Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1545 fois

Hébron -

Tentative d'intimidation à l'encontre de l'exposition « Briser le silence » sur le vécu des soldats israéliens à Hébron

Par

Le 22 juin dernier, la police militaire israélienne a fait une incursion dans l’exposition de photos intitulée « Briser le silence », à Tel Aviv, confisquant les enregistrements vidéo de soldats ayant effectué leur service à Hébron ainsi qu’un dossier de presse relatif à l’exposition. Depuis plusieurs années, des membres des Christian Peacemakers Teams d’Hébron entretiennent des liens amicaux avec certains des soldats qui participent à cette exposition.

« L’exposition a deux buts :
Faire connaître au public israélien ce que nous faisons réellement à Hébron, et ce que cela nous fait, à nous », dit l’ancien soldat Yehuda Shaul, qui est aujourd’hui réserviste dans la Brigade Nahal, et qui était avant cela affecté à Hébron. Shaul est un des organisateurs de l’exposition « Briser le silence », qui montre la vie à Hébron, telle que la voit un soldat israélien.
Certaines des photos exposées ont été prises à travers le viseur d’un fusil de guerre (c’est notamment le cas d’une de ces photos, montrant un jeune garçon palestinien en train de nourrir ses pigeons), de soldats en patrouille, de Palestiniens arrêtés, les yeux bandés, de boutiques palestiniennes avec de grandes étoiles de David peintes à la peinture sur leur porte, ainsi que graffitis tracés par des colons, tels : « Les Arabes : à la chambre à gaz ! ».

L’exposition comporte une installation montrant des clés de voitures confisquées à des conducteurs palestiniens par les soldats israéliens : démenti muet mais – ô combien – éloquent aux déclarations des porte-parole de l’armée, qui affirment que les soldats éthiques de « Tsahal » ne sauraient en aucun confisquer les clés de quiconque…

Le 15 juin, plusieurs militants des Equipes de Faiseurs de Paix Chrétiens sont allés voir l’expo. Un réserviste israélien leur a dit qu’envoyer des réservistes âgés tout juste de dix-huit ans à Hébron n’était pas vraiment une bonne idée. « Il ne faut pas beaucoup de temps à un jeune soldat envoyé là-bas », a-t-il expliqué, « pour apprendre qu’il n’a plus le droit de penser, s’il veut survivre. »

Les soldats israéliens travaillent par périodes de huit heures de garde, suivies de huit heures de « repos ». Or, pendant les huit heures dites « de repos », ils ont au moins quatre heures de travail à accomplir. « La seule chose à laquelle ils peuvent aspirer, c’est : dormir », a expliqué un autre réserviste, qui s’est repris, précisant : « … ou alors s’éclater avec ses copains… »

Faisant allusion à des photos de Palestiniens arrêtés, un réserviste a résumé ses impressions en disant qu’il était très facile de ne plus voir les hommes assis, là, sous leurs yeux. Ces hommes étaient-ils assis là depuis dix minutes, ou depuis six heures ? D’expérience de soldat, il y a toujours quelqu’un, là, devant vous, assis dans votre champ visuel ; alors…

Les réservistes qui gèrent l’exposition ont indiqué que plusieurs d’entre eux ont invité leur famille à venir la voir. Les soldats espéraient que leurs proches pourraient mieux comprendre ce que cela fait, que d’effectuer son service militaire à Hébron. Ils entendent faire comprendre à l’opinion publique israélienne que le service militaire pervertit les jeunes hommes et les jeunes femmes d’Israël.

Trois des réservistes organisateurs de l’exposition ont été soumis à des interrogatoires d’une durée dépassant six heures, le 22 juin, apparemment au motif que la police militaire les suspectait d’avoir eux-mêmes perpétrés les abus qu’ils s’efforcent de dénoncer publiquement ( !)…

Répondant aux questions d’un journaliste du quotidien israélien de référence Ha’Aretz, les réservistes qui ont fait l’objet de ces interrogatoires ont déclaré que ce traitement entendait punir ceux des soldats qui ont apporté la preuve des exactions perpétrées à Hébron, et aussi d’intimider d’autres soldats qui envisagent aujourd’hui de briser leur propre silence.

[* Les Christian Peacemaker Teams (Equipes des Faiseurs de Paix Chrétiens) ont été fondées à l’initiative des Eglises historiques de la paix (Les Mennonites, l’Eglise de la Fraternité et les Quakers) avec le soutien et l’adhésion de plusieurs obédiences catholiques et protestantes. Elles ont pour mission de soutenir les actions de lutte contre les violences, de par le monde.

Contact : CPT, POB 6508 Chicago, IL 60680, USA
Telephone: 773-277-0253 Fax: 773-277-0291
E-mail: peacemakers@cpt.org

Pour recevoir la newsletter des CTP, remplir le formulaire qui se trouve sur leur site ouèbe à l’adresse suivante :
http://www.cpt.org/subscribe.php]

Source : www.cpt.org

Traduction : Marcel Charbonnier

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Objecteurs de conscience

Même auteur

CPT

Même date

22 juin 2004