Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2176 fois

Beit Ommar -

Reprendre la terre, arbre par arbre

Par

Le samedi 13 février, un groupe de fermiers de Beit Ommar et de Saffa, accompagnés par des membres du Comité populaire de Beit Ommar et de Palestine Solidarity Project (PSP), et du Centre pour la Liberté et la Justice de Beit Ommar, d’activistes internationaux et israéliens, se sont rendus dans la vallée située en dessous de Safa, qui est menacée de confiscation par la violence coloniale et l’armée israélienne qui a déclaré le secteur tout entier « zone militaire fermée » à perpétuité.

PSP avait organisé une série de plantation d’arbres avec des activistes israéliens anti-occupation le mois dernier. L’armée israélienne avait tenté d’empêcher l’action et avait été jusqu’à annoncer qu’elle allait déraciner des centaines d’arbres planter dans le secteur (ce qui est actuellement l’objet de plaintes devant les tribunaux israéliens).

Ce samedi, les agriculteurs ont voulu réaffirmer leur droit à un accès libre et sans entrave à leurs terres agricoles. Portant des pancartes et des drapeaux palestiniens, ils ont été stoppés à la sortie du village par des soldats israéliens dans plusieurs jeeps qui ont commencé à vérifier les papiers d’identité de tous les Palestiniens, déclarant qu’ils les laisseraient aller sur leurs terres mais pas leurs soutiens internationaux et israéliens. Les agriculteurs ont rétorqué qu’ils avaient tous les droits d’emmener qui ils voulaient sur leurs propres terres, et que si ils avaient besoin d’un accompagnement international et israélien, c’est parce que l’armée d’occupation n’empêchait pas les attaques des colons contre eux.

A la fin, bien que les Palestiniens aient été autorisés à aller un petit plus près de leur but, l’armée a rapidement décidé de disperser le groupe en l’attaquant à coup de grenades lacrymogènes et de grenades assourdissantes. 5 personnes ont été asphyxiées par l’inhalation des gaz.

Le lendemain dimanche 14 février, des membres de PSP du Centre pour la Liberté et la Justice de Beit Ommar ont rejoint des bénévoles du YMCA (Youg Men’s Christian Association - Union chrétienne de jeunes gens) de Beit Sahour pour planter 400 arbres sur les terres des familles Bregieth et Abu Ayyesh de Beit Ommar, ainsi que sur la terre de Diyah Abdah, de Bethléem, toutes étant situées près de la colonie israélienne de Mijdal Oz, sur le côté est de la Route 60. Ces terres ont été envahies par l’expansion de Mijdal Oz et de Kfar Etzion, ces deux dernières années, et sont presque totalement inaccessibles aux Palestiniens à cause de leur situation entre les colonies et leur proximité de la grande autoroute 60. Des dizaines de militants internationaux sont venus participer à cette plantation, la première dans ce secteur.

400 arbres plantés près de la colonie Karmei Tsur ; l’armée « riposte »

Le mercredi 10 février, plus de 40 activistes internationaux du YMCA ainsi qu’un groupe d’Israéliens ont rejoint 20 Palestiniens qui avaient coordonné une plantation d’arbres pour 4 fermiers propriétaires de la terre située près de la colonie illégale Karmei Tsur. L’action était organisée par PSP, le Centre pour la Liberté et la Justice et le Comité Populaire et son but était de planter 400 arbres sur les terres menacées puisque la colonie illégale de Karmei Tsur poursuit ses projets d’étendre son « périmètre de sécurité » sur les terres privées palestiniennes.

En 2006, les quatre agriculteurs concernés, Hamad Soleiby, Hossam Bahar, Mousa Abu Maria et Mohammed Awwad ont perdu l’accès à des pans importants de leurs terres lorsque l’armée d’occupation a construit un deuxième périmètre de clôture en plein sur la terre palestinienne. Bien que les fermiers palestiniens soient toujours les propriétaires légaux de la terre qui se trouve maintenant derrière la grille, aucun d’entre eux n’a pu s’y rendre depuis que les travaux de clôture ont été achevés, à l’automne 2006.

Récemment, les colons et l’armée israélienne ont essayé d’empêcher les fermiers d’accéder à leur terre située du « côté palestinien » de la clôture, en les attaquant ou en les menaçant s’ils s’en approchaient. C’est pour cette raison qu’un gros contingent de Palestiniens, d’internationaux et d’Israéliens sont allés plantés les 400 arbres dans le secteur. Pendant qu’ils faisaient les plantations sur la terre de Mousa Abu Maria, co-fondateur de Palestine Solidarity Project, l’armée d’occupation s’est approchée du groupe, de l’autre côté de la grille, et a tenté de disperser les planteurs à coup de grenades assourdissantes et lacrymogènes. Le groupe n’a pas bougé, a terminé son travail et est revenu chez un des fermiers, dans le village, pour déjeuner.

Mais comme cela arrive si souvent à Beit Ommar, quand même la moins menaçante des actions a lieu, l’armée d’occupation a ressenti le besoin de faire montre de sa force. 3 jeeps sont entrées dans le village et se sont garées près de la maison où les planteurs venaient de finir de déjeuner. Lorsque le propriétaire et le porte-parole de PSP, Mohammed Awwad, sont descendus dans la rue pour filmer l’invasion, les soldats ont tiré une balle caoutchouc-acier directement sur Mohammed, lui cassant le pied par un tir à bout portant.

Source : PSP

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Beit Ommar

Même sujet

Résistances

Même auteur

Palestine Solidarity Project

Même date

15 février 2010