Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3706 fois

Vallée du Jourdain -

Une nouvelle colonie israélienne à Abu Al-Ajaj

Par

12.07.2012 - Les colons israéliens sont en train d’établir une nouvelle colonie dans la Vallée du Jourdain. Avec le soutien du Premier ministre israélien Netanyahu, ils se sont emparés d'une base militaire désaffectée située près de deux communautés palestiniennes, et revendiquent ce secteur, exactement comme l'avaient fait en 2002 les colons tristement célèbres de Maskiyyot. Ces dernières semaines, des entrepreneurs appointés par les colons ont commencé à rénover les bâtiments de la base militaire désaffectée de Gadi, dans le secteur d’Abu Al-Ajaj du village de Jiftlik, au cœur de la Vallée du Jourdain.

Une nouvelle colonie israélienne à Abu Al-Ajaj

La base militaire désaffectée Gadi, emplacement de la nouvelle colonie illégale
Ces nouveaux colonisateurs travaillent clairement en étroite collaboration avec le Conseil Régional des colonies de la Vallée du Jourdain et la colonie voisine, Massu’a. Les colons de Massu'a sont parmi les colons les plus agressifs de la Vallée du Jourdain ; ils sont à l'origine d'une série de vols de terres violents, à trois reprises ces dernières années, à Abu Al-Ajaj.

L'établissement de la nouvelle colonie a été annoncé par la radio de l'armée israélienne le 10 mars 2011, lorsque Netanyahu s'est rendu sur la base Gadi. A l'époque, David Alhiani, chef du Conseil régional de la Vallée du Jourdain, avait dit : "Ni le ministre de la Défense ni le Premier ministre ne construiront une nouvelle colonie dans la Vallée du Jourdain, pas maintenant. Peut-être plus tard, quand il y aura une souveraineté dans la vallée."

Photo
Un des bâtiments de la base militaire de l'occupation Gadi


Israël n'a pas de souveraineté sur la Vallée du Jourdain aujourd'hui, pas plus qu'il ne l'avait il y a un an. L'occupation est tout simplement aussi illégale qu'elle l'était il y a un an. Mais les tentatives israélienne de s'emparer de la vallée sont maintenant plus agressives et plus transparentes. Ainsi, en septembre 2011, l'information a éclaté sur des plans israéliens de chasser systématiquement 27.000 bédouins de Jérusalem Est, de la Vallée du Jourdain et du reste de la zone C.

La nouvelle colonie sera gérée par l'organisation israélienne de jeunes Bnei Hamoshavim [dont fait partie David Alhiani, chef du Conseil régional de la Vallée du Jourdain, ndt] et encouragera de jeunes Israéliens qui ont eu des problèmes de santé mentale et d'addiction à rejoindre le projet de colonisation dans la Vallée du Jourdain.

Photo
Le cimetière d'Abu Al-Ajaj


Avant l'occupation israélienne de la Cisjordanie en 1967, la base militaire Gadi était utilisée par l'armée jordanienne, et environ 10.000 Palestiniens vivaient au sud et à l'est, dans le camp de réfugiés d'Abu Al-Ajaj. Il ne reste plus du camp aujourd'hui que le cimetière et l'école UNRWA. La mosquée se trouve toujours sur la colline, à l'intérieur de la clôture qui entoure la nouvelle base des forces israéliennes d'occupation, et elle est interdite d'accès aux Palestiniens depuis ces dernières 45 années.

Photo
La mosquée d'Abu Al-Ajaj


Depuis la destruction du camp de réfugiés, peu après l'occupation, la communauté palestinienne d'Abu Al-Ajaj a tiré sa subsistance de l'agriculture sur une petite parcelle et du pacage des moutons sur les flancs des collines. Environ 120 familles vivent maintenant dans la communauté, certaines viennent du secteur d'Al-Jiftlik, et d'autres sont arrivées comme réfugiées de Yata, près d'Al-Khalil/Hébron, lorsque les colons les en ont chassées.

Au cours des 8 dernières années, les colons de la colonie voisine de Massu'a ont travaillé main dans la main avec les forces israéliennes d'occupation (FIO) pour essayer de chasser les Palestiniens de la terre. En trois occasions (en 2004, 2008 et 2010), ils ont choisi la zone de terre qu'ils voulaient, ont démoli toutes structures ou biens palestiniens et ont exploité la terre pour leur propre usage : ils ont construit des serres pour cultiver du raisin en 2004, volé un champ pour leurs cultures en 2008 et en 2010, ils ont attaqué les Palestiniens locaux lorsqu'ils sont venus clôturer une autre parcelle de terre où ils ont plus tard installé une autre rangée de serres (voir Rapport humanitaire
OCHA, octobre 2010).

Photo
Expansion de la colonie illégale Massu'a (carte OCHA)


Chaque fois, les FIO les ont accompagnés et soutenus. Pendant la même période, la communauté a reçu un nombre incalculable d'ordres de démolition, et a subi des raids à l'aube au cours desquels les FIO ont détruit beaucoup de leurs maisons et des abris pour les animaux.

Une trentaine de maisons sont sous le coup d'ordres de démolition. Les familles vivent dans la crainte de voir un jour arriver les FIO, et d'assister à leur tour à la destruction de leurs maisons et de leurs sources de revenus. Leurs canalisations d'eau ont été détruites, leurs bêtes ont été tuées, l'accès aux pâturages ont été interdits et leur terre a été volée, sous leurs yeux.

D'autres fermiers locaux ont eux aussi été harcelés par les FIO. Waleed Abu Hania, qui vit près du cimetière, a été chassé de sa ferme trois fois par l'armée qui, chaque fois, l'a accusé d'être sur une terre appartenant à l'Etat ! Un peu plus loin sur la route, la famille Saaidh a reçu un ordre de démolition pour le container métallique installé sur leur petite ferme de dattiers.

Photo
Démolition à Abu al-Ajaj en novembre 2010


La petite communauté voisine de Koursiliyya, composée de 4 familles, est encore plus vulnérable. Nichée dans la vallée à l'ouest de la base militaire Gadi, elle a déjà été privée d'accès à l'eau d'une petite source naturelle proche, et est sous la menace d'un transfert forcé.

Toutes ces familles palestiniennes continuent de vivre sur leur terre malgré tout. Elles font preuve d'une incroyable endurance, mais elles ont aussi nulle part ailleurs où aller. Elles sont chez elles. Elles font face aux efforts concertés de l'Etat israélien de les chasser de leur terre, et elles subissent la violence verbale et les attaques physiques des colons illégaux de Massu'a. Maintenant, elles sont confrontées à la perspective d'un nouveau groupe de jeunes colons qui pourront en toute impunité user de violence, d'agression et de harcèlement contre leurs voisins palestiniens.

- "Vallée du Jourdain Solidarité" sur Facebook.

- Rapport OXFAM : "Au bord du gouffre : Les colonies israéliennes et leur impact sur les Palestiniens dans la vallée du Jourdain", ISM-France, 5 juillet 2012.


Source : Jordan Valley Solidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Vallée du Jourdain

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

Jordan Valley Solidarity

Même date

15 juillet 2012