Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1263 fois

Jérusalem -

Payer le prix fort pour conserver sa maison près de la Mosquée Al-Aqsa – le calvaire d’une famille palestinienne harcelée par l’occupation israélienne

Par

Mohammed Bashiti conduit sa voiture dans la rue al-Wad, dans la vieille ville de Jérusalem, avec une extrême prudence. Au panneau de Bab al-Majlis, il tourne à gauche vers sa maison et gare la voiture. Lui, sa femme et sa fille se dirigent à pied vers le poste de police israélien situé à l'entrée de la porte d'Al-Aqsa, et ils entrent dans leur maison, située à un mètre à peine de la mosquée.

Payer le prix fort pour conserver sa maison près de la Mosquée Al-Aqsa – le calvaire d’une famille palestinienne harcelée par l’occupation israélienne

Mohammed Bashiti et son épouse, Binar, regardent la mosquée Al-Aqsa depuis la cour de leur maison dans la vieille ville de Jérusalem (Aseel Jundi)
Mohammed, Binar et Baylasan sont les seuls membres de la famille à bénéficier de cette liberté de mouvement, même partielle. Leurs trois autres enfants - Hisham, Hatim et Abdul-Rahman - ont passé le plus clair de leur temps dans les prisons israéliennes, les centres d'interrogation, ou en détention et en résidence surveillée.

Pour comprendre les raisons du harcèlement israélien continu de la famille, il suffit d'entrer dans la maison, avec ses fenêtres et sa cour donnant sur Al-Aqsa.

Depuis les années 1980, la famille Bashiti reçoit des offres alléchantes d'Israéliens qui lui proposent de quitter la maison, des acheteurs potentiels qui convoitent sa vue extraordinaire.

Mais comme la famille a toujours refusé de vendre sa propriété, les autorités israéliennes cherchent à faire pression sur eux en leur faisant traverser une crise après l'autre, au point qu'ils disent passer toutes leurs journées à éteindre des incendies.

Les fils Bashiti

Le fils aîné de Mohammed, Hisham, 20 ans, est en prison depuis octobre dernier, accusé d'avoir lancé des cocktails Molotov aux forces d'occupation dans la ville d'Isawiya, près de Jérusalem. Des audiences ont eu lieu dans les tribunaux israéliens mais le verdict n'a pas encore été rendu.

Hatim, 17 ans, a été le plus chanceux de ses frères puisqu'il a pu reprendre ses études cette année et préparer son baccalauréat. Cependant, le harcèlement récurrent, y compris les arrestations, constitue toujours une menace pour son instruction et pourrait étouffer le rêve de sa mère de voir ses fils porter leur uniforme de fin d'études.

Le troisième fils, Abdul-Rahman, un garçon de 16 ans qui souffre de diabète depuis l'âge de quatre ans, a récemment été arraché à sa maison sous des accusations peu claires et est actuellement assigné à résidence à Shuafat, au nord de Jérusalem.

Les services secrets israéliens ont exigé que ses parents restent avec lui 24 heures sur 24. S'ils doivent aller dans la vieille ville, sa grand-mère reste avec lui jusqu'à leur retour.

Mohammed, 46 ans, s'est entretenu avec Middle East Eye dans la petite maison de Jérusalem dont l’entretien coûte très cher à sa famille.

Selon lui, la cause première de toute cette épreuve est l'emplacement stratégique de la maison avec sa vue sur la mosquée, en plus du refus de la famille de céder aux propositions de quitter la propriété.

Photo
Mohammed Bashiti a passé la plupart de son temps dans les tribunaux, les centres d'interrogatoire, en détention et dans les banques pour demander des prêts afin de l'aider à faire face aux coûts de l'arrestation de ses fils (MEE/Aseel Jundi)


Mohammed a déclaré que sa famille possède des biens dans le quartier d'al-Sharaf, qui est sous le contrôle d'Israël depuis son occupation de Jérusalem-Est en 1967.

En 2004, il a poursuivi le ministère israélien des Affaires religieuses, exigeant qu'il lui rende les biens qu'il avait confisqués, dont l'un a été transformé en synagogue.

Mohammed a déclaré que les travaux de restauration de la synagogue ont été arrêtés par une ordonnance du tribunal parce que, en ce qui concerne cette propriété particulière, comme le montre le registre des propriétés israéliennes, elle est en fait enregistrée sous le nom de la famille Bashiti.

Cependant, en raison des coûts élevés de l'affaire et des pressions énormes auxquelles la famille est confrontée en l'absence de tout soutien palestinien officiel, les Bashiti n'ont pas eu d'autre choix que d’arrêter la procédure.

