Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1838 fois

Gaza -

Voix de Gaza : Espoirs et craintes pour l'avenir

Par

La victoire surprise du Hamas aux élections parlementaires palestiniennes de janvier a envoyé des ondes de choc dans l'ensemble du Moyen-Orient et dans le monde entier.
Alors que le Hamas prend les rênes du pouvoir, des interrogations demeurent au sujet du futur du processus de paix avec Israel tandis que la perspective d'un Etat palestinien semble devenir plus éloignée que jamais.

Voix de Gaza : Espoirs et craintes pour l'avenir

Nous entendons souvent des commentaires des politicies, des responsables religieux et sociaux.

Mais que pensent la rue, les Palestiniens ordinaires ?

Laila al-Haddad a interviewé pour Aljazeera.net 9 habitants de Gaza au sujet de leurs espoirs et de leurs craintes pour l'avenir.



Ibrahim Ismail Odeh, 55 ans, portier

Le Fatah est au pouvoir depuis 1965 et qu'ont-ils fait pour nous ? Ils nous ont apporté le Jour du Jugement dernier.
Je veux voir le nouveau gouvernement du Hamas contrôler l'anarchie, s'occuper de la corruption et juger ceux qui nous ont volé notre argent et notre travaux.

Je veux une unité nationale pour la société palestinienne parce que c'est qui est dans notre intérêt. Mais ce ne sera pas facile avec le Fatah et les Brigades des Martyrs Al-Aqsa : ils veulent une guerre civile.

Je suis persuadé que tout ira bien et que les Etats-Unis et Israël accepteront le gouvernement. Je ne suis pas inquiet de renoncer à l'aide étrangère américaine. Je mangerai de l'herbe et des cardes plutôt que permettre à Israël et aux Etats-Unis de nous accompagner.



Rami Balwai, 22 ans, Brigades des Martyrs al-Aqsa, Beit Hanoun

Les choses allaient mieux sous le Fatah. Nous avions de l'argent qui tombait tous les mois, et maintenant c'est terminé.

Les Palestiniens ont choisi le Hamas et ils doivent supporter les conséquences. Tout pendant que le Hamas sera dans un gouvernement, il n'y aura aucune unité.

J'ai peur que le Hamas refuse de négocier ; qu'il refuse de reconnaitre Israël. Comment les frontières resteront-elles ouvertes, s'il ne négocie pas avec Israël ?

Le Hamas a deux choix : Soit ils se détruisent en abandonnant leur charte et en trahissant la plateforme qu'ils ont créé, soit ils perdent le soutien des financiers et de la population. Dans les deux cas, ils perdent.



Ahlan Imkhayer, 25 ans, Technicien de scanner CAT

Je ne m'attendais pas du tout à ce résultat, mais j'espère que notre société a fait le bon choix. J'espère autant que possible un réel et véritable changement, et une résolution du problème de la sécurité : en particulier, en ce qui concerne la vie des jeunes.

Les campus ici sont imprégnés d'anarchie et de chaos. C'est un désarroi total d'assister aux conférences, rien ne correspond au programme, et il y a beaucoup de corruption institutionnelle et de déchéance morale.

Les hommes armés détournent les campus et imposent leurs propres règles. Honnêtement, nous en sommes malade. Ils doivent également trouver du travail pour les dizaines de milliers de jeunes diplômés sans emploi.



Safiyah Barakat, 50 ans, Négociant en bétail

Je veux voir le Fatah et le Hamas unis pour s'occuper de ces gens qui sont responsables des tirs contre la population, de l'injustice, de l'anarchie dans notre société.

Je veux également que le nouveau gouvernement aide les pauvres, ceux qui ne peuvent pas s'en sortir ou s'alimenter. J'ai 12 têtes à nourrir, y compris mes deux fils mariés qui ne peuvent pas entretenir leurs familles. Regardez-moi, jeté dans les rues du Souk pour gagner ma vie.



Khamees Akeela, 35 ans, Restaurateur

J'espère que la situation s'améliorera. Je voudrais voir le nouveau gouvernement trouver une solution à la frontière, pour qu'ils ne la ferment un jour et l'ouvrent le lendemain.

Mais je veux par-dessus tout la sécurité et la stabilité.

