Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2891 fois

Gaza -

Une famille disparue dans les bombardements au phosphore blanc

Par

Eman Mohammed est un journaliste et reporter indépendante jordano-palestinien installé dans la Bande de Gaza depuis 2005.

L’agonie de la famille Abu Halima a commencé lorsque la famille se protégeait des missiles israéliens dans leur maison de deux niveaux à Jabalia, au nord de la Bande de Gaza, le 11 janvier, et que deux bombes au phosphore blanc l’ont frappée. Le père de famille, Saad Ala Abu Halima, a été tué sur le coup ainsi que ses trois fils, Abed Raheem (14 ans), Zaid (10 ans) et Hamza (8 ans), et sa seule fille, Shahed, 1 an.

Une famille disparue dans les bombardements au phosphore blanc


Muhammad, le fils aîné d’Umm Muhammad, tient une photo de sa famille. Tous, sur la photo, ont été tués, sauf lui, Umm Muhammad et deux jeunes frères, Ahmad et Ali.

La femme de Saad, Umm Muhammad, et sa belle-fille de 20 ans, Ghada, ont été grièvement brûlées, incapables de fuir ou d’appeler à l’aide. La fille de Ghada, Farah, 2 ans, et le plus jeune fils d’Umm Muhammad, Ali, 4 ans, ont été blessés et ont vu les membres de leur famille périr dans l’horreur.

Quelques minutes avant que le mari de Ghada n’arrive à la maison, son frère Ahmad et quelques cousins s’y étaient précipités et avaient emporté les fils morts et leur père sur une charrette, à la recherche d’une ambulance.

Ahmad (le fils de Muhammad) dit : « Dès l’explosion, mes cousins et moi avons mis mon père et mes frères sur la charrette, pensant qu’on pourrait leur sauver la vie. Je ne savais pas qu’ils étaient tous morts au moment où nous sommes arrivés ! Nous avons cherché une ambulance mais un char israélien est apparu en face de nous ; le soldat israélien qui en est sorti nous a ordonnés de laisser les corps et de courir pour nous sauver la vie… alors que nous courions, je me suis retourné et je l’ai vu mettre du sable sur les corps. »

Il ajoute, après une brève pause : « Je suis revenu à la maison pour voir ma nièce Farah, Ali, ma mère et ma belle-sœur Ghada tous brûlés et emmenés à l’hôpital par les voisins. Ca ne me semble toujours pas réel ; tous les matins, je voudrais donner tout ce que j’ai pour que ma famille revienne. Dieu sait mieux que moi. »

Umm Muhammad réconforte Ali, disant : « Ils m’ont pris mon bébé Shaded mais j’ai toujours Farah et Ali ; peut-être est-ce ainsi qu’il fallait que ce soit. »

« J’ai vécu ma vie, ça m’est égal de payer le prix de la guerre, mais pourquoi cette petite fille devrait-elle souffrir ? C’est ça que je ne comprends pas ! Nous avons essayé de vivre dans la maison après l’accident, mais les murs noircis nous rappelaient sans cesse chaque minute de nos vies, ou ce qu’il en reste, » ajoute Umm Muhammad.

Ghada, la mère de Farah et la belle-fille d’Umm Muhammad, est allée en Egypte avec Farah pour faire soigner ses graves brûlures, mais Ghada est morte en Egypte et seule Farah est revenue à Gaza vingt jours après.

Umm Muhammad souligne que son seul fils survivant et présent pendant les attaques était, de façon ironique, celui qui était le plus près de l’impact du missile. Quand Ali demande à sa jeune cousine où sont les membres absents de la famille, Farah pointe le doigt vers le ciel, comme sa grand-mère le lui a appris.

L’oncle de Farah, appelé lui aussi Ahmad, dit : « Je vois bien que Farah, Ali et ma mère ont toujours du chagrin, peu importe les médicaments qu’ils prennent. Les docteurs ici ne peuvent rien faire, et je parie que ce serait le cas dans n’importe quel autre pays. Seuls les Israéliens peuvent nous guérir, puisque c’est eux qui sont la cause de tout. »

Au fur et à mesure que le temps passe, l’ampleur dévastatrice des blessures physiques et psychologiques de cette famille palestinienne sont de plus en plus visibles.

Source : Electronic Initifada

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Incursions

Même date

26 mai 2009