À la suite de cette affaire, les autorités d'occupation israéliennes ont augmenté leur pression sur Mohammed et ont commencé à faire des raids plus fréquents dans sa maison de Jérusalem.

Lorsque Hisham a atteint l'âge de 13 ans, l'armée israélienne a commencé à le harceler, comme ce fut le cas plus tard avec Hatim et Abdul-Rahman.

« Mes trois garçons et leur sœur Baylasan n'ont jamais connu une enfance paisible », a déclaré Mohammed. Au contraire, leur enfance a été marquée par des raids, des incursions, des arrestations, des passages à tabac, des tortures, des séparations et des assignations à domicile. Les autorités d'occupation israéliennes cherchent à les briser parce qu'ils vont régulièrement faire leurs prières à la mosquée Al-Aqsa et maintiennent un bon rapport social avec la population de la vieille ville, ce que l'occupation n'aime pas ».

Des dettes sans fin

Parmi les autres raisons de leur harcèlement figure le rôle de la famille dans le soulèvement de Jérusalem-Est de l'été 2017, lorsque les autorités israéliennes ont installé des détecteurs de métaux et des portes électriques sur les portes d'Al-Aqsa.

Les fils Bashiti soutenaient les manifestants qui tenaient des sit-in à la porte Al-Nather en leur fournissant des couvertures, de la nourriture et de l'eau. Ils surveillaient et nettoyaient également les lieux avant le sit-in du lendemain.

Mohammed travaille comme aide d’homme âgé, mais il y a quelques mois, il a également pris le poste d'agent de sécurité d'Hisham afin de lui fournir un salaire pendant son séjour en prison. Les dettes du père augmentent de jour en jour.

À chaque nouvelle arrestation ou séparation, il doit payer des amendes, une caution et des frais de justice, en plus d'une myriade d'autres dépenses qui l’accablent.

Mohammed est préoccupé par la manière dont il va faire face aux obligations financières qu'il doit couvrir et cherche constamment de nouveaux garants à chaque fois qu'il sollicite un financement.

Depuis des années, il passe le plus clair de son temps dans les tribunaux et les centres d'interrogatoire, en détention et dans les banques pour obtenir des prêts afin de l'aider à faire face aux coûts de l'arrestation de ses fils.

« J'ai une armoire pleine de documents relatifs aux arrestations de mes trois fils, où sont exposés les délibérations du tribunal, les ordres d'arrestation, les inspections à domicile, les amendes et les frais », déclare-t-il.

« Mais cela ne fait qu'ajouter à ma détermination et à ma volonté de m'accrocher fermement à cette maison qui jouxte l'un des endroits les plus sacrés du monde ».

Photo
« Je n'achète maintenant de nouveaux vêtements que pour aller rendre visite à mon frère Hisham en prison, car la prison est devenue le seul endroit où je vais », déclare Baylasan Bashiti (MEE/Aseel Jundi)


Baylasan, 11 ans, est assise à côté de son père Mohammed.

Elle a écouté attentivement ce qu'il disait en jouant avec un de ses jouets avant de devoir retourner à Shuafat pour se conformer à leur obligation de résidence avec Abdul-Rahman.

Depuis sa petite enfance, Baylasan est témoin du harcèlement israélien contre sa famille, notamment l'emprisonnement de son père et les arrestations constantes de ses frères, qui semblent ne jamais prendre fin.

« Ce n'est que récemment que j'ai commencé à accepter l'appel à la prière du muezzin de la mosquée Al-Aqsa, car pendant des années j'ai relié sa voix avec le moment où l'armée attaquait notre maison et arrêtait un de mes frères », a déclaré M. Baylasan au MEE.

« Chaque fois que j'achète de nouveaux vêtements pour un pique-nique en famille ou une sortie quelque part, cela n'a pas lieu. Maintenant, je n'achète de nouveaux vêtements que pour aller rendre visite à mon frère Hisham en prison, car la prison est devenue le seul endroit où je vais ».

Baylasan parle de sa propre expérience avec les forces militaires et les services secrets israéliens, qui un jour ont fait une descente dans la maison alors qu'elle était seule et ont fouillé les lieux, alors qu’elle leur répétait qu'elle était seule et qu'il n'y avait personne à arrêter.

« J’étais terrorisée par les coups contre la porte, mais j'ai dû ouvrir. J'ai essayé de me contrôler au début, mais quand ma mère est rentrée, j'ai perdu le contrôle et je me suis mise à pleurer de façon hystérique », dit-elle.

