Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2313 fois

France -

Nous sommes tous Abdelaziz Chaambi

Par

En plus de la répression contre le mouvement de soutien à la Palestine, l’agression d’Abdelaziz Chaambi est une attaque dirigée contre l’ensemble de la communauté musulmane à qui l’Etat néocolonial français a voulu envoyer un message lui signifiant qu’elle n’avait pas le droit à la liberté de parole et qu’il fallait impérativement qu’elle courbe l’échine.

« Dorénavant, si nous devons de toute façon mourir, nous périrons en rendant coup pour coup et nous ne tomberons pas seuls ».
Malcolm X

Jeudi 29 janvier 2009, alors qu’il participait à un rassemblement contre un repas organisé par une association, le CRIF, qui vient d’apporter son soutien à l’assassinat de plus d’un millier de palestiniens de Gaza, Abdelaziz Chaambi a été violement molesté par une horde d’agents de l’appareil répressif d’Etat français. Le mettant à terre et le frappant, l’immobilisant par une technique d’étranglement interdite dans plusieurs pays européens et qui a déjà causé la mort de plusieurs personnes, les autorités françaises ont fait payer à Abdelaziz Chaambi son engagement pour la justice et la dignité des opprimés.

L’agression d’Abdelaziz Chaambi marque le point ultime de la répression contre le mouvement de soutien à la Palestine en France depuis l’attaque de Gaza par les flibustiers sionistes. Avant l’agression sioniste, les forces de l’ordre néocolonial avaient déjà montré leur volonté de réprimer toutes manifestations de soutien public au peuple palestinien martyr, en encadrant très sévèrement la manifestation du 6 décembre 2008 à Paris.

Après l’attaque de Gaza, les autorités françaises, qui ont apporté leur appui aux assassins sionistes, ont tout fait pour démolir le mouvement de soutien au peuple palestinien. Toutes les manifestations ont été sévèrement encadrées par des hordes de CRS et de gardes mobiles qui ont mis en œuvre de multiples provocations pour faire éclater les cortèges. Contrairement aux autres pays européens, toutes les manifestations se dirigeant en direction de l’ambassade sioniste ont été arrêtées bien avant d’atteindre leur but afin que les représentants des criminels et leurs complices français ne soient pas dérangés par les cris de ceux qui refusent l’infâme. Durant ces mobilisations, nombre de militantes et de militants ont été conduits dans les commissariats pour des « contrôles d’identités » au seul motif qu’ils participaient à une manifestation ou à un rassemblement pacifique.

Dimanche 25 janvier 2009, à Paris, alors que quelques dizaines de manifestants s’étaient réunis pour protester contre la tenue d’un concert visant à récolter des fonds pour les assassins du MAGAV (police des frontière sioniste), les forces de l’ordre néocolonial, non contentes d’assurer le service d’ordre de la petite sauterie sioniste, ont violement pris à partie ceux qui étaient venus dénoncer le bal des assassins. Cela démontre, s’il en était encore besoin, que l’Etat français est pleinement complice de l’oppression du peuple palestinien.

En plus de la répression contre le mouvement de soutien à la Palestine, l’agression d’Abdelaziz Chaambi est une attaque dirigée contre l’ensemble de la communauté musulmane à qui l’Etat néocolonial français a voulu envoyer un message lui signifiant qu’elle n’avait pas le droit à la liberté de parole et qu’il fallait impérativement qu’elle courbe l’échine. Redéployant les pratiques qu’il avait développées durant l’occupation de l’Algérie, l’Etat français traite les musulmans vivants sur son territoire comme des êtres humains entièrement à part, auxquels les droits de l’homme ne sont pas applicables puisqu’ils ne sont pas pleinement humains.

S’attaquer à un homme, Abdelaziz Chaambi, engagé depuis une trentaine d’année et qui est un véritable cadre de notre communauté, est une manière pour l’Etat français de montrer que nous ne sommes rien et qu’il peut s’en prendre physiquement à nos leaders en toute impunité. C’est une manière de piétiner l’ensemble de notre communauté en s’attaquant à l’un de ses symboles. En conséquence, il est du devoir de tous les musulmans de se mobiliser pour que cette agression ne reste pas impunie car nous sommes tous Abdelaziz Chaambi.

Si l’Etat français pense qu’il peut nous molester, nous frapper, nous humilier ou nous terroriser, il fait une lourde erreur. Nous ne laisserons pas nos sœurs et nos frères se faire piétiner par les cerbères de l’impérialisme et s’il le faut nous saurons aussi nous défendre par tous les moyens nécessaires.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

France

Même sujet

Collabos

Même auteur

Youssef Girard

Même date

2 février 2009