Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1550 fois

Bilin -

Un conte de fée des Forces Spéciales

Par

Le vendredi 14 octobre, les Forces d'occupation israéliennes ont envoyé plusieurs agents provocateurs dans le village cisjordanien de Bil'in.
Tôt vendredi matin, les soldats israéliens ont bloqué le village.
Les check-points temporaires ont arrêté tous les véhicules qui essayaient d'entrer et tous les Internationaux ou Israéliens ont été renvoyés.
Quatre activistes israéliens ont été arrêtés. Cependant, cette tentative de tromper le monde quant à l'utilisation imminente de la force brutale a échoué.

Pendant le Ramadan, les manifestations hebdomadaires du vendredi commencent plus têt que d'habitude.
Les protestataires se sont rassemblés à l'extérieur de la mosquée après les prières de midi, et ils se dirigent ensemble vers le site de la construction du mur.

Plusieurs manifestants portaient des draps où étaient inscrits des mots tels que "Vie", "Paix", "Coexistence ", "Humanité", et "Liberté" et avaient de grands serpents noirs enroulés autour de leurs gorges. Comme le mur, traçant son chemin à travers l'ensemble de la Cisjordanie et étranglant la vie des Palestiniens sur sa route, ces serpents semblaient étrangler la "Vie", l'"Humanité", des protestaires.

En chantant et en scandant des slogans, les manifestants ont marché jusqu'aux soldats qui leur bloquaient le chemin à quelques mètres du chantier de construction. Là, pendant plusieurs heures, ils ont continué à scander leurs slogans.

Sans doute gênés par le temps d'arrêt, les soldats ont rompu les rangs, poussant la foule pour viser les organisateurs de la manifestation.

Eyad Bornat, un membre du Comité populaire Contre le Mur a été battu et souffre d'une blessure à la tête.

La manifestation s'étant effectivement dispersée, les soldats ont suivi les manifestants qui rentraient au village.

A ce moment-là, plusieurs agents des forces spéciales israéliennes déguisés en Palestiniens se sont approchés fr plusieurs garçons de Bil'in et ont essayé de les inciter à jeter des pierres sur les soldats.

Après avoir échoué, ils ont eux-mêmes commencé à jeter des pierres dans la direction des soldats. Immédiatement les militaires ont commencé à tirer des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène.

Leur mission achevée, après avoir réussi à fournir un prétexte à cette violence, les troupes clandestines devaient être récupérées.
Jaillissant des sous-bois et continuant leur mascarade, les troupes régulières des Forces Spéciales "ont arrêté" leurs camarades et les ont emmenés hors du secteur.

Après avoir préparé le terrain, l'armée israélienne s'est retranchée derrière le récit dans lequel elle semble la plus à l'aise.

Contrairement à la déclaration du Major Levi de vendredi dernier : "Nous ne voulons pas la violence, nous ne voulons pas provoquer la violence et nous ne voulons pas gêner les habitants dans leurs villages ou dans leurs champs" (cité dans le New York Times le 8 octobre 2005), les militaires ont cherché la violence, cherché à provoquer la violence, et cherché "à gêner" les habitants dans leurs villages et leurs champs.

Les confrontations ont eu lieu pendant trois heures entre les jeunes en colère de Bil'in, et les soldats qui ont profiter de l'occasion pour s'entrainer comme tireurs d'élite sur des cibles mobiles.

Source : www.palsolidarity.org

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bilin

Même sujet

Résistances

Même auteur

ISM

Même date

15 octobre 2005