Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3868 fois

Palestine -

Pour l'enfant à venir

Par

Envoyé par Djamal Benmerad, journaliste, écrivain, Bruxelles. Son blog : Barricades

Prisonnier depuis le 25 mars 1986, Walid Daqqa mène toujours son combat pour connaître enfin le nombre total des années qu’il lui reste encore à purger en prison et pour avoir le droit de procréer un enfant avec sa femme. Les autorités israéliennes continuent à lui refuser ce droit pour des « raisons de sécurité ». A l’occasion de ses 25 ans de détention, il écrit cette lettre :

Pour l'enfant à venir

J’écris pour un enfant qui n’est pas encore né
J’écris pour une pensée, pour un rêve qui terrorise le geôlier, avant même sa réalisation
J’écris pour un enfant à naître, qu’il soit fille ou garçon
J’écris pour mon fils qui n’est pas encore de ce monde
J’écris pour la naissance d’Avenir, car c’est ainsi que nous le nommerons et c’est ainsi que je voudrais que l’avenir nous connaisse

Mon enfant bien-aimé,

Aujourd’hui s’achève ma vingt-cinquième année en prison – neuf mille cent trente et un jours et un quart (9131). C’est un chiffre qui ne veut pas s’achever. C’est mon âge carcéral qui n’est pas encore fini. J’ai atteint la cinquantaine et j’ai vécu la moitié de ma vie en prison. Les journées ont serré leur étau sur les journées. Chaque jour passé en prison repousse un jour passé dans la vie. C’est comme un sac retourné, essayant de vider la mémoire qu’il contient encore. La prison est comme un feu qui se nourrit des vestiges de la mémoire. Et ma mémoire, ô mon enfant bien-aimé, n’est plus que cendres et débris, je l’écris, je la fais passer en fraude sur le papier pour la préserver des flammes de la prison et de l’oubli. Alors que toi, tu es la plus belle fraude de ma mémoire, tu es mon message d’Avenir alors que les mois ont extrait le nectar des mois, alors que les années se sont partagées à moitié avec les années.

Mon enfant bien-aimé, est-ce que tu me considères comme un fou d’écrire à un être qui n’est pas encore né ?

Qu’est-ce qui est plus dément : un Etat nucléaire s’attaquant à un bébé pas encore né en le considérant comme un danger sécuritaire et qui s’incarne en tant que tel dans les rapports des services secrets et dans les réquisitoires de procès ? Ou est-ce moi, rêvant d’avoir un enfant ? Qu’est-ce qui est plus dément : écrire une lettre pour un rêve ou le rêve qui devient un dossier dans les services de sécurité ?

Mon enfant bien-aimé, sais-tu que tu possèdes déjà ton dossier aux archives du Shabak israélien ? Que dis-tu de cela ?
Devrais-je cesser de rêver ?

Non, je ne cesserai jamais de rêver malgré l’amère réalité !
Je continuerai à chercher le sens de la vie malgré toute la vie que j’ai perdue !

Eux, ils fouillent les tombes de leurs grands-parents pour tenter d’y chercher une légitimité illusoire, alors que nous, nous cherchons pour nos petits-enfants un Avenir meilleur, un Avenir espéré !
Je te salue mon bébé… Je te salue, mon enfant bien-aimé !

Traduction de l'arabe : Rania Samara

أكتب لطفل لم يولد بعد
رسالة الأسير وليد دقة بمرور ربع قرن على أسره (منذ 25.3.1986)، وما يزال يخوض نضالاً لتحديد عدد سنوات محكوميته وللسماح له بإلإنجاب من زوجته، فيما ترفض السلطات الإسرائيلية السماح له بالإنجاب لـ"إعتبارات أمنية".
***
أكتب لطفل لم يولد بعد..
أكتب لفكرة أو حلم بات يرهب السجان دون قصد أو علم، وقبل أن يتحقق..
أكتب لأي طفل كان أو طفلة..
أكتب لابني الذي لم يأت الى الحياة بعد..
أكتب لميلاد المستقبل، فهكذا نريد أن نسميه/نسميها، وهكذا أريد للمستقبل أن يعرفنا..
عزيزي ميلاد..
اليوم، أنهي عامي الخامس والعشرين في السجن – تسعة آلاف ومئة وواحد وثلاثون يوماً وربع (۹١٣١).. إنه الرقم الذي لا ينتهي عند حد.. إنه عمري الاعتقالي الذي لم ينته بعد.. وها أنا قد بلغت الخمسين، وعمري قد انتصف بين السجن والحياة.. والأيام قد قبضت على عنق الأيام.. كل يوم أمضيته في السجن يقلب "شقيقه" الذي أمضيته في الحياة، ككيس يحاول إفراغ ما تبقى به من ذاكرة.. فالسجن كالنار يتغذى على حطام الذاكرة.. وذاكرتي، يا مهجة القلب، غدت هشيماً وجف عودها.. أهرّبها مدونة على ورق حتى لا تحترق بنار السجن والنسيان.. أما أنت، فأنت أجمل تهريب لذاكرتي.. أنت رسالتي للمستقبل بعد أن امتصت الشهور رحيق أخوتها الشهور.. والسنين تناصفت مع أخواتها السنين..
أتحسبني يا عزيزي قد جننت؟؟ أكتب لمخلوق لم يولد بعد؟؟
أيهما الجنون.. دولة نووية تحارب طفلاً لم يولد بعد فتحسبه خطراً أمنياً، ويغدو حاضراً في تقاريرها الاستخبارية ومرافعاتها القضائية.. أم أن أحلم بطفل؟؟
أيهما الجنون.. أن أكتب رسالة لحلم أم أن يصبح الحلم ملفاً في المخابرات؟؟
أنت يا عزيزي تملك الآن ملفاً أمنياً في أرشيف الشاباك الإسرائيلي.. فما رأيك؟؟
هل أكف عن حلمي؟؟
سأظل أحلم رغم مرارة الواقع..
وسأبحث عن معنى للحياة رغم ما فقدته منها..
هم ينبشون قبور الأجداد بحثاً عن أصالة موهومة..
ونحن نبحث عن مستقبل أفضل للأحفاد.. لا شك آت..
سلام ميلاد.. سلام عزيزي..


Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Prisonniers

Même date

22 mai 2011