Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1755 fois

Palestine occupée -

Victoire de la grève de la faim ! Salut aux Prisonniers Palestiniens et à leur lutte pour la libération !

Par

Déclaration du Réseau de Soutien aux Prisonniers Palestiniens Samidoun, dont le collectif anti-impérialiste Coup Pour Coup 31 est membre.

A l'occasion de la victoire de la lutte pour la Liberté et la Dignité, nous saluons les Prisonniers Palestiniens pour avoir obtenu leur victoire non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour leurs familles, pour l'ensemble du peuple palestinien et pour le mouvement mondial pour la justice et la liberté. Nous saluons et félicitons les prisonniers pour leur victoire après 40 jours de sacrifice, de fermeté et de lutte sans fin. Nous saluons et félicitons tous ceux qui ont contribué à cette victoire dans toute la Palestine, dans les camps de réfugiés, dans les communautés palestiniennes partout et parmi les militants du monde pour la justice et la libération.

Victoire de la grève de la faim ! Salut aux Prisonniers Palestiniens et à leur lutte pour la libération !

Nous considérons ce moment comme étant une inspiration pour continuer et amplifier notre action afin d'organiser le combat pour la libération de tous les Prisonniers Palestiniens, des terres et du peuple de Palestine.

Le 17 avril, la fête des prisonniers palestiniens, 1.500 prisonniers palestiniens sur près de 6.500 prisonniers dans les prisons israéliennes ont lancé leur grève pour une série de revendications. Ces demandes étaient claires, axées sur la remise en place des visites familiales, du droit à l'éducation, à l'accès aux médias et aux soins médicaux. Parmi les avancées de la grève, il y a la restauration de la deuxième visite familiale mensuelle, annulée l'année dernière par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) sous prétexte de réductions budgétaires, malgré les promesses du mois d'août 2016 pour couvrir les coûts de la deuxième visite mensuelle pour les Prisonniers Palestiniens.

Il est déplorable qu'il faille une grève de la faim massive de 40 jours des Prisonniers Palestiniens pour rétablir les visites familiales enlevées par une agence internationale qui devrait être motivée par les droits et le bien-être des prisonniers. Loin d'être un spectateur neutre, le CICR (le Comité Internationale de la Croix Rouge) faisait en fait partie de cette grève en participant à la confiscation des droits des Prisonniers Palestiniens. Cela soulève encore une fois de fortes questions sur ce qui a vraiment provoqué la coupure des visites familiales pour les Prisonniers Palestiniens et le niveau d'implication israélienne dans ce qui a été réclamé à l'époque pour être une simple décision financière, malgré les promesses palestiniennes de couvrir les coûts.

Bien que d'autres informations sur l'accord n'aient pas encore été publiées, les nouvelles indiquent que d'autres revendications de la grève ont abouti. Elles se concentrent également sur la question des visites familiales, sur l'accès à plus de parents, y compris les grands-parents et les petits-enfants; Elles portent aussi sur l'amélioration de la communication, en particulier entre les enfants emprisonnés et les femmes et leurs familles, et l'installation de téléphones publics. Enfin, des revendications demandaient d'alléger les interdictions de sécurité et les interdictions fréquentes de visite familiale imposées par l'administration pénitentiaire israélienne.

Al-Mayadeen TV a signalé d'autres aspects de l'accord :

- Entrée périodique de médecins extérieurs privés pour examiner les prisonniers malades.
- Permission de visites de membres de la famille de la « deuxième classe », y compris les grands-parents et les petits-enfants.
- Augmentation du montant que les détenus peuvent avoir dans leur cantine (magasin de la prison, où presque tous les produits de première nécessité doivent être achetés à une entreprise israélienne).
- Ajout de 3 chaînes satellites à la télévision des prisonniers.
- Transfert à l'hôpital de la prison de Ramla qui comprend plusieurs salles et une aire de loisirs.
- Installation d'un téléphone public pour les femmes prisonnières, les enfants prisonniers et les malades pour communiquer quotidiennement avec les membres de leur famille.
- Allongement de la durée des visites familiales passant à 60 minutes au lieu de 45 minutes.
- Autorisation de photos avec les parents une fois par an.
- Augmentation des quantités de viande, de légumes et de fruits pour les prisonniers.
- Introduction de vêtements tels que des pantalons et des sacs.
- Chaque prisonnier pourra obtenir 1 litre d'huile d'olive, 1 kilo de café, 1/2 kilo de baklava et 1/2 kilo za'atar.

Les dirigeants de la Résistance Palestinienne qui ont participé à la grève de la faim : Marwan Barghouthi, dirigeant du Fatah ; le secrétaire général du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), Ahmad Sa'adat, les dirigeants du FPLP Kamil Abu Hanish et Ahed Abu Ghoulmeh, les prisonniers palestiniens les plus anciens Karim Younes et Nael Barghouthi, les dirigeants du Hamas Abbas Sayyed et Hasan Salameh, les dirigeants du Jihad islamique Zaid Bseiso et Anas Jaradat, le leader du FDLP Wajdi Jawdat, les anciens grévistes Mohammed al-Qeeq et Samer Issawi et des centaines d'autres dirigeants emprisonnés du peuple palestinien.

Tout au long de la grève, les prisonniers ont fait face à une répression sévère. On leur a refusé les visites légales, les visites familiales, on les a assaillis par des raids répressifs, leurs biens ont été confisqués - même le sel, seul aliment qu'ils consommaient avec l'eau pour préserver leur vie et leur santé. Par tout cela, leur fermeté est un exemple d'engagement et de dévouement pour mener à bien leur lutte. Ils n'étaient pas seuls dans leur fermeté. Les mères et les familles des prisonniers ont rempli les tentes de solidarité et de soutien dans chaque camp de ville, de village et de camps de réfugié en Palestine. Beaucoup de mères de prisonniers ont lancé leurs propres grèves de faim ; elles ont lutté, souffert et résisté à côté de leurs enfants.

Les prisonniers palestiniens ont clairement mis en lumière, par la lutte pour la Dignité et la Liberté, le pouvoir de l'unité palestinienne. Les dirigeants emprisonnés de toutes les tendances palestiniennes se sont réunis pour affronter l'occupant. Cette unité était ressentie dans la lutte, dans les rues et à l'intérieur des murs des prisons - et les effets de cette unité ont été ressenties dans la réalisation de la victoire des prisonniers.

Les grévistes de la faim ont demandé à l'occupation israélienne de parler avec les dirigeants choisi et ont vaincu toutes les tentatives de contourner la direction et les choix des prisonniers. Plus que cela, cependant, ils ont démontré une fois de plus que la véritable direction du mouvement de libération nationale palestinienne se trouve dans le mouvement des Prisonniers Palestiniens. Le mouvement des Prisonniers Palestiniens est au cœur de la lutte de libération du peuple palestinien dans son ensemble ; loin d'être une question secondaire du mouvement, elle représente le peuple palestinien et sa résistance.


Retrouvez le communiqué de Samidoun dans son intégralité sur le site du Collectif anti-impérialiste Coup pour Coup 31.

Source : Coup pour Coup 31

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Samidoun