Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 10402 fois

Israël -

Un "formulaire d'engagement" exigé pour entrer en Israël ?

Par

Regardez ça. C'est un "contrat" qu'on a demandé de signer à une citoyenne suédoise à l'entrée en Israël par le passage frontalier d'Eilat :
"Je : X, citoyen de Suède, et détenteur du passpott n° 111, déclare ci-dessous ce ce qui suit :
Je m'engage que je ne peux pas être un membre de toute organisation pro-Palestiniennes et ne pas être en contact avec aucun autre membres d'organisations pro-palestiniennes, et que je ne participerai pas à des activités pro-palestiniennes.
Je comprends que si j'étais pris faisant même une de ces choses, toutes les actions juridiques correspondantes seront prises contre moi y compris la déportation et le refus d'entrée en Israël.
Je m'engage à quitter le pays le neuf dix avril 2012.
Nom - Signature - Date
(10 avril 2012 sur ce document)."
Arrêtez de ricaner sur le "passpot" et la construction grammaticale bizarre de la première phrase, sur les diverses fautes d'orthographe et sur la date du neuf dix avril de la fin. C'est très sérieux. La personne en question a raconté à +972.mag :

Un 'formulaire d'engagement' exigé pour entrer en Israël ?

"Cela fait six mois maintenant que je suis à Jérusalem Est, où je rends visite à des amis. Etant ici avec un visa touristique, je dois quitter le pays tous les trois mois et renouveler mon visa à la frontière. Aucun problème sauf cette fois-ci : avec un ami je suis allée en Jordanie et j'envisageai d'avoir un nouveau visa tamponné sur mon passeport au retour. Je rentre en Suède la semaine prochaine, je n'ai donc besoin d'un visa que pour mes derniers jours ici.

Lorsque nous sommes arrivés dans la partie israélienne du passage frontalier, au sud, entre Aqaba et Eilat, on nous a demandé de nous asseoir et d'attendre un moment pendant qu'ils vérifiaient mon passeport. On m'a demandé ensuite d'aller dans un bureau où j'ai été questionnée sur ma religion, si j'avais des contacts avec des organisations religieuses ici, ce que je faisais pendant la journée, combien d'argent j'avais à dépenser et comment je l'avais eu, ce que je fais en Suède, etc. Puis on m'a à nouveau fait attendre sans me dire quoi que ce soit. 4 heures et 20 minutes après, on m'a demandé de signer ce formulaire et on m'a rendu mon passeport avec le visa dont la date d'expiration (normalement 3 mois plus tard) avait été corrigée au 19 avril, date de mon vol de retour. Puis j'ai pu enfin à nouveau entrer en Israël.

Ils ont gardé l'original du formulaire au poste frontalier, et le mien n'est qu'une copie. Je ne sais pas ce que j'encourrai si je ne respectais pas le "contrat". Personnellement, je suis heureuse de pouvoir passer une dernière semaine à Jérusalem. Je suis enceinte de cinq mois et je ne ressemble pas vraiment à un risque sécuritaire. Et pour autant que je sache, je n'ai rien fait d'illégal pendant mon séjour ici.
"

Compte tenu de l'ineptie de la formulation, des erreurs d'orthographe et le fait que la lettre est entièrement personnalisée pour cette femme, j'aurais tendance à parier que c'est une initiative locale du personnel de ce poste frontalier, plutôt qu'une décision globale. L'initiative pourrait bien venir de cette même "Meital Yahud", l'autre signataire du formulaire, qui se cherche un alibi au cas où la personne qu'elle laisse entrer faisait quelque chose de dangereux, comme par exemple, aïe, prononcer le mot "Palestine" ou quelque chose comme ça.

Je vérifierai mon hypothèse avec le ministère de l'Intérieur dès la fin du Shabbat, mais c'est toujours morbidement fascinant de voir comment nos autorités deviennent de vrais bouffons dès qu'il est question de la "Flytille", avant même qu'un seul activiste n'ait mis un pied dans un avion.

L'avocat pour l'immigration et les droits de l'homme Yadin Elam, du bureau juridique Yadim Elam, a déclaré à +972.mag :

"C'est la première fois que je vois un formulaire pareil, mais travaillant avec le ministère de l'Intérieur tous les jours, rien ne peut me surprendre. Légalement, elle a beaucoup de chance que le "contrat" soit si mal rédigé et écrit. Si elle "ne peut pas" être membre d'une organisation pro-palestinienne, alors j'imagine qu'elle ne l'est pas..."

Au sujet de la question de la responsabilité, Elam suggère :
"(...) Ça ressemble vraiment à une initiative privée d'un employé subalterne du ministère de l'Intérieur, mais on devrait s'inquiéter qu'un employé subalterne ait le pouvoir de prendre de telles décisions. Nous nous souvenons tous qu'Israël a blamé les responsables de l'immigration pour leur décision de refuser l'entrée à Noam Chomsky il y a presque deux ans. Serait-ce trop espérer qu'après une telle faute, le ministère s'assure que des initiatives privées ne soient plus prises ? Et s'il ne le fait pas, pouvons-nous encore appeler ça une initiative privée ?"

Et encore, cette fois ils n'ont pas exécuté sommairement l'ordinateur portable du visiteur. Les choses s'améliorent...

Source : +972mag

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Dimi Reider

Même date

14 avril 2012