Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2833 fois

Egypte -

Nouvelles de Laila el Haddad

Par

> twitter@gazamom

Après avoir été retenue 36 heures à l'aéroport du Caire, où elle a été interrogée à maintes reprises et où elle a reçu des informations contradictoires quant à la suite des évènements, Laila El Haddad et ses deux enfants ont été expulsés vers les États-Unis, via Londres.
Ils ont été mis dans un avion à 7 h ce matin.

Le visa américain de Laila est expiré, il est donc probable que les problèmes ne sont pas encore terminés pour cette famille..
Noor et Yousuf semblent aller bien dans la mesure où la situation le permet, mais la famille est épuisée.

Ci-dessous les dernières nouvelles postées par Laila sur twitter.com/gazamom

Merci à tous pour votre soutien, je pensais que je pourrais entrer, j'ai épuisé toutes les options. Ils ont dit que j'avais besoin de sécurité (de rentrer chez moi).

Je ne pense pas avoir passé une aussi longue période sans sommeil. Je commence à halluciner.
Je suis prête pour mon expulsion aux États-Unis, via Londres. Cela devrait être intéressant d'expliquer cela à l’immigration américaine. La saga continue.

Des hommes dans la cellule m’ont demandé ce que j’avais fait pour me retrouver là, je leur ai dit «Je suis née Palestinienne"

Une phrase favorite des contrôleurs égyptiens: "Honnêtement, nous n’avons pas pu dormir en pensant à vous, vraiment nous avons pensé à vous." Malheureusement, vous ne pouvez pas filmer ici. Donc puis-le faire en me cachant. Oh d’accord.

J'ai dit à tout le monde dans la salle de détention que j’étais la seule à être ici à ne pas pouvoir rentrer chez moi : Vous allez tous être expulsés chez vous, on me refuse le droit de rentrer chez moi.

Ils ont alors répondu : "C’est très désagréable, n'est-ce pas? Nous ne voulons pas vous garder là, vous savez"

Ils ont pris mon ordinateur portable et mes caméras, tout le monde était appelé par le nom d’un pays : les 5 Asiatiques du Sud étaient appelés "Pakistan", un Guinéen était appelé "Kenya", un autre, c’était Indonésie.
Je suis restée pendant 3 heures dans une salle de détention avec 17 autres personnes puis j’ai été emmenée dans une pièce où l’on m’a demandé "si c'était ce que je voulais pour l'avenir proche".


8 Avril 2009

Laila et ses enfants, Yousuf et Noor sont coincés à l'aéroport du Caire depuis environ 10 heures.
La famille de Laila et ses amis ont essayé de contacter tous ceux à qui ils pensaient pour l’aider. À un moment, le Ministre égyptien des Affaires étrangères et le ministre palestinien de l'intérieur ont été impliqués, mais il semble qu'ils n'ont pas pu la faire sortir de l'aéroport.

Bien que les autorités égyptiennes continuent apparemment de les menacer tous les trois d’expulsion vers les États-Unis et, elles ont dit qu'elles voulaient faire sortir de l'aéroport ce soir. Le personnel de l'aéroport lui a également demandé si elle voulait qu’ils leur construisent un abri dans l'aéroport. Les trois se préparent à un long séjour.

Le visa américain de Laila est expiré et elle avait l'intention de renouveler son visa à Beyrouth, où elle devait retrouver son mari, un citoyen américain et réfugié palestinien à qui Israël refuse son droit au retour en Palestine.

Avant de se rendre à Beyrouth, Laila voulait aller voir sa maison à Gaza. Étant donné que les autorités israéliennes ont fermé tous les points d'entrée sous son contrôle de la bande de Gaza, le seul passage restant pour Laila était le passage de Rafah, la frontière avec l’Egypte.

Rafah est fermé temporairement et, apparemment, les autorités égyptiennes ont prétendu qu'elles avaient ordre de ne pas autoriser l’entrée dans le pays aux Palestiniens aussi longtemps que Rafah serait fermé.

Laila était en possession d'une lettre signée par le consulat égyptien aux Etats-Unis en expliquant qu'elle venait pour renouveler son visa, mais les autorités égyptiennes à l'aéroport du Caire n’ont pas été impressionnées. Selon Laila, on lui a dit "Faites lui un procès!"

La fille de Laila, Noor, a 1 ans et Yousouf a 5 ans.


Ci-dessous, un message posté par Laila sur son blog : www.a-mother-from-gaza.blogspot.com
Mercredi 8 avril 2009

Notre pause dans l’aéroport du Caire

Nous sommes bloqués dans l'aéroport du Caire depuis près d'un jour maintenant. Nous ne sommes autorisés ni à entrer ni à sortir par les autorités égyptiennes, qui insistent sur le fait que, tant que le passage de Rafah sera fermé, ils ont des ordres stricts de ne pas autoriser les Palestiniens à entrer.

Et ce, malgré une lettre signée de consentement que j'ai reçue personnellement du Consul général égyptien à Washington, le jour de mon départ des États-Unis.

Pour citer les responsables égyptiens, ici à l'aéroport " Faites lui un procès!"

J'ai essayé d’expliquer que ce n'était pas ma faute, que je dois passer par l’Egypte pour rentrer chez moi ; que si je le pouvais, j’y entrerais en parachute, que je voulais simplement rentrer chez moi.

Pour l'instant, nous attendons et nous dormons sur le sol plein de cafards de la salle de transit comme dans le film «frontières» (une satire classique syrienne avec l’acteur emblématique, Dreid La7am, qui raconte l’histoire d’un homme coincé entre les frontières de deux pays fictifs qui parlent la même langue).

Nous ne pouvons pas retourner aux États-Unis parce que mon visa est expiré, et que je devais aller le renouveler à Beyrouth où je devais retrouver Yassine après mon séjour à Gaza.

Et nous ne sommes pas autorisés à entrer au Caire parce que Rafah est fermé.
Personne ne semble avoir d’autre réponse que ce que l’on m’a dit ce matin. Nul ne sait où est mon dossier ou ce qui va se passer. J'ai un signal wifi irrégulier, et j’essaie de mon mieux de donner des nouvelles sur twitter@gazamom.

La seule certitude est l'incertitude

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Egypte

Même sujet

Refus d entrer

Même auteur

IntMorb

Même date

9 avril 2009