Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2842 fois

Tulkarem -

Une veuve palestinienne de 63 ans vit dans une maison isolée juste en face d'un checkpoint près de Tulkarem

Par

A la périphérie du village de Jubara, en bordure du checkpoint du même nom (au sud de Tulkarem, Cisjordanie occupée), se trouve la maison de Shawqiye Hamaide, Umm Yousef, 63 ans. Mère de deux filles et grand-mère de 6 petits-enfants, Umm Youssef est originaire du village de Beit Lid, mais elle a déménagé dans cette maison il y a 35 ans lorsqu'elle a épousé son mari, qui y est né. Aujourd'hui, après que son mari est décédé il y a de nombreuses années et que ses filles se sont mariées et ont quitté la maison, elle vit là, seule, dans une zone très isolée.

Une veuve palestinienne de 63 ans vit dans une maison isolée juste en face d'un checkpoint près de Tulkarem

Umm Youssef dans son arrière-cour, derrière elle le checkpoint Jubara
C'est une demeure très vieille et en mauvais état ; il y a plusieurs fissures dans le toit et les murs, par lesquelles l'eau s'infiltre l'hiver. Les fenêtres ne sont pas équipées de vitres mais de stores, et il fait très froid dans la maison en hiver. Quelquefois, l'été, des serpents pénètrent dans la maison par les volets.

Photo
La peinture du plafond et des murs s'écaille à cause des infiltrations d'eau en hiver

Photo
Des fenêtres équipées de stores qui ne protègent pas du froid


En 2000, lorsque l'armée israélienne a commencé la construction du Mur d'Apartheid (sous la forme d'une haute clôture électrifiée dans cette zone) en face de chez elle, les soldats ont fait pression sur elle pour qu'elle s'en aille, disant que la maison risquait de s'écrouler à cause des vibrations provoquées par le travail des bulldozers parce que c'est une très vieille construction. Mais malgré cette menace, elle a refusé de partir. Elle veut vivre ici pour le restant de ses jours et mourir dans cette maison.

Photo
Des fissures sont apparues dans les murs lorsque les bulldozers ont commencé à creuser près de la maison pour construire le mur


Elle dit aussi que des confrontations se produisent très souvent entre les jeunes du camp de réfugiés de Tulkarem et les soldats israéliens : les jeunes jettent des pierres depuis le sommet de la colline en face de sa maison en direction du checkpoint militaire, et les soldats leur tirent dessus à coups de balles réelles et autres sortes de munitions. Il arrive également que les soldats postés au checkpoint tirent vers sa maison. Elle a également 7 oliviers dans son jardin et pendant la saison de la récolte, lorsque elle cueille les olives, les soldats tirent dans sa direction.

La vie dans ce secteur vulnérable et marginalisé est devenu encore plus angoissante depuis la visite d'un homme, qui a prétendu être un Palestinien de Nazareth ; il a frappé à sa porte il y a environ un an, a dit qu'il voulait épouser une femme de Cisjordanie et a offert à Umm Youssef un million de shekels pour acheter sa maison. Cette année, il est déjà revenu 7 fois, et il a fini par doubler l'offre jusqu'à 2 millions de shekels. Mais elle ne veut pas vendre, et il est peu probable que quiconque veuille payer un tel prix pour commencer une vie de couple dans une maison aussi pauvre.

Photo
La tour de guet militaire telle qu'on la voit depuis le jardin


Finalement ses soupçons que cet homme est un Israélien qui essaie de continuer à coloniser la terre se sont confirmés lorsqu'elle l'a vu, un jour, en uniforme militaire au checkpoint. Elle dit que lui et un autre homme ont échangé leurs habits pour des vêtements civils, et il est parti en voiture vers Tulkarem. Elle les soupçonne de faire partie du Shabak ou du Mossad.

Photo
Une autre vue sur le checkpoint depuis le balcon de la maison


C'est une tactique habituelle du projet sioniste d'utiliser des tiers comme intermédiaires pour acheter des terres palestiniennes puis de les vendre à des citoyens israéliens, des colons ou aux autorités, pour poursuivre la colonisation et le nettoyage ethnique de la population autochtone. Dans de nombreux cas, les Palestiniens qui vendent leur terre de cette façon ne connaissent pas les intentions qui se cachent derrière ces achats. La décision d'Umm Youssef de ne pas vendre sa maison est donc cruciale pour empêcher la poursuite de la colonisation de la terre palestinienne dans ce secteur.


Photo
La localisation de la maison de Umm Youssef, le triangle noir dans le cercle orange, juste au bord de la route 557, en face du checkpoint (X), d'un monticule de terre (point noir) et à côté du mur d'apartheid (ligne rouge)


Photo
La maison de Umm Youssef, dans le cercle rouge, complètement isolée par le mur-clôture et face au checkpoint de l'occupant



Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Tulkarem

Même sujet

Le Mur

Même auteur

ISM

Même date

5 janvier 2016