Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4115 fois

Bilin -

Pourquoi Israël a emprisonné mon meilleur ami

Par

Mohammed Khatib est le secrétaire du conseil du village de Bilin et le coordinateur du Comité de Coordination de la Lutte Populaire.

Quand j'étais enfant, j'étais encore autorisé à me rendre en Israël. Je suis allé à la plage et j’ai nagé dans la mer, quelque chose que la plupart des enfants palestiniens vivant en Cisjordanie aujourd'hui ne peuvent que rêver. Israël a de plus en plus restreint la circulation au fil des ans. Nous, Palestiniens, sommes interdits de nous rendre en Israël, la terre où beaucoup de nos parents sont nés. Et maintenant, je me trouve sans pouvoir quitter la Cisjordanie. J'ai été empêché de quitter le pays le 4 août, quand j'ai essayé de traverser le pont Allenby afin de me rendre en Jordanie pour m'envoler vers l'Europe.

Pourquoi Israël a emprisonné mon meilleur ami


Photo Oren Ziv/ActiveStills : Arrestation d’Abdallah Abu Rahmah par des soldats israéliens lors d’une manifestation à Bilin en 2005


Et tout comme Israël a limité progressivement les endroits où nous pouvons aller, il a considérablement diminué les choses autorisées à faire en tant que Palestinien. Nous avons atteint un point où la protestation pacifique est inacceptable pour l'État et la législation militaire a été construite pour criminaliser et jeter en prison toute personne qui ose exprimer publiquement son désaccord.

Abdallah Abu Rahma, coordinateur du Comité Populaire de Bilin et mon meilleur ami, en fait partie. Il a fait parler de lui dans les journaux internationaux quand le chef de la politique étrangère de l’Union Européenne a publié une déclaration condamnant sa condamnation par un tribunal militaire israélien le 24 août.

Il a été reconnu coupable d '"incitation" - une accusation intentionnellement vague qui criminalise la liberté d'expression - et d'organisation de manifestations "illégales". Les négociations directes entre Israël et les Palestiniens peuvent redémarrer, mais sur le terrain, l'occupation militaire israélienne continue: l'oppression, comme d'habitude.

Abdallah, enseignant et père de trois enfants, est incarcéré dans la prison militaire d’Ofer depuis le 10 Décembre 2009 – date de la Journée des Droits de l’Homme, pas moins que cela. Les soldats ont perquisitionné au milieu de la nuit son domicile en Cisjordanie occupée et l’ont tiré du lit devant sa femme, Majida, et leurs trois enfants, Luma (7 ans), Lian (5 ans) et son bébé de 8 mois, Laith.

Les protestations pour lesquelles Abdallah a été condamné ont commencé le 16 décembre 2004, le jour où les bulldozers de l’armée israélienne sont venus dans notre village pour déraciner les oliviers et planter à leur place un mur. Depuis ce jour, nous avons tenu des centaines de manifestations dans lesquelles des Israéliens et des internationaux ont rejoint les Palestiniens pour dire non à l'apartheid israélien et oui au partenariat et à une paix basée sur la justice.

A Bilin, nous croyons que la créativité et l'espoir sont nos outils les plus efficaces pour briser les chaînes de l'occupation et obtenir nos droits tels que consacrés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et garantis par le droit international.

En juillet 2004, quelques mois avant le début de la construction de la barrière d'Israël sur les terres de Bil'in, la Cour internationale de Justice de La Haye a statué que le mur construit par Israël à l’intérieur du Territoire Palestinien Occupé était illégal et qu’il devrait être démantelé. Elle réaffirmait également que les colonies israéliennes dans les territoires occupés étaient également illégales en vertu du droit international.

Toutefois, Israël a poursuivi sans relâche la construction du mur et des colonies. L'impunité dont jouit Israël pour ces violations érode la foi de notre peuple dans le fait que le droit international et les droits de l'homme sont utiles à nos vies. Beaucoup d'entre nous pensent que les droits de l'homme sont quelque chose dont l'Occident aime parler, mais qu’ils sont réservés aux autres. Nous croyons que pour que les choses changent, il doit y avoir un prix pour le non-respect par Israël du droit international et que les moyens non violents sont la meilleure façon de faire payer ce prix.

Chaque jour, de plus en plus de Palestiniens choisissent de s'opposer à l'injustice et à l'occupation par la résistance populaire non armée, en défiant l'hégémonie israélienne. Menacé par la croissance de notre mouvement, Israël a lancé une campagne de répression, en ciblant des militants et des membres des comités populaires - les organisations qui mobilisent les manifestants – de toute la Cisjordanie par des arrestations et la violence.

En mars dernier, dans un autre attaque draconienne contre la liberté d'expression, les terres de Bilin et du village voisin de Nilin, où ont également lieu régulièrement des manifestations hebdomadaires contre le vol de leurs terres, ont été déclarées zones militaires fermées permanentes pour une période de six mois.

Entre février 2004 et juin 2009, vingt manifestants non armés ont été tués, des centaines ont été emprisonnés et des milliers ont été blessés. Les soldats et les colons qui violent régulièrement le droit international le font avec une impunité quasi totale. Pendant ce temps, les civils palestiniens qui organisent des protestations sont inculpés pour incitation et organisation de manifestations illégales.

En fait, ce n'est que par hasard que je n’ai pas été emprisonné dans la prison d'Ofer avec Abdallah. Comme Abdallah, j'ai été arrêté par des soldats qui ont fait irruption dans ma maison au milieu de la nuit. Moi aussi j'ai été accusé d'incitation et d'organisation de manifestations. Comme ils l’ont fait avec Abdallah, l'armée a également affirmé que j'avais jeté des pierres.

Leur erreur a été que, contrairement au cas d'Abdallah, ils ont essayé non seulement d'utiliser des témoignages arrachés illégalement à des mineurs, mais ils ont aussi fourni une photo truquée de moi avec une pierre dans la main. Mais j'ai eu de la chance. J'étais à l'étranger quand la photo a été prise et pouvait prouver que je n'étais pas l'homme de la photo.

Lorsque la supercherie est devenue évidente, le juge n'a pas eu d'autre choix que d'ordonner ma libération. Sinon, comme Abdallah et de nombreux autres organisateurs et militants palestiniens, j'aurais été considéré comme dangereux et détenu au moins jusqu'à la fin de mon procès, qui est toujours en cours.

Si ce qu’a fait Abdallah est illégal, alors nous sommes tous fiers d’être coupables. Israël ferait mieux de nous rassembler et nous jeter dans ses prisons par centaines, puisque la réalité perverse qu’Israël a créée sur le terrain signifie que nous devons défier la loi militaire israélienne pour respecter le droit international et obtenir nos droits de l'homme.

La déclaration de l'UE dénonçant la condamnation d’Abdallah est une première étape importante. Mais elle doit être suivie par des mesures sérieuses pour faire en sorte qu'Israël n'utilise pas la reprise des négociations comme un écran de fumée pour se cacher derrière tout en enracinement l'occupation. Jusqu'à ce que de telles mesures soient prises, toute personne qui osera protester et contester l'occupation israélienne n’est pas en sécurité.

Source : http://electronicintifada.net/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bilin

Même sujet

Non Violence

Même auteur

Mohammed Khatib

Même date

5 septembre 2010