Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3053 fois

Gaza -

Nous avons à nouveau forcé le blocus maritime

Par

8.11.2012 - Nous sommes repartis en mer ce matin avec des pêcheurs de Gaza, mais cette fois, nous nous sommes organisés en une petite flottille de 5 barques de pêche. Nous avons quitté le port vers 8h du matin, et nous nous sommes dirigés directement vers l'ouest pour forcer le blocus naval. Lorsque nous avons croisé la limite des 3 miles, les navires de guerre israéliens ont attaqué les deux bateaux qui fermaient notre flottille, et qui étaient un peu en arrière. Une attaque à balles réelles et au canon à eau qui les a empêchés de continuer.

Nous avons à nouveau forcé le blocus maritime

Les trois bateaux restants ont continué, avec un navire sioniste toujours proche, nous visant avec le canon à eau, mais sans nous atteindre, s'approchant de nos barques de façon téméraire, les croisant à quelques centimètres pour nous couper la route et empêcher que nous avancions. Mais avec un courage phénoménal et une volonté inaltérable, tant qu'ils ont pu, les pêcheurs ont continué d'avancer.

Nous leur avons demandé à quelle distance nous nous trouvions, 4,5 miles, nous étions contents, les pêcheurs pouvaient capturer des poissons plus importants ; 5,5 miles, la joie sur nos visages à tous, une distance qui nous paraissait inaccessible ; 5,9 miles, nous n'arrivions pas à le croire !

Attaque sioniste

Ils ont commencé à attaquer une des deux barques où se trouvaient des internationaux, au canon à eau, avec une pression qui faisait mal à voir. C'est le bateau dans lequel nous sommes sortis la dernière fois qu'ils ont attaqué en premier. C'était dur de voir l'attaque de loin, sans pouvoir intervenir. Impuissance.

Puis ils se sont un peu arrêtés et ont continué à tourner autour du groupe, pour nous dissuader, mais nous avons continué à avancer. Nouvelle attaque contre la même barque. Avec acharnement, noyant l'habitacle du petit bateau, le jet poursuivant chacun des pêcheurs qui par geste demandaient qu'il arrête l'agression. Mais les pirates en uniforme ont lancé plusieurs attaques. Ils ont attaqué aussi notre barque, mais de manière beaucoup plus modérée.

Les pêcheurs ont continué d'avancer, ça paraissait impossible, mais ils l'ont fait (peut-être se sentaient-ils protégés par notre présence), pour arriver à 6,5 miles. Nous avons navigué un moment parallèlement à la côte, vers le sud, avec plusieurs charges sionistes. A cette distance, les pêcheurs ont commencé à ramener les filets, et le déchaînement de violence des sionistes a commencé. Ils se sont dirigés vers la même barque qu'avant et lui ont tiré dessus au canon à eau avec toute la pression possible ; c'était très risqué pour les pêcheurs de s'occuper de leurs filets, leurs vies étaient vraiment en jeu mais ils n'avaient pas d'autre choix que de continuer.

Les filets de notre barque et de celle qui était assaillie se sont emmêlés dans l'attaque et nos bateaux ont perdu une grande partie de leur pêche. Ce fut vraiment frustrant et nous a laissé un goût aigre-doux. D'un côté nous avions réussi à forcer le blocus et les pêcheurs nous ont raconté que la dernière fois qu'ils avaient pu atteindre cette distance, c'était en 2009, lorsque avec notre cher Vittorio, une barque a réussi à aller à 7 miles de la côte et que les pêcheurs et Vittorio furent arrêtés. Et d'un autre côté, le goût amer de n'avoir pu réaliser, contrairement à il y a quelques jours, une pêche excellente.

Ensuite, une fois que les filets aient été récupérés, et alors que nous repartions vers la côte, l'armée sioniste s'est dirigée vers nous pour nous offrir une dernière douche. Cette attaque a duré une heure et demi...

Quelques heures après, nous avons ré-essayé, et après la dernière attaque, nous sommes sortis en solitaire, chacun par un côté. Nous nous sommes dirigés directement vers la zone interdite, perpendiculairement à la côte. Lorsque la marine sioniste a compris notre intention, elle est arrivée sur nous à toute vitesse et s'est arrêté très près de nous. Nous pouvions voir les visages des soldats, leurs rires, leurs gestes grossiers et provocateurs. Notre position était à 4,5 miles de la côte. Nous avions donc à nouveau forcé le blocus. Nous étions persuadés qu'ils allaient nous arrêter mais ils se sont mis à faire ces espèces de remous qui transforment la zone en montagnes russes. Après plusieurs minutes interminables de cette folie, ils se sont mis à nouveau à nous asperger d'eau à haute pression, ils voulaient que nous soyons impeccables. Pour moi, ce fut l'attaque la plus rude, la pression de l'eau était terrible, elle nous jetait en arrière. Elle a seulement duré une quinzaine de minutes, mais ça nous a paru des semaines.

Ces actions ont deux objectifs :

- d'abord rompre le blocus illégal et criminel auquel l'entité sioniste soumet la Bande de Gaza.
- ensuite, aider les pêcheurs que nous accompagnons à faire une bonne pêche. Nous sommes conscients que nous ne résoudrons pas le problème des pêcheurs que nous accompagnons de façon durable, mais au moins une bonne journée de pêche peut alléger un peu les difficultés financières de plusieurs familles.


Nous remercions tous ceux qui nous aident à diffuser nos actions. Nous avons besoin de camarades prêts à nous rejoindre pour accompagner les pêcheurs et tenter de réussir ces objectifs.

En ce moment, nous ne sommes que trois activistes internationaux : Rosa Schiano, Sarah-Claude et moi, mais pour mener ces actions à bien avec un minimum de garanties de sécurité, il faudrait que nous créions d'urgence des sortes de brigades internationales de 10 ou 15 militants.

Gaza est asphyxiée, et seule la solidarité internationale (je dis bien la solidarité, pas la charité ni l'aide humanitaire) peut lui donner l'oxygène dont elle a besoin pour continuer à RESISTER.

Les chemins de la résistance sont nombreux, et celui-ci est important.

VIVE LA PALESTINE LIBRE !

Source : Facebook

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Pêcheurs de Gaza

Même auteur

Manu Abu Carlos

Même date

9 novembre 2012