Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2307 fois

Hébron -

Trois jours consécutifs d'attaques à Tel Rumeida; Baruch Marzel frappe une Palestinienne

Par

Après trois jours consécutifs de nombreux actes de violence perpétrés par les colons de Tel-Rumeida, Hebron, l'IDF et la police font très peu de choses pour arrêter ou stopper les colons qui s'opposent violemment au retrait des colons du marché palestinien occupé illégalement dans la Vieille Ville d'Hébron.
Certains soldats ne font rien pendant que les colons attaquent les Palestiniens ou les employés des droits de l'homme (HRW) qui vivent à Tel-Rumeida pour les soutenir, tandis que d'autres soldats interviennent à différents niveaux.

Trois jours consécutifs d'attaques à Tel Rumeida; Baruch Marzel frappe une Palestinienne


Photo : Un groupe de filles-colons à Hebron (Mamoun Wazwaz/MaanNews Network)

Cette disparité prouve que l'IDF n'a pas publié des ordres clairs pour protéger la population palestinienne ou internationale à Tel-Rumeida.

Lors d'une attaque, une voiture de la police est passée à proximité et des employés des droits de l'homme (HRW) ont demandé de l'aide. La police a répondu : "Nous ne vous défendrons pas. Ce n'est pas notre travail. Vous choisissez d'être dans la rue, c'est donc votre propre responsabilité."

Les employés des droits de l'homme ont expliqué que des familles palestiniennes ont été constamment menacées, insultées, frappées et ont eu leurs maisons et leur boutiques attaquées et que c'était la raison de leur présence dans la rue : pour intervenir lors des attaques de colons.

Le 14 janvier, des colons dont certains portaient des masques noirs ont frappé un Palestinien qui rentrait chez lui à l'arrière de la tête avec une pierre jetée du toit de leur bâtiment alors que les employés des droits de l'homme l'accompagnaient.
Très vite, un groupe d'environ 40 colons, d'une moyenne d'âge de 15 ans, a attaqué un petit groupe d'humanitaires en leur donnant des coups de pied, des coups de poing et en les frappant avec des matraques. Les soldats ne les ont pas vraiment arrêtés.

Alors les colons ont commencé à donner des coups de pied contre la porte d'une maison palestinienne.

Le propriétaire a ouvert la porte et les colons ont commencé à lui donner des coups de pied et ils ont tenté d'entrer dans sa maison.
Un humanitaire s'est faufilé parmi les colons et a bloqué la porte pour empêcher les colons d'entrer dans la maison. Les colons lui ont alors donné un coup de pied violent.
Les soldats ont alors enlevé l'humanitaire au lieu de faire partir les colons.

Des colons, ne voulant pas que leur violence soit enregistrée sur bande vidéo ont tenté a plusieurs reprises de voler et de casser les caméras des employés des droits de l'homme.

Les colons ont donné un coup de pied au visage d'un humanitaire, lui entaillant le menton, parce qu'il n'abandonnait pas sa caméra. Les employés des droits de l'homme ont appelé à l'aide la police à trois reprises pendant cette attaque mais la police n'est arrivée que 45 minutes plus tard.

Des voitures de police ont été attaquées par des colons qui leur ont jetés des bombes de peinture et d'autres leur ont jeté des ampoules remplies de peinture.

Le 12 janvier, un habitant palestinien de Tel-Rumeida, a rapporté qu'un groupe de jeunes colons a attaqué une parente.

Mené par Baruch Marzel, un colon notoire, le groupe de colons a agressé une femme en lui donnant des coups de poing et des coups de pied jusqu'à ce qu'elle réussise à fuir jusqu'au checkpoint voisin.

Pendant cette attaque, elle a appelé les soldats près du poste militaire de Beit Hadassah qui n'ont pas répondu.

Aucun humanitaire n'était présent au début de l'attaque, mais un humanitaire a vu la femme courir et crier en direction du checkpoint, morte de peur.


LA PRESSE EST INVITÉE A REJOINDRE LES EMPLOYES DES DROITS DE L'HOMME A TEL-RUMEIDA POUR ÊTRE TÉMOIN DE LA VIOLENCE DES COLONS.

DES VIDEOS DE QUELQUES INCIDENTS SONT DISPONIBLES.



Contact :
Luna, Projet Tel Rumeida : 054 557 3154 - www.telrumeidaproject.org
David, International Solidarity Movement : 054 651 7234 - www.palsolidarity.org

Source : www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Colonies

Même auteur

ISM

Même date

15 janvier 2006