 3 ou 4 jours, en diffusant de la musique à fond ou en faisant couler de l'eau. Ils utilisent également des cordes. Ils utilisent de nombreux moyens pour nous torturer.
Ils embarquent votre famille et vous menacent de leur faire subir des mauvais traitements. Ils vous disent des choses terribles sur votre famille.
Ils utilisent de nombreux moyens pour nous détruire physiquement et moralement.


Pensez-vous qu'il y aura rapidement un échange de prisonniers contre Gilad Shalit ?

Je n'ai pas confiance dans les Israéliens. Je ne peux pas leur faire confiance. Ce sont des menteurs.

Ce serait une chance pourtant de libérer tous nos prisonniers parce que les mères israéliennes ne sont pas différentes des mères palestiniennes. Elles ont des sentiments.
La mère de Gilad Shalit aime son fils, elle s'inquiète pour son fils et elle voudrait qu'il rentre à la maison. Les mères palestiniennes veulent que leurs fils rentrent à la maison.

J'espère que Gilad Shalit sera libéré et j'aimerais qu'il retrouve ses parents et j'en serai heureux. Mais aussi, j'aimerais que mes frères, tous les prisonniers puissent rentrer chez eux. C'est seulement de l'humanité.



Mais peut-être qu'Israël a peur que ces prisonniers reprennent ensuite les armes ?

Si vous, la communauté internationale et les Israéliens, voulez que nous cessions le combat, c'est vraiment très facile : quittez notre terre et laissez-nous vivre seuls ! Mettez fin à l'occupation.
Il n'y aura plus d'armes, il n'y aura plus de souffrance.

Pourquoi prenons-nous les armes ? Pourquoi nous battons-nous ? Pourquoi résistons-nous ? C'est simple, c'est parce que c'est notre terre et qu'elle est occupée.

Supprimez la raison et nous n'aurons plus besoins des armes, nous n'aurons plus besoin de résister et de lutter. Il n'y aura plus de prisons et de prisonniers. C'est très simple.

Ne nous demandez pas de cesser de résister pendant que les Israéliens occuperont notre terre. Tant qu'il y aura l'occupation, il y aura une résistance à l'occupation.

C'est aussi simple que ça. Nous n'abandonnerons pas la lutte et cela nous est interdit.
Qu'attendez-vous de nous ? Que les Israéliens tuent nos fils, détruisent nos vies, volent nos terres et que je leur offre des fleurs, des roses ?
Non, ils doivent prendre des balles ! Et vous devez nous accorder ce droit !



Mais toutes ces colonies, ce sera difficile de les évacuer?

Ce n'est pas notre problème. Ils peuvent, s'ils le veulent, retirer leur armée et tous leurs colons.
Vous avez pu retirer vos 900.000 colons d'Algérie, ils peuvent se retirer de Palestine.

Nous leur avons donné un grande partie de la Palestine Historique et il ne nous reste plus que 22%. Pourquoi est-ce aussi difficile de nous laisser seulement 22 % ?

Et pourquoi ne pouvez-vous pas nous aider ? Vous avez été capable de destituer Sadam Husseim en Irak et libérer l'Afghanistan, le Kosovo ? alors ?

Vous avez été capables de battre Hitler pendant la Seconde Guerre Mondiale et libérer votre pays. Pourquoi en Palestine est-ce aussi difficile ?

Alors je vous fais une promesse. Si c'est tellement difficile de faire partir les Israéliens de Palestine, alors nous allons rendre leur vie aussi difficile que la nôtre. Si notre vie est difficile, la vie des Israéliens doit être aussi difficile, c'est tout.

Nous sommes habitués à vivre avec les checkpoints, les prisons, etc. et les Israéliens seraient incapables de vivre dans notre situation.
Nous sommes habitués à vivre dans des conditions difficiles et ne croyez pas une seule seconde que nous abandonnerons.
Nous pouvons cesser la lutte un certain temps mais nous la reprendrons.

Il n'y a que deux solutions : soit ils se retirent de nos terres, soit ils tuent tous les Palestiniens ! Nous avons le temps, nous pouvons attendre.

Mais pouquoi ne nous accordez-vous pas un peu de justice ? L'europe entière a souffert de l'occupation, donc cela devrait être facile pour vous de nous comprendre, de nous aider.

Les Juifs ont pourtant souffert pendant l'Holocauste, comment peuvent-ils nous faire la même chose ? Ca, je ne peux pas le comprendre.

Comment les Juifs peuvent-ils se permettre de nous imposer cette vie ?
Ils devraient être plus respectueux de la vie parce qu'ils ont souffert énormément. Mais ils font l'inverse, ils deviennent des assassins et ils tuent de plus en plus.

Mais n'attendez pas de nous que nous abandonnions la lutte ! Nous vivons tous actuellement dans une grande prison à ciel ouvert. C'est très facile pour eux de fermer la prison.

Ils nous est interdit d'aller en Palestine48, d'aller à Jérusalem, d'aller à Amman.

Nous avons besoin d'obtenir une autorisation, seulement pour aller en Jordanie (à 50 km de Jénine). Nous sommes donc aussi des prisonniers d'un autre genre.

Regardez aussi Gaza : c'est une immense prison.



Quel espoir pour les prisonniers ?

Il faut que nous puissions kidnapper d'autres soldats israéliens. C'est notre seul espoir. Nous avons des prisonniers depuis 40 ans. Maintenant, dans chaque famille, tout le monde pense que c'est la seule solution.



Vous avez été emprisonné ? Pourquoi ?

Pas longtemps : seulement 4 mois. J'ai été arrêté seulement parce que je suis Palestinien et que j'habite dans le camp de Jénine. Je ne suis pas un combattant.
Je suis actif dans les comités locaux. J'aide les gens, les étudiants, les prisonniers. Je leur donne des documents, des avocats, j'aide leurs familles. Je suis juste un militant du Fatah et c'est normal pour moi d'aider mes compatriotes.
Voilà la raison de mon arrestation comme celle de nombreux palestiniens.

Quand on voit que les Israéliens ont arrêté une grande partie des députés du Hamas et que l'Occident n'a pas bougé : c'est quoi la démocratie pour Israël ?? Une démocratie de cow-boy !

J'aimerais un jour pouvoir parler à un Israélien qui sert dans l'armée face à face en le regardant bien dans les yeux et j'aimerais lui parler des meurtres qu'ils ont commis et qu'ils continuent de commettre.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jénine

Même sujet

Interviews

Même date

6 septembre 2007