Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1345 fois

Bilin -

Punition collective à Bil'in

Par

L’International Solidarity Movement est une organisation non-gouvernementale palestinienne regroupant des pacifistes palestiniens et internationaux travaillant à promouvoir la lutte pour la liberté en Palestine et la fin de l’occupation israélienne. Nous utilisons des méthodes de résistance non-violentes et des actions directes pour affronter et défier les Forces illégales d’occupation israélienne et leur politique.

Il était minuit dimanche à Bil'in.
Nous allions nous coucher quand nous avons été alertés que les soldats israéliens étaient encore entrés dans le village.
Nous, ainsi que d'innombrables habitants de Bil'in étions en position d'observation sur les toits des maisons et regardions les jeeps militaires se déplacer dans le secteur de la Barrière d'Anexion, loin du village par lui-même, pendant près d'une heure avant de décider de renoncer à notre poste et d'aller dormir.

Nous nous étions à peine couchés que nous étions rappelés sur le toit : les soldats étaient entrés dans la maison de quelqu'un.


Dans un configuration qui s'était répétée presque toute la semaine dernière, les soldats israéliens, approximativement 25 en nombre, avaient choisi d'harceler un nouveau membre du Comité Populaire Contre le Mur de l'Apartheid à Bil'in, l'organisation palestinienne locale.

Nous, les deux ISMers et un habitant de Bil'in, sommes partis en voiture en direction des soldats, avons garé la voiture et nous sommes sortis afin d'étudier la situation.

Immédiatement, nous avons été confrontés à un groupe de soldats qui se tenaient juste devant nous et pointaient tous leurs M16 dans notre direction.

Ils ont commencé à nous parler en Hébreu, puis en anglais. Ils nous ont ordonné de nous éloigner de la maison, de retourner à la voiture et de partir. Les soldats ont déclaré qu'ils exécutaient une opération militaire et que nous y interférions.

Après plusieurs autres questions, nous avons décidé de suivre les ordres des soldats et nous sommes revenus à l'appartement de l'ISM, où nous sommes restés à attendre les nouvelles des Palestiniens dont les maisons étaient fouillées.

L''opération militaire' en question ne comportait que le harcèlement et l'intimidation habituels. Essayez d'imaginer pendant un moment qu'une troupe des soldats entre dans votre maison à 1h du matin, les armes pointées sur les membres de votre famille, vous demande de vous identifier et fouille votre maison sans autre raison que votre participation dans l'organisation non-violente.
Juste un exemple de plus de la démocratie israélienne en action.

Nous avons découvert le lendemain matin que les soldats israéliens avaient fouillé plusieurs maisons, avaient pris des cartes d'identités, et avaient harcelé verbalement les Palestiniens de Bil'in cette nuit-là. Ils sont partis plusieurs heures plus tard.

Ce qui s'est produit tôt dimanche matin à Bil'in n'est pas un incident isolé. L'armée israélienne est venue à plusieurs reprises la nuit harceler la population de Bil'in, en choisissant chaque nuit un nouveau secteur à "fouiller".

Bil'in n'est pas le seul village de Cisjordanie à être intimidé, privé de son intimité et de sa tranquilité de l'esprit.

Budrus est également victime du même harcèlement par des soldats israéliens qui débarquent au milieu de la nuit. Le schéma semble être le même à chaque fois : les jeeps viennent à Budrus, passent un certain temps à harceler les villageois, puis se dirigent vers le village voisin de Bil'in où ils font à nouveau la même chose.

Ces types d'incidents sont bien documentés et sont permanents depuis de nombreuses années.

Pourquoi cela arrive-t'il ?
Selon le Lieutenant Colonel Tzachi Segev, commandant du 25ème Bataillon des Corps Armés, qui opére dans la region de Bil'in :
"Plus les actions contre la barrière seront fortes, plus nos opérations le seront. Nous nous réservons le droit d'entrer dans le village à n'importe quelle heure... Parfois, il n'y a aucun moyen d'échapper à la punition collective, même si elle a un impact négatif. La punition collective est le bouclage, l'interdiction aux gens d'entrer dans un village, en bloquant la route Bilin-Safa (en faisant référence au village voisin) comme moyen de pression si le village ne se comporte pas correctement." (Meron Rappaport - Le remède Gandhi)


La Quatrième Convention de Genève interdit la punition collective.
C'est illégal de punir des groupes entiers de population civile pour les actions de quelques individus, quelles que soient leurs actions.
Dans ce cas-ci, des groupes de civils sont punis pour avoir organisé des manifestations pacifiques.

Le droit d'organiser et de manifester pacifiquement est protégé par la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et par le Droit israélien.

En violant ces droits, les soldats israéliens commettent des crimes de guerre.


Voir le rapport d'ARIJ sur le Mur dans la région de Bil"in

Voir la carte du tracé du Mur de Ségrégation dans les villages de Bil'in et de Saffa - ARIJ

Source : www.palsolidarity.org

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bilin

Même sujet

Incursions

Même auteur

Allison et Ran

Même date

13 juin 2005