Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1350 fois

Hébron -

Témoignage de Kim Lamberty sur l'attaque du 29 septembre par des colons

Par

Peut-être dix minutes après que Diane et Pier Giorgio nous aient rejoints, un colon de la Sécurité est arrivé.. Nous lui avons dit que des gens de cette colonie nous avaient attaqués. Il ne nous a proposé ni aide ni soins d’urgence, bien que nous soyons en sang et visiblement en train de souffrir. Il a répondu qu’ils nous avaient attaqués parce que nous avions bouleversé l’équilibre du pouvoir entre la colonie et les Palestiniens.
Il avait immédiatement compris, comme nous, que ceux qui nous avaient attaqués étaient des colons et que c’était à cause de notre présence dans le secteur.

Les colons ont cassé les bras et les genoux de Kim Lamberty et frappé Chris Brown avec des battes de base-ball et des chaînes ce qui a eu pour résultat de lui fracturer une côte et de lui perforer un poumon.

… Quelques minutes après être entrés dans la zone de la colonie, les petites filles à côté de moi se sont mises à crier. J’ai levé la tête et j’ai vu un homme en noir balançant une chaîne sortir des arbres près du ranch de Ma’on (un avant-poste de la colonie de Ma’on) à envrion 20 pieds plus loin (10m).

Il portait un masque noir qui ressemblait à deux foulards, l’un masquant le bas de son visage et l’autre le dessus de son front, laissant juste une fente pour les yeux.

Les petites filles ont immédiatement fait demi tour et se sont mises à courir en direction de Tuba, et je les ai suivies. Au moment où nous avons rattrapé Chris et les garçons, quatre autres hommes au moins sont sortis des arbres habillés de la même manière.

Les enfants ont continué à courir en direction de Tuba, et Chris s’est mis à crier « Ne touchez pas aux enfants, ne touchez pas aux enfants ! »
Ils sont passés droit devant nous et ont laissé passer les enfants. J’ai su plus tard que ces hommes avaient lancé des pierres sur les enfants alors qu’ils couraient vers Tuba, mais cette fuite leur a permis de revenir sans encombre.

Nous avons cherché à nous échapper de ce chemin mais ils étaient plus nombreux, plus rapides et plus forts. J’ai voulu sortir mon portable pour appeler à l’aide, mais ils se sont mis immédiatement devant moi et m’ont battue.

Je ne me rappelle pas grand chose de ça, ni d’avoir eu mal au moment où ça arrivait.

Je me rappelle m’être dit que si je restais immobile et faisais semblant d’être inconsciente ou morte, il partiraient peut-être. Je me rappelle aussi avoir entendu crier Chris et réalisé qu’il prenait le plus gros des coups, et compris que je ne pouvais rien faire pour lui

Quand ils ont cessé de frapper Chris, ils sont repartis vers le bosquet d’arbres. L’un d’entre eux a dit en anglais « Prends son téléphone » et quelqu’un est venu et a ramassé mon téléphone tombé par terre.

Ils ont aussi arraché la sacoche que je portais autour de la poitrine. Quand je les ai entendus s’éloigner , je me suis hasardée à lever les yeux. J’ai vu le groupe repartir par le bouquet d’arbres et passer par Ma’on Ranch.


Au bout de quelques instants, je me suis assise et Chris est venu vers moi. Je ne me rappelle pas exactement ce que nous nous sommes dit à cet instant.

Le visage de Chris était plein de sang et j’ai senti que mon sang coulait aussi. Je ne pouvais plus marcher. Dhris a sorti son portable planqué dans sa poche et il a appelé Diane Janzen et Pier Giorgio (un membre de Operation Dove ) restés en arrière à Tuwani.

Il leur a dit que nous venions d’être attaqués « sérieusement » par les colons mais que les gamins allaient bien.

Je n’oublierai jamais Pier Giorgio et Diane qui ont risqué leur vie pour venir à notre rencontre ce matin-là. Ils sont arrivés quelques instant après et finalement j’ai éclaté en larmes Pier Giorgio a fait exactement ce qu’il fallait faire : il m’a serré dans ses bras. J’ai inondé sa chemise de larmes et de sang.

Peut-être dix minutes après que Diane et Pier Giorgio nous aient rejoints, un colon de la Sécurité est arrivé.. Nous lui avons dit que des gens de cette colonie nous avaient attaqués. Il ne nous a proposé ni aide ni soins d’urgence, bien que nous soyons en sang et visiblement en train de souffrir. Il a répondu qu’ils nous avaient attaqués parce que nous avions bouleversé l’équilibre du pouvoir entre la colonie et les Palestiniens.
Il avait immédiatement compris, comme nous, que ceux qui nous avaient attaqués étaient des colons et que c’était à cause de notre présence dans le secteur.


Cinq ou dix minutes après l’arrivée du colon de la sécurité, la police et l’armée sont arrivées, avec rapidement derrière eux, une ambulance israélienne. Pour que l’aide arrive, il a fallu près d’ une demi heure alors que la région grouille de soldats et de policiers. Ni la police israélienne, ni l’armée n’ont fouillé le bosquet d’arbres pour retrouver nos assaillants.

Le même jour deux membres du CPT sont partis à Tuwani pour nous remplacer.
L’Operation Dove a envoyé des gens en plus.
Nous étions tous d’accord : il allait y avoir une escalade de violence de la part des colons, aussi nous devions redoubler de non-violence.

Le matin suivant l’équipe a décidé qu’elle effectuerait l’accompagnement scolaire prévu, et la police était là pour assurer la sécurité.

Une heure plus tard, une jeep de l’armée israélienne arrivait dans Tuwani et les soldats déclaraient aux habitants que le CPT mettait en danger leurs enfants.

Ils les ont menacés en disant que si les enfants rentraient de l’école à la maison en passant par la colonie, alors la violence serait encore pire.

Ils ont accusé le CPT de violence mais pas les attaquants de la colonie.

Notre équipe est de qualité, ici à Hébron. Tout le monde a fait ce qu’il fallait : ils sont venus avec nous à l’hôpital, ils ont parlé à la presse , téléphoné à la famille et aux amis, ils m’ont lavée et débarrassée du sang parce que je ne pouvais pas le faire.

Je leur suis reconnaissante. Je suis aussi reconnaissante à l’extraordinaire réseau familial et amical qui m'a témoigné tant d’amour et de soutien.

Sans ce soutien, l’horreur de tout cela aurait été beaucoup trop dur à supporter.


Note : ce qui suit est un résumé du témoignage de 2000 mots que Lamberty a écrit pour décrire le projet d’accompagnement dans le sud du district d’Hébron, l’attaque du 29 septembre contre elle et Chris Brown et la réponse de l’équipe à cette attaque. Ceux qui voudraient voir le témoignage en entier peuvent écrire à :
kkcpt@earthlink.net

Source : www.cpt.org

Traduction : CS pour ISM-France

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Colonies

Même auteur

Kim Lamberty

Même date

12 octobre 2004