Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3212 fois

Gaza -

Notre vie à Gaza

Par

> collegeramla@yahoo.fr

Témoignage rédigé par les jeunes filles du club francophone du collège Ramla, avec l'aide de Mme Liliana Olaru, et envoyé par M. Bassem Abou Draz, tous les deux professeurs de français.

Nous, à Gaza, on a une vie difficile : blocus, coupures d'électricité, manque de carburant. Mais on est jeunes, pleines d'optimisme, on joue, on chante, on saute, on plaisante. Pendant la récréation à l'école, les petits ou les grands élèves jouent, rient, courent...C'est normal à cet âge. À la maison, on partage les joies et les tristesses avec nos parents, frères et sœurs. Aujourd'hui, on aura l'électricité à 22h, d'après le programme quotidien. Moi, je peux attendre pour terminer mes devoirs mais mon petit frère s'est endormi… Il a encore un petit devoir à faire, il le fera demain matin… pas d'électricité ! Tant pis ! C'est la situation.

Notre vie à Gaza

Mon père a une voiture ; la nuit précédente, il a dormi à la station d'essence pour pouvoir le remplir. Ma cousine est malade, je ne sais pas exactement ce qu'elle a. À Gaza, on ne peut lui faire l'opération nécessaire, on n'a pas de conditions et voyager, c'est presque impossible. Vous me dites pourquoi ? Parce que les points de frontières sont fermés, soit Eretz, soit Rafah. Alors que pourrait-on faire ? Attendre, mais la mort n'attend pas. Ma cousine est morte et une semaine après, la permission de voyage est arrivée…Triste, non ?

Le bébé de notre voisine a besoin d'un lait spécial qui ne se trouve pas à Gaza ; il arrivait parfois par les tunnels, mais vous savez qu'ils ont été détruits, donc pas de lait, pas de médicaments, pas d'essence…. N'oubliez pas les orphelins ou les épouses des martyrs qui ont besoin d'aide, parfois refusée au point de frontière.

Que dire du chômage ! Le taux a augmenté et presque 80% de gazaouis ne travaillent pas, ce qui conduit à une situation économique catastrophique tandis que les prix des produits alimentaires sont en hausse.

Les gens ne peuvent pas voyager dehors pour travailler parce que le point de frontière est fermé ; même s'il ouvre, ceux qui vont voyager sont les malades (très malades) et ceux qui ont un visa étranger.


Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Blocus

Même auteur

Club francophone du collège Ramla

Même date

26 novembre 2013