Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2651 fois

Hébron -

Un prisonnier politique palestinien presque aveugle suite aux interrogatoires israéliens n'est pas autorisé à avoir une greffe de cornée

Par

Le Palestine News Network a pû avoir accès à un prisonnier politique palestinien dans la prison israélienne de Hadarim pour une interview exclusive.

Nader Abu Turkia est détenu dans la chambre 10 du secteur 8 du quatrième étage après que les Forces d'Occupation Israéliennes aient arrêté l'homme d'affaires d'Hébron le 10 novembre 2002.
Il a été condamné à 15 ans de prison comme d'autres parmi les presque 9.000 prisonniers politiques palestiniens actuellement dans les prisons israéliennes selon les dernières statistiques des droits de l'homme.

Un prisonnier politique palestinien presque aveugle suite aux interrogatoires israéliens n'est pas autorisé à avoir une greffe de cornée


Démonstration par Physicians For Human Rights de la torture infligée au Palestiniens lors des interrogatoires


Sa vue baisse rapidement en dépit des lunettes qu'il porte alors qu'il parle de son problème de vision après avoir été battu jusqu'à en tomber presque aveugle pendant un interrogatoire de 70 jours par les Israéliens.

Les Forces d'Occupation Israéliennes lui ont couvert la tête pendant des périodes prolongées, menant à une inflammation aiguë de ses yeux. Les autorités des prisons israéliennes ont refusé de lui autoriser un traitement approprié après qu'elles lui aient mis de la saleté dans les yeux pendant des périodes prolongées.

Le prisonnier politique raconte l'histoire de son emprisonnement et la perte de sa vision. Il ne voit plus qu'à un mètre devant lui. Il dit : "Pendant l'Intifada Al Aqsa, l'armée d'occupation m'a accusé de possession d'armes, y compris d'engins explosifs."

Nader continue . "Après ça, je suis devenu pour eux un 'Recherché'. Ils m'ont pourchassé pendant plus d'un an et ma vie est devenue très difficile. Quand ils m'ont finalement pris, j'ai été interrogé pendant plus de 70 jours."

Nader, presque aveugle, explique : "Le docteur de la prison m'a dit : 'Vous méritez des verres foncés et ne plus voir quoi que ce soit devant vous."

Nader dit que les mots et le comportement des médecins étaient encore plus dingues que ceux des enquêteurs qui lui ont mis des saletés dans les yeux et ont ensuite couvert sa tête d'un sac.

Toujours dans la chambre no 10 cette semaine, Nader a déclaré à PNN : "Le docteur et moi avons réalisé que je perdrais totalement la vue si je restais comme ça pendant mes 15 ans de prison, et mes 5 ans de mise à l'épreuve."

Le prisonnier politique continue en disant : "Mon problème est critique et le Ministre palestinien aux Affaires des Détenus et aux Ex-Détenus qui m'a rendu visite un jour m'a dit que le coût du traitement était très cher après que l'Administration des Prisons israélienne ait refusé de m'autoriser une greffe de cornée."

Nader poursuit : "Le ministre palestinien a dit : "Israël est responsable de votre traitement, et nous ne pouvons pas couvrir les dépenses d'une opération tout pendant qu'ils vous gardent prisonnier. C'est de leur responsabilité."


"Mais," dit Nader, "maintenant je suis pris entre deux feux : le premier, c'est l'administration israélienne des prisons qui refuse d'autoriser un traitement et le second, c'est notre Ministère des Affaires aux Prisonniers qui dit que c'est à ceux qui me gardent prisonnier de payer le traitement."

En vertu du droit international, l'Autorité Palestinienne a raison, toutefois le prisonnier politique a besoin d'un traitement, mais avec ou sans le financement, les Israéliens ne le permettront pas.

"Par conséquent," poursuit Nader, "J'invite tous les êtres humains de conscience dans le monde libre à intervenir pour que je puisse sauver mes yeux."

Le prisonnier politique est le père de deux garçons qu'il, dit-il, ne peut plus voir pendant les visites derrière les vitres épaisses. "Je ne les vois pas mais je dirige mes yeux dans la direction d'où viennent leurs voix."

Les Forces d'Occupation Israéliennes ont détruit la maison familiale de quatre appartements située dans le sud de la Cisjordanie et maintenant Nader dit qu'il n'y a de la place que pour la tristesse.

Il ne peut rien faire, tel que lire ou écrire en raison de sa perte de la vue et il s'asseoit dans l'obscurité proche, se heurtant à ses copains de cellule, et il s'inquiète pour sa famille.


Palestine News Network a contacté l'avocat du prisonnier politique, Ala’ Zhalqa, qui a confirmé l'histoire de Nader, en disant qu'il était inquiet au niveau humanitaire et juridique. "Je suis ce cas médical critique et je sais que cet homme a perdu une grosse partie sa vision maintenant et son état s'aggrave progressivement."

Son avocat poursuit : "Ce dont nous avons besoin, c'est d'un effort collectif pour faire pression sur l'administration des prisons israéliennes afin qu'elle accorde une autorisation pour une greffe de cornée et trouver les financements nécessaires."

PNN a également rencontré l'épouse de Nader, au bord des larmes, qui exprime sa profonde tristesse pour l'état de son mari qui perd la vue.

Elle a dit : "J'invite Médecins Sans Frontières à organiser une visite à la prison de Hadarim, et à faire pression sur son administration afin qu'elle autorise une greffe de cornée avant qu'il perde la vue pour toujours."

De son côté, l'administration des prisons israéliennes n'exprime aucune intention de revenir sur sa décision de ne pas autoriser une opération, mais elle permettra seulement à un ophtalmologue d'examiner Nader une fois tous les cinq mois et de lui donner une nouvelle paire de verres.



NOTES :

Mustafa Sabri a été arrêté en janvier 2006 par les Forces de l'Occupation Israélienne

Source : http://www.palestinenet.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Torture

Même auteur

Mustafa Sabri

Même date

12 mars 2006