Je veux vivre comme tout le monde. Mais pour obtenir ces choses, elles devront être flexibles et être prêts à négocier.



Riyad Ni'mami, 34 ans, producteur de fraises

« Je voudrais voir le gouvernement trouver une solution aux passages commerciaux dont dépendent la vie des fermiers. Maintenant, les Israéliens la ferment quand ils le veulent, comme une lubie, et cela coïncide habituellement avec la récolte.

L'Autorité Palestinienne est là depuis 12 ans et pour quoi ? Nous les fermiers, nous avons été ruinés. Nous n'avons bénéficié d'aucun des récents accords avec Israël qui devait soi-disant maintenir le passage commercial ouvert de façon constante.

J'ai voté pour le FPLP et j'aimerais qu'ils joignent leurs forces au Hamas. En ce moment, n'importe quel changement est bon. Je suis, vous pouvez le dire, un pess-optimiste : je suis plein d'espoir, mais en même temps, je ne peux pas juger ce qui va arriver. Les choses pourraient être pires qu'avant.



Laila Dabbagh, 57 ans, vendeuse d'antiquités et d'artisanat

"Si les choses restent comme aujourd'hui, le futur est lugubre. Je ne veux rien du nouveau gouvernement. Je demande juste à Dieu de calmer les esprits et la situation. Ils doivent d'abord s'occuper de l'anarchie. Nous devons prendre la première mesure.

Nous devons cesser de tirer ces roquettes. Nous devons adhérer à une période de calme et ainsi nous pourrons prendre du recul et mieux évaluer notre situation. Nous devons devenir plus stables.

En ce moment, rien n'est en notre faveur, en particulier avec le soutien des Etats-Unis à Israël. Le nouveau gouvernement doit faire face à la réalité.

Notre problème n'est pas avec Israël, le problème c'est nous. Pourquoi les différentes factions ne s'entendent-elles pas les unes avec les autres au lieu de creuser des trous chacun pour soi ?
Nous n'avons jamais vécu à un niveau aussi bas.

Les gens dorment la nuit avec la peur : si ce n'est pas à cause des bombardements israéliens, alors c'est à cause de l'anarchie dans les rues.



Mohammad Hinbawi, 57, Pâtissier/vendeur de rues

L'ancien gouvernement n'était d'aucune aide pour la population et leurs familles. Nous nous attendons à que ce gouvernement soit meilleur parce qu'ils conaissent et craignent les Lois de Dieu.

Et si l'aide vient des gouvernements étrangers, nous sommes certains qu'elle ira à ceux qui en ont besoin cette fois.

Je voudrais en particulier voir des améliorations dans le secteur de la santé.
Sous le système courant, ce qui est important, c'est qui vous êtes et qui vous connaissez. Si le fils d'un général a besoin de soins, il les obtient immédiatement. Mais les gens ordinaires comme nous ?

Je veux également qu'ils se concentrent sur le chômage en construisant des usines, pour que nous ne dépendions pas de l'économie israélienne pour tout. J

e veux que le gouvernement travaille en dehors du cadre de la dépendance à l'égard d'Israël en ce qui concerne le travail, le commerce et les ressources naturelles, telles que le gaz. Nous devrions nous concentrer la mise en place d'une économie indépendante.



Abeer Abo Shahla, 38 ans, Directrice d'école maternelle

Je suis optimiste au sujet du futur. Au début j'ai été choquée comme tout le monde. Mais quand ce choc initial est passé, j'étais encore pleine d'espoir.

La sécurité est la chose la plus importante pour moi. Nous avons traversé une période très difficile où les gens pouvaient disparaitre comme ça : il y avait des jours où j'avais peur que mon propre fils puisse être kidnappé. J'espère que le nouveau gouvernement pourra s'occuper rapidement de cela.

J'espère également qu'ils ne se tourneront pas vers l'extrémisme - j'avais peur au début qu'ils imposent leur stricte interprétation à tout le monde ; par de fermeture des restaurants où il y a des rassemblements mixtes, ou en étant sélectifs et discriminatoires dans leurs choix des personnes qu'ils allaient employer dans leurs établissements.

Mais maintenant je réalise qu'ils sont plus responsables que ça.


Source : Aljazeera

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Interviews

Même auteur

Laila al-Haddad

Même date

24 février 2006