Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1902 fois

Gaza -

Vous êtes la bienvenue ici

Par

" Ils ne nous laissent pas faire pousser les choses. Ils ont seulement passé mes champs au bulldozer. C'est ma terre. Je ne veux pas partir. Je ne veux pas partir. Ils peuvent me tuer ici. Ils devront me tuer ici. "

Le Block O est maintenant presque vide. La majorité de la population est partie. Le flux des égouts vient jusqu'aux genoux dans certains endroits. Un viel homme marchent autour des bords boueux. Sa maison a été inondée. Le mur de prison de 8 mètres de haut et 10 mètres de profondeur que le gouvernement militaire israélien construit s'élève alors qu'il dévaste Rafah.

L'acier brun rougeatre transperce le paysage que les militaires israéliens ont détruit. Les maisons encore debout sont faites d'impacts de balles. Les tours des snipers, vertes et drappées de mailles sombres, sont de l'autre côté alignées le long de ces maisons. Les bulldozers Caterpillar conduits par les Israéliens ont créé un autre mur avec les gravats des maisons - lit cassé, un cheval à bascule en plastique, quelques feuilles déchirées, et le béton avec lequel les maisons ont été construites.

Cette folle destruction a encore plus abimé le système de drainage des eaux usées dans le secteur. Un ami et un ingénieur des Eaux de la municipalité de Rafah disent que la façon d'assécher l'inondation est de casser ce mur pour permettre un simple flux. Les maison ne peuvent pas être reconstruites. Le secteur est assiégé.

"Quand les tanks et les bulldozers sont venus, dans l'obscurité la population était affolée. Ils empoignaient rapidement leurs enfants. Le bruit de l'écrasement du béton et les cris perçants de la population. Ils couraient en sortant de leurs maisons dans les eaux usées ". En me disant cela, l'homme marche à pas mesurés les mains dans les poches. Il offre une cigarette et dit " vous êtes la bienvenue ici. "

Il ne reste presque rien, rien vers lequel revenir alors que les militaires israéliens s'y déplacent en écrasant les maisons, l'infrastructure, la vie. C'est un nettoyage ethnique. Mais certaines personnes ici disent " Si nous avions seulement une seule personne derrière nous, seulement quelqu'un avec des yeux de l'extérieur, nous opterions pour une résistance dans nos maisons. Nous demeurerions ici. "

Au nord, un homme sourd n'a pas entendu la demande des soldats israéliens faite par mégaphone pour qu'il sorte rapidement de sa maison et a été écrasé, tout comme ce vieil homme qui avait dit à ses voisins qu'il ne pouvait plus désormais être humilié par Israël.

Le gouvernement militaire israélien cible la terre agricole et les usines dans le but d'écraser l'économie palestinienne, tout ce qui pourrait subvenir à la survie ici. C'est une partie du processus du nettoyage ethnique. C'est psychologique, économique, physique. Un docteur ici m'a dit, " Ils détruisent nos écoles et nos hopitaux. Les usines où ils disent que des bombes sont fabriquées, ne sont que des usines. Si nous faisons des fromages, ils disent que nous fabriquons des bombes. Ils détruisent nos champs, tout. Ils font cela alors nous devons acheter leurs légumes, tous leurs produits, nous n'avons pas d'économie. " Un fermier, vivant maintenant sous une tente après que les militaires israéliens aient écrasé sa maison au bulldozer ainsi que la majeure partie nord de Rafah, m'a dit, " Ils ne nous laissent pas faire pousser les choses. Ils ont seulement passé mes champs au bulldozer. C'est ma terre. Je ne veux pas partir. Je ne veux pas partir. Ils peuvent me tuer ici. Ils devront me tuer ici. "

En raison du ciblage spécifique de l'infrastructure et de la constante fermeture de la Bande de Gaza, le chômage a atteint 80%. Cinq personnes à la recherche d'un travail ont quitté leurs maisons du camp de réfugiés de Khan Younis cette semaine. Ils ont essayé de quitter la Bande de gaza par le checkpoint militaire israélien qui n'autorise le passage que des marchandises. Les soldats israéliens ont tiré et les ont tous tués. Pendant plusieurs jours le gouvernement israélien et les médias les ont mis sur la liste israélienne des " personnes recherchées ".

Un type de Mawasi n'est pas renter chez lui depuis 2 ans. Il me l'a dit à Rafah, à 15 minutes environ de chez lui. Il m'a dit, " Le gouvernement israélien ne veut pas qu'il y ait des jeunes à Mawasi, ils veulent tous les conduire à l'extérieur. " Il n'y a pas d'école à Mawasi, sauf une caravane mobile scolaire décrite comme tel, " seulement en cas d'urgence. " Cela veut dire : pour les jeunes enfants, afin de leur donner quelque chose à faire qui pourrait les aider à normaliser leurs vies.

Ils sont tellement stressés par les constantes attaques israéliennes que 50% des enfants font pipi au lit. 61% des enfants palestiniens souffrent d'anémie dans ce secteur, non pas par manque de nourriture à manger, mais par manque d'appétit.

Un docteur de l'UNRWA m'a dit "Ils sont trop nerveux pour manger. Ils sont effrayés en permanence. "

Le Ministre de la défense Israélien est à Washington pour aller chercher une approbation à l'augmentation des 12 Millions de Dollars par jour qu'Israël reçoit déjà des Etats-Unis.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Démolitions de maisons

Même auteur

Kristen Ess

Même date

19 décembre 2002