Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1118 fois

Gaza -

Une famille sous siège

Par

Assad et Sa'id avaient l'habitude de collectionner les bombes de tanks, choses laides, avec lesquelles Israël tirait sur eux quand ils gardaient leurs chèvres dans les champs. Ils les avaient peintes et remplies de fleurs, les transformant en vases, en belles choses.

Une famille sous siège


A la fin de ma visite, ils se mirent à me demander de prendre des photos pour leurs frères, oncles, fils et frères détenus dans les prisons israéliennes depuis plus de quatre mois- une photo du nouveau-né pas encore vu par le père emprisonné, une de la fille favorite du père et une photo des photos des détenus suspendues au mur pour que les prisonniers sachent qu'ils manquent, qu'ils sont célébrés.

Le 19 mars, Israël a raflé Assad Salach et ses fils Fahmi et Salach et le frère d'Assad Sa'id et son fils Ghassan, ainsi que plus de 300 hommes âgés de 16 ans et plus le long de la frontière nord de la Bande de Gaza. Ce n'est pas la première fois qu'Israël arrête les hommes de la famille Salach.

Ces jours-ci, quand les roquettes artisanales ont été lancées depuis la Bande de Gaza, elles ont été comme d'habitude lancées depuis l'intérieur des villes, pas depuis ses zones frontières. Aussi, cela n'a pas beaucoup de sens pour ces hommes d'être arrêtés uniquement pour des raisons de sécurité. Il semble que ce soit plutôt une méthode pour pousser dans les villes les familles habitant les zones frontalières et déserter leur seule source de revenus, leur terre. Israël est en train de réussir à détruire les ressources en fruits de la Bande surpeuplée. La terre, autrefois d'un vert appétissant, est maintenant réduite à un aride no man's land, facilement surveillé par les tours de sécurité d'Israël et les drones qui ont une vue sur tout. Mais plus important, la crise économique causée par le sous-développement intentionnel en cours de l'économie de Gaza est en train de détruire la nature de la société.

La maison de la famille Salach a été détruite en 2001. Le 25 mars, huit bulldozers israéliens ont traversé la frontière proche et aplati les champs. Peu après, ils sont revenus en arrière et ont écrasé la maison avec encore quelques membres de la famille à l'intérieur. Ce jour-là Abu Assad, le grand-père de la famille Salach, a eu une attaque, lui et sa femme, Oum Assad ont été emmenés à l'hôpital. A la fin de la journée Oum Assad avait perdu son mari, sa maison et les arbres qui avaient orné les champs de la famille. Elle s'est rendue un demi kilomètre de la route chez son autre fils. Aujourd'hui, Israël l'a pris lui aussi.

Assad et Sa'id avaient l'habitude de collectionner les bombes de tanks, choses laides, avec lesquelles Israël tirait sur eux quand ils gardaient leurs chèvres dans les champs. Ils les avaient peintes et remplies de fleurs, les transformant en vases, en belles choses.

« Le jour où ils ont commencé à faire ça, les israéliens ont presque complètement arrêté de nous tirer dessus, » m'a dit la femme d'Assad. Depuis que les média ont rapporté des images de leur acte, -transformant la mort en vie, la laideur en beauté- les bombes ont cessé de tomber. Quand les hommes ont été détenus, les vases l'ont été aussi ; Israël ne voulait pas qu'une telle histoire continue à courir.

En dépit du cessez-le -feu, cinq des membres de la famille Salach restent emprisonnés sans même un jugement ; leurs champs tombent en ruines parce que l'armée israélienne tire sur eux quand ils essaient d'y aller ; leur vieille maison reste démolie pendant que la mémoire du passé continue à les hanter chaque jour. Mais aujourd'hui, le cessez-le-feu leur permet de recevoir un invité.

Source : Electronic Intifada

Traduction : MM pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Blocus

Même date

22 juillet 2008