« J'aimerais pouvoir vivre une vie paisible comme les enfants normaux partout dans le monde, parce que ces attaques, ces fouilles de notre maison et les arrestations de mes frères me font peur et perturbent mes études ».

Photo
Binar Bashiti aimerait mener une vie pacifique où les autorités israéliennes ne s'en prendraient pas à ses enfants au moindre signe d'agitation (MEE/Aseel Jundi)


Pendant que son mari parlait, sa femme, Binar, écoutait d'un air calme, mais sa voix s'est brisée lorsqu'elle a elle-même parlé des années de harcèlement contre ses enfants, en particulier en évoquant son fils malade Abdul-Rahman, qui a été arrêté 20 fois en un an.

Elle a encore à l’esprit la scène de sa dernière arrestation.

Abdul-Rahmam a été arrêté à l'aube du 4 janvier alors que lui, son frère Hatim et deux de leurs amis mangeaient sur le toit de la maison.

La force policière Yamam, une unité anti-terroriste israélienne, a attaqué la maison et Binar a entendu les mots : « Reste là ».

Elle s'est alors précipitée à l'extérieur pour trouver les quatre jeunes par terre et attachés, Abdul-Rahman lui demandant de lui donner de l'eau et son kit pour diabétiques.

Après son arrestation, Abdul-Rahman a été transféré à l'hôpital.

Ses parents ont appris plus tard par le médecin responsable qu'il était arrivé du centre d'interrogatoire de Jérusalem-ouest dans un état très critique qui aurait pu entraîner une perte de la vue, un coma, voire la mort.

Leur fils est resté en isolement pendant 20 jours avant d'être libéré et assigné à résidence, où il pouvait être cité à comparaître pour être interrogé à tout moment.

Lors de sa dernière arrestation, Abdul-Rahman a perdu 10 kg.

Bien que Binar soit extrêmement préoccupée par la détérioration de l'état de santé d'Abdul-Rahman, elle est plus inquiète pour son aîné, Hisham, qui est détenu à la prison de Meggido depuis quatre mois.

Hisham a été arrêté à Isawiya par les mustaribeen, une unité d'élite israélienne infiltrée qui se fait passer pour des Palestiniens. Il a été sévèrement battu et hospitalisé pendant trois jours avant d'être transféré dans une cellule d'interrogatoire, où il est resté pendant 45 jours.

Lorsqu'elle lui a rendu visite pour la première fois, Hisham lui a dit : « Je n'ai rien vu pendant l'arrestation. J'ai seulement entendu les portières de la voiture des mustaribeen s'ouvrir et le chargement des armes prêtes à tirer.

« J'avais des blessures profondes et je me suis réveillé à l'hôpital. »

Binar a déclaré que tout ce qu'elle souhaite, c'est de mener une vie stable avec tous les membres de sa famille sous un même toit, et que les autorités israéliennes cessent de s'en prendre à ses enfants au moindre signe d’instabilité, même s'ils se trouvent loin de la vieille ville pendant ces périodes.

Détenus palestiniens

Muhammad Mahmoud, l'avocat qui représente les fils Bashiti, pense également que la raison du harcèlement de cette famille est l'emplacement stratégique de sa maison.

Les autorités israéliennes tentent de pousser le père au désespoir dans le but de le forcer à négocier le départ de sa maison, dit-il.

« Une audience d'Abdul-Rahman a eu lieu en présence d'un représentant des services secrets de Jérusalem, du conseiller juridique de la Shabak [service de sécurité intérieure d'Israël] et du représentant responsable de la salle numéro quatre du centre d'interrogation », a déclaré Mahmoud.

« Pour moi, c'était une situation brutale et ridicule : tous ces hauts fonctionnaires sont venus voir un enfant pour demander la prolongation de sa détention ».

Au cours de sa carrière, l'avocat a remarqué que les interrogateurs israéliens évitent d'envoyer les jeunes détenus à l'isolement sauf dans les cas qu'ils considèrent comme extrêmes, comme les prétendues tentatives d’attaques au couteau.

Pour Mahmoud, la détention d'Abdul-Rahman en isolement cellulaire pendant si longtemps est un véritable dilemme et une violation du droit israélien et international.

Plusieurs organisations palestiniennes, dont le Club des prisonniers palestiniens, la Commission des affaires des détenus, l'Association de soutien aux prisonniers et des droits de l'homme et le Centre d'information Wadi Hilweh ont publié un rapport conjoint indiquant qu'en 2020, les autorités d'occupation ont arrêté 4.634 Palestiniens, dont 543 mineurs et 128 femmes.

Le nombre d'ordres de détention administrative émis durant cette même période s’élève à 1.114.


Source : Middle East Eye

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Occupation