Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4676 fois

Cisjordanie -

Séjour en Palestine. Octobre 2011. Chronique de la vie quotidienne en Cisjordanie

Par

Ceci n’est pas, à proprement parler, un compte-rendu de mission mais une narration des choses vues, d’évènements vécus pendant quinze jours, et des sentiments, émotions, angoisses, qu’ils ont suscités en moi.
Je n’étais jamais allée en Palestine. Je souhaitais depuis longtemps aller sur place et je me suis décidée en répondant à l’appel de l’UAWC (Union of Agricultural Work Committees) pour participer à la cueillette des olives, pendant laquelle la présence d’internationaux est censée modérer les attaques des colons israéliens contre les paysans palestiniens.

Séjour en Palestine. Octobre 2011. Chronique de la vie quotidienne en Cisjordanie

Que dire ? Que raconter ? Je n’ai pas vécu de moments très violents, tendus et je ne nous ai pas sentis, - l’ensemble des participants et moi -, réellement en danger. Je dirai avoir vécu la « chronique ordinaire de la vie en Palestine sous occupation israélienne », et sans encore en connaitre tous ses aspects dans les détails : entraves à la liberté de circuler, papiers d’identité différents selon les catégories de population, autorisations multiples à demander aux autorités israéliennes, qui sont accordées ou pas, selon « l’air du moment » ou l’humeur du préposé.

J’ai commencé mon séjour à Al Quods (Jérusalem), dans la vieille ville. Un premier choc ! Des soldats israéliens à de nombreux carrefours, jeunes, souvent débonnaires, mais bien là, mitraillettes au poing (photo ci-dessus). Des caméras de vidéosurveillance, beaucoup de drapeaux israéliens et de soldats(tes), notamment près de Bab el Maghariba, la porte d’entrée des non-musulmans pour accéder à Haram-ash-Shariff, le Mont du Temple. Contrôle israélien à l’entrée.

Photo

Cette porte est proche du Mur des Lamentations. Voir ces deux lieux sacrés, l’un pour les Musulmans, l’autre pour les Juifs, au-dessus desquels flottaient tant de drapeaux israéliens et « gardés » par tant de soldats en armes a provoqué, en moi, un sentiment diffus d’angoisse.

Arrivée pendant la fête juive de Soukkot (Fête des Tabernacles), j’ai vu pendant ces jours des foules de Juifs, souvent coiffés de chapeaux ronds ou de toques, avec papillotes, vêtus, hommes et femmes, de noir et blanc uniquement, traverser tout Jérusalem à pied, par familles entières, groupes compacts, pour se rendre au Mur des Lamentations. Ce faisant, ils traversaient les souks arabes en « traçant » droit devant eux, sans regarder ni à droite ni à gauche. La population locale n’existait pas ! Impressionnant et dramatique.

Visite au Centre Culturel Français Chateaubriand. Plaisir de converser avec le personnel ; des Palestiniens parlant français, qui m’expliquent le fonctionnement du Centre.

Visite du Mont des Oliviers avec Diane, une américaine de l’Oregon, pasteur. Nous découvrons au fil du jour que nous sommes là pour la même raison, participer à la cueillette des Olives. Le Mont des Oliviers ? Oui, beaucoup de beaux monuments à voir (églises de tous cultes, mosquées, le jardin de Gethsémani avec ses oliviers bimillénaires…). Mais le cœur à faire du tourisme n’y est pas.
Ce sera tout pour la visite de Jérusalem ; manque de temps et surtout aucune envie de connaitre le Jérusalem Ouest. Ce premier contact est suffisamment édifiant et douloureux.

Puis séjour près d’Al Khalil (Hébron) pour la cueillette des olives, où je me suis retrouvée avec d’autres français, membres de l’AFPS.

Déroulement du séjour : Les journées se passaient entre cueillette quelques heures chez un paysan et sa famille, ou bien participation à l’inauguration,- en présence d’officiels, de l’armée, la police, les pompiers, les enfants des écoles-, de la saison de cueillette des olives (Bethléem et Sufir)

Photo

Photo

Photo

Ou bien, participation à une manifestation contre la construction du Mur (Al Masara). L’après-midi était consacrée soit à des réunions soit à la visite de villes voisines, Bethléem ou Al Khalil, ou de fabriques. Le soir, discussion avec notre hôte qui parlait français et n’a pas ménagé sa peine pour nous informer sur la vie au quotidien des Palestiniens. Quel abime entre notre vie de français vivant dans un pays en paix depuis longtemps, en démocratie encore malgré tout, et la vie des palestiniens sous occupation israélienne !

Première cueillette dans un champ surplombé par une colonie récente : quelques mobilhome, quelques maisons en dur. Très peu d’olives sur les arbres. Manifestement les colons étaient passés avant nous. Présence de deux puis trois soldats israéliens nous surveillant. Un olivier, plus proche de la colonie, était encore couvert d’olives. Nous commençons la cueillette, ragaillardis. Arrivée d’un colon qui agresse verbalement le paysan : « Pourquoi tu as amené ici des antisémites français… ».

A un moment le colon, furieux, renverse, d’un coup de pied, deux seaux d’olives dans les broussailles. Nous ramassons imperturbablement les olives, pendant que colon et paysan s’invectivent. La consigne nous est alors donnée de partir vite, les colons ou l’armée ayant appelé la police, qui, elle, a le droit de reconduire « les indésirables » directement à la frontière.

Photo

Les jours de cueillette suivants se sont passés sans confrontation, mais toujours avec cette présence de colonies installées sur les hauteurs. Un jour, nous avions sur l’autre versant de colline, face à nous, un colon, seul, débitant des troncs de pins à la tronçonneuse, sur un terrain calciné. Les colons avaient mis le feu à des terrains, puis les avaient replantés en jeunes oliviers. A qui appartenaient ces terrains ?

Photo

Un autre jour, nous n’avons pu faire la cueillette. Il fallait demander l’autorisation aux autorités israéliennes qui, apprenant qu’il y aurait des Français, ont refusé l’autorisation.

A chaque cueillette, nous étions remerciés par la famille paysanne soit par un thé au thym ou autre plante aromatique, soit même par des repas délicieux. Quel contraste avec la vue de soldats en armes et des drapeaux de l’occupant !

Réunion de la Coopérative : Le but de cette réunion était de faire le point sur l’avancement du projet de création d’une usine de fabrication de jus de raisin, à Hal Hul. Ce projet se fait en partenariat entre l’AFPS de Bretagne et la Coopérative Sanabel. Le terrain est acheté. L’AFPS mettra en place un système de participation financière de ce projet. Plusieurs échantillons du produit sont présentés.

Photo

Retour dans la région d’Al Khalil de prisonniers sortis de prison en échange de la libération du soldat Gilad Shalit.
Nous étions un groupe de français visitant la fabrique de verre soufflé et de céramiques de Hal Hul. Klaxons de voitures, clameurs, mots d’ordre, slogans… Un cortège d’hommes, femmes, enfants, drapeaux verts agités, et des hommes portés en triomphe sur des épaules. Ce sont quelques-uns des prisonniers libérés de la région. Le défilé dure bien une heure, puis arrivent les voitures militaires israéliennes, les soldats qui s’efforcent de disperser la foule et de dévier la circulation automobile.

Photo

Photo

Photo

Visite de Bethléem : Joie et impression de liberté de voir, enfin, des drapeaux palestiniens sur les bâtiments publics, en ville, et non plus les drapeaux israéliens. Mais personnellement, je n’ai pas beaucoup aimé cette ville. Trop de touristes. Par manque de temps nous n’avons pu voir le Mur et ses graffitis, ni les camps de Dheisheh et Aida. Et, de retour en France je découvre que la Compagnie Al Rowwad est installée dans le camp de Aida. A voir, lors d’un prochain séjour.

Visite d’Al Khalil (Hébron) : Que dire de cette ville qui a la particularité d’abriter, outre la colonie voisine de Kiryat Arba, des colons au sein de la ville elle-même, colons protégés par un fort contingent de militaires. Que ce serait une belle ville sous d’autres latitudes. Ici, nous avons un souk avec environ un quart des magasins ouverts ; des grillages au-dessus des ruelles du souk, souillés par les ordures jetées par les colons habitant les étages supérieurs : ordures, parpaings, pierres…. (photos 12, 13)

Photo

Photo

Que l’entrée et la sortie de la vieille ville se fait par des portillons filtrant les passages. Dispositif complété par un poste militaire avec soldats israéliens en armes. Soldats également stationnés sur les toits et au coin des rues. Et l’on m’a raconté que, pour obliger les Arabes à partir du souk, les colons renversaient les étals, saccageaient les boutiques et même faisaient leurs besoins dans les échoppes. Et puis, la tragédie de la mosquée d’Ibrahim divisée en une section juive et une section musulmane. En février 1994, pendant la fête juive de Pourim qui coïncidait avec le mois du Ramadan, un colon juif originaire de Brooklyn, le Dr Baruch Goldstein, tira sur des musulmans en prière, tuant 29 hommes et garçons et blessant 200 personnes. De plus… Quelle barbarie… un mémorial est érigé en hommage à cet homme !

Manifestation contre le projet de construction du Mur à Al Masara :
Chaque vendredi, le Comité de villages organise une manifestation contre le projet. Nous y allons. Beaucoup d’internationaux français, italiens, américains, pacifistes israéliens et d’habitants des villages accompagnés des responsables du Comité.
Nous avançons vers le lieu de construction prévu, accompagnés par un orchestre de percussions jouées par des internationaux. A un point du parcours, arrivé de véhicules militaires israéliens et d’une quinzaine de soldats armés de mitraillettes, matraques, casques et gilets pare-balles, comme d’habitude. Ils forment un cordon nous barrant le passage. Corps à corps entre la première ligne de manifestants et les soldats.

Photo

Photo

Les soldats s’en prennent plus violemment à deux Palestiniens, responsables de l’organisation.
On me dira plus tard que la tactique des soldats est de provoquer les responsables palestiniens pour les arrêter. Bousculades, avancées, reculs se succèdent. On s’installe pour un sit-in, le calme revient un peu. Merveilleux italiens, toujours créatifs et inventifs ! Ils (ou plutôt « elles ») arrivent
avec une grande marmite de pâtes en sauce, assiettes en plastiques, couverts, eau… Le dessert, un clafoutis, est apporté par les Françaises…. Un vrai festin. A un moment, des Italiennes vont en proposer aux soldats. Quelques paroles... quelques sourires… mais les soldats restent sur leur réserve.

Photo

Je regarde un grand soldat israélien noir. Le regard fixé sur la ligne d’horizon lointain, il ne peut s’empêcher de sourire et on le sent prêt à éclater de rire. Les soldats nous photographient pour leur service de renseignements, nous les photographions pour garder un souvenir de ce jour banal en terre de Palestine.
Des jeunes gens qui font leur service militaire (3 ans pour les garçons, 2 ans pour les filles). Que pensent-ils ? Veulent-ils vivre ainsi, dans un pays sur-militarisé, toute leur vie, celle de leurs enfants, de leurs petits-enfants… ?
Discours des responsables du Comité de villages, d’un pacifiste israélien et, peu à peu la manifestation se disperse. Elle est suivie par une réunion générale dans la salle du Comité de village, mais mon anglais est trop faible pour comprendre et je sors… pour photographier les plantes épineuses qui poussent sur le terre-plein… la merveilleuse nature… moment de bonheur.

Dans l’avion du retour (Compagnie El Al) je me referme sur moi-même pour éviter tout contact, toute conversation avec mes voisins. Une angoisse diffuse me serre le cœur. Pour l’instant, je ne peux que dire : Allez sur place, allez voir ce qu’est la vie des Palestiniens sous occupation israélienne, allez voir comment Israël s’approprie chaque jour davantage de terre palestinienne. Rappeler aussi aux Occidentaux, dont je suis, que nous avons une grande responsabilité dans cette injustice historique faite aux Palestiniens. Tout d’abord en 1948, pour avoir favorisé la création de l’Etat d’Israël puis, à mon avis, pendant la seconde guerre mondiale avec l’Holocauste, crime contre l’Humanité sans contestation possible, mais dont l’instrumentalisation freine, affaiblit, tétanise le mouvement de solidarité qui devrait entourer plus amplement le peuple palestinien.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Actions

Même date

21 novembre 2011