Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3144 fois

Palestine -

Y a-t-il un espoir de justice pour une famille palestinienne dans les tribunaux d'Israël ?
Le mercredi 13 mars, Moira Jilani et ses trois filles se retrouveront en face de l'assassin de leur mari et père.

Par

Jérusalem - Pour la troisième fois, la veuve et les filles de Ziad Jilani vont demander justice pour son assassinat par le policier israélien des frontières Maxim Vinogradov. Ce mercredi (13 mars), Moira Jilani et ses trois filles se retrouveront en face de l'assassin de leur mari et père.
"Je redoute ce face à face pour mes filles," dit Moira. "Je pense que je pourrais l'affronter moi-même, mais j'ai peur que voir le chagrin dans les yeux de mes filles me tue." Son époux, Ziad Jilani, a été tué il y a trois ans par Maxim Vinogradov, un patrouilleur israélien des frontières qui a braqué son fusil contre la tête de Jilani et a appuyé sur la gâchette à trois reprises consécutives.

Y a-t-il un espoir de justice pour une famille palestinienne dans les tribunaux d'Israël ?
Le mercredi 13 mars, Moira Jilani et ses trois filles se retrouveront en face de l'assassin de leur mari et père.

Ziad Jilani avec une de ses filles
Aujourd'hui, pour la troisième fois, la famille fait appel aux autorités israéliennes pour qu'elles portent plainte contre l'assassin de Ziad. La première fois, le 16 janvier 2011, les enquêteurs du Service israélien des investigations internes de la police (Police Internal Investigations, Machash) ont fermé le dossier pour "manque de preuve".

Un mois après, le 15 février 2011, la famille a soumis un appel au procureur général israélien d'alors, Menahem Mazuz. Bien que Vinogradov ait reconnu avoir tiré sur Ziad à bout portant alors que celui-ci était allongé sur le sol à cause de la blessure d'un premier tir, malgré un rapport d'autopsie attestant d'un tir à bout portant, malgré des dizaines de témoins oculaires qui ont eux aussi été blessés ce jour-là à la suite de l'incident, et bien que Vinogradov ait modifié substantiellement ses témoignages avant et après l'autopsie, Mazuz n'a pas jugé bon de modifier la décision du Machash de classer l'affaire.

Photo
Maxim Vinogradov pendant la reconstitution de l'assasinat de Ziad Jilani, juin 2010 (Photo reproduction by Alex Levac)


Le 4 janvier 2012, appuyée par le Centre al-Mazaan pour les droits de l'homme, la famille a présenté un second appel. Cette fois devant la Cour suprême israélienