Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1773 fois

Beit Furik -

Résistance et punition collective à Beit Furik et Salem

Par

Aujourd'hui, le 12 août 2006, dans le village de Salem, près de la ville de Naplouse, des Palestiniens se sont réunis en solidarité pour résister aux soldats des Forces de l'occupation Israélienne (FOI) qui essayaient d'empêcher un villageois de cultiver sa terre.
Plus tard ce jour-là, une femme palestinienne avec la citoyenneté israélienne a été détenue au checkpoint de Beit Furik parce que son mari était "Recherché".

Résistance et punition collective à Beit Furik et Salem


Tour d'observation de l'armée israélienne donnant sur Beit Furik

Dans le village de Salem, un fermier palestinien a essayé de gravir une colline pour se rendre sur son terrain planté d'oliviers.

Sur sa route, il a été détenu par les soldats israéliens qui ont indiqué à l'homme qu'il n'était pas autorisé à aller sur son terrain sans autorisation du D.C.O. israélien (Bureau de Coordination du District).

Le fermier a été détenu seulement parce qu'il avait tenté de cultiver sa terre.

Dans un acte de résistance et de solidarité, les villageois de Salem, sont venus à l'aide du fermier.

Quand ils sont arrivés, ils sont restés avec l'homme et ont négocié collectivement sa libération. Grâce à leurs efforts communs, l'homme a été libéré bien qu'il ait été encore empêché de cultiver sa terre.

Le village de Salem est entouré par un certain nombre de colonies israéliennes. Des colons ont récemment attaqué le village de Salem et ont coupé des centaines d'arbres.



Plus tard le même jour, alors que les internationaux passaient le checkpoint de Beit Furik, ils ont vu une femme qui y était détenue. La femme, âgée d'environ 35 ans, était au checkpoint avec ses deux enfants, dont un nouveau-né et un autre âgé de 3 ans.

Les soldats des FOI ont expliqué que bien que la femme palestinienne soit en possession d'un passeport israélien valide, elle était détenue parce que son mari était "recherché".

Elle était retenue au checkpoint avec ses enfants, depuis plus de 4 heures.

Les FOI ont indiqué à la femme qu'elle devait attendre un véhicule de police, puis ils ont modifié leur histoire en lui disant qu'elle devait attendre le D.C.O. En dépit de ces affirmations, après avoir été détenue plus de 4 heures, la femme et ses enfants ont été libérés sans aucune poursuite.

Pendant une conversation avec les soldats, l'un d'eux a expliqué fièrement que malgré le fait que cette femme soit en possession d'un passeport israélien, ce qui avait aidé son "cas", elle était toujours une Arabe-Israélienne et il a ajouté : "Je peux détenir qui je veux, mais si elle avait été Juive, on l'aurait laissée passer."

Quand nous avons demandé pourquoi la police n'était toujours pas venue chercher la femme 4 heures plus tard, le soldat a répondu : "La police prend beaucoup de temps parce qu'elle est Arabe."


Ce type de harcèlement et de punition collective se produit régulièrement dans les villages palestiniens, particulièrement ceux situés autour de Naplouse.


Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Beit Furik

Même sujet

Checkpoints

Même auteur

Michael

Même date

18 août 2006