Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2061 fois

Gaza -

Retrait de la liberté

Par

De toutes les personnes, le criminel de guerre internationalement reconnu, Sharon, semble réussir là où la ségrégation sud-africaine a échoué, et il persuade le monde qu'il a donné aux Palestiniens leur liberté et leur Etat.
Le Mur/Barrière semble, jusqu’à un certain point, pouvoir fournir les conditions pour un redeploiement en Cisjordanie.
Les villes palestiniennes resteront coupées les unes des autres par des blocs de colonies israéliennes, des routes et des murs : des ghettos modernes. La liberté de mouvement restera au bon vouloir des Israéliens.

Les rapports de médias abondent dans le sens du 'plan de retrait de Gaza ' de Sharon, et les leaders mondiaux appuient le plan de Gaza de Sharon. En formulant le redeploiement des troupes israéliennes et des colons (subventionnés par l’Etat) en tant que 'retrait ', Sharon semble bien sur le chemin de marquer une victoire diplomatique significative.

En attendant, l'analyse critique des médias est rare et habituellement limitée à douter que Sharon fasse son retrait.

Clairement, Sharon ne va pas changer soudainement et offrir quelque chose de bon aux Palestiniens de son propre bon coeur. Tous ceux qui doutent devraient examiner la longue carrière de manipulation de Sharon concernant la géographie et l'architecture du Moyen-Orient.


Sharon a été clair devant ses propres supporters en disant qu’Israël maintiendra un contrôle direct au passage de la frontière entre Gaza et l’Egypte.

Alors que les 6.000 colons qui contrôlent 40% de Gaza seront évacués (très probablement vers la Cisjordanie ), plusieurs colonies de Gaza seront maintenues en tant que bases militaires. Toute souveraineté appartiendra à Israël.

La vie dans Gaza demeurera désespérée. La violence non-photogenique des points de contrôle et les permis continueront à passer inaperçus.
L'entrée des personnes et des marchandises dépendra toujours du bon vouloir de la bureaucratie militaire.

L’occupation télécommandée continuera sous la forme d’une énorme prison.
La capacité de résister sera otée, avec les troupes israéliennes et la répression directe retirées vers un point qui sera difficile à défier.

Que ce soit armés ou 'non-violents', les Palestiniens auront beaucoup de difficulté à trouver une cible pour leur résistance, à moins qu'ils se retournent contre leurs propres chefs : En Afrique du Sud, les présidents des Bantustans étaient vus comme des collaborateurs.

Cette 'bantustanisation' n’est pas nouvelle : Elle a commencé en 1993 avec les Accords d’Oslo. Les troupes israéliennes se sont retirées des centres urbains palestiniens, en transférant la responsabilité des services et en sous-traitant le 'maintien de l'ordre' de l’occupation à Arafat et à ses copains de l'Autorité Palestinienne.

Un processus semblable a eu lieu dans les années 70 et les années 80 en Afrique du Sud. Pourtant le gouvernement de l’Apartheid n’a pas obtenu une reconnaissance internationale des bantustans soi-disant 'indépendants 'du Transkei, du Bophuthatswana, du KwaZulu etc.. et de leurs gouvernements de procuration.


De toutes les personnes, le criminel de guerre internationalement reconnu, Sharon, semble réussir là où la ségrégation sud-africaine a échoué, et il persuade le monde qu'il a donné aux Palestiniens leur liberté et leur Etat.

Le Mur/Barrière semble, jusqu’à un certain point, pouvoir fournir les conditions pour un redeploiement en Cisjordanie .

Les villes palestiniennes resteront coupées les unes des autres par des blocs de colonies israéliennes, des routes et des murs : des ghettos modernes. La liberté de mouvement restera au bon vouloir des Israéliens.

Ceux qui désirent se déplacer pour leur travail, rendre visite à leur tante, aller dans un meilleur hoptal ou importer des oranges de Gaza devront implorer un permis.


Il n'y aura aucun contrôle de l'eau, de l’air, de l'environnement ou des frontières.

Il n'y aura aucune compensation pour les années de souffrance ou d'oppression.

Les réfugiés resteront là où ils sont, sans qu’il soit reconnu que c’était faux qu'ils ont été obligés de quitter leurs maisons sour la menace du fusil en 1948.

L’ultime souveraineté pour le désir d'une meilleure fin, restera au bon vouloir d'Israël. L'élimination israélienne de toute personne ou de tout groupe considéré comme une 'menace à la sécurité 'restera internationalement acceptable.

Si quelqu’un à l’impudence de demander justice et de rejeter l’offre de la Liberté proposée par Sharon (selon le Jérusalem Post) les réponses (à la violence) d’Israël seront encore plus terribles.

Sharon a été clair qu’après un retrait, les Palestiniens ne pourront plus expliquer la violence parce qu’Israël occupe leur terre.

Demander Justice est apparemment maintenant synonime de fondamentalisme, intransigeance et haine.

Source : ISM - Naplouse

Traduction : MG pour ISM-France

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Plan de Désengagement

Même auteur

Mika