Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1640 fois

Europe -

Suède : Les lampes de la prison d’Ariel clignotent toujours d’une lumière glauque dans les couloirs

Par

Cette lettre a été écrite par Gustave Fridolin, un membre du Parlement national de Suède pour le “Green Party”.

507 jours. Probablement que ce n’est plus la même ampoule, et, espérons-le, ce ne sont plus les mêmes Palestiniens non plus.
Mais la réalité, entre les murs de la prison d’Ariel, ne change pas.
C’est un long et douloureux moment qui n’en finit pas, tandis que les manifestations contre la construction du mur remplissent les cellules de nouveaux prisonniers et d’étrangers étonnés, comme Johan et moi-même - en visite temporaire.
Le temps passe et je me demande comment le peuple de Palestine tient le coup.

Il est parti travailler en Palestine avec les ISM et a été arrêté à Budrus et expulsé.

Quand j’ai lu l’information sur le suédois Johan Persson, arrêté par la police au cours d’une manifestation contre la construction du mur en Cisjordanie , ça m’a fait m’interroger : Comment ce peuple arrive-t-il à supporter tout ça ?

Johan sera bientôt de retour chez lui en Suède, mais en Palestine le Mur s’étend et devient de plus en plus massif jour après jour.

Pour les Palestiniens ordinaires, il devient de plus en plus difficile de se voir un futur. Pour les Palestiniens ordinaires, il devient de plus en plus difficile d’observer simplement par leurs fenêtres la croissance de leurs oliviers .

Cela fait maintenant 507 jours que j’ai été arrêté en essayant d’arrêter les constructeurs du mur de déraciner les oliviers à l’entrée du village de Budrus et que j’ai fini dans la prison de la colonie d’Ariel.

Je me demande si Johan y finira aussi ou s’ils vont l’emmener directement du commissariat de police de la colonie de Givat Ze’v chez le juge puis l’expulser .


Je pense à la lampe des couloirs de la prison d’Ariel qui était allumée continuellement la nuit et le jour.

Lors de ma brève visite en Palestine, j’ai rencontré des Palestiniens qui avaient été détenus dans cette prison pendant un mois entre les murs de béton sous cette petite lumière électrique et froide.
Et probablement la loupiote est-elle toujours allumée.

507 jours. Probablement que ce n’est plus la même ampoule, et, espérons-le, ce ne sont plus les mêmes Palestiniens non plus.

Mais la réalité, entre les murs de la prison d’Ariel, ne change pas.
C’est un long et douloureux moment qui n’en finit pas, tandis que les manifestations contre la construction du mur remplissent les cellules de nouveaux prisonniers et d’étrangers étonnés, comme Johan et moi-même - en visite temporaire.
Leurs camarades de prison leur offriront aussi du thé, comme la coutume l’exige de tout bon Palestinien.

Le temps passe et je me demande comment le peuple de Palestine tient le coup.
Johan sera bientôt chez lui mais la lumière dans le couloir va rester allumée. Je sais que ce que Johan a fait, introduire sa présence d’international pour soutenir une manifestation de civils pacifiques, est juste.

Près du village de Budrus, le tracé du Mur a changé.

Les oliviers pour la protection desquels je me suis retrouvé dans la prison de la colonie d’Ariel, et pour lesquels des centaines de Palestiniens ont été blessés en manifestant, sont sauvés pour l’instant.

Le Mur est l’un des plus gros obstacle à la solution de ce conflit.
C’est un exemple “d’art accessoire”. Le Mur est cet énorme morceau d’art parallèle du siècle. La brutalité de sa forme physique exige qu’on ne lui obéisse pas.

Neuf mètres de haut de mur en béton serpentent à travers les champs et les oliveraies. Il ne laisse dans son sillage que douleur, séparation et deuils.

Il ne durera pas. Cette sorte de construction, l’humanité ne peut permettre qu’elle s’éternise.

Source : www.palsolidarity.org

Traduction : CS pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Europe

Même sujet

Poursuites judiciaires

Même date

26 mai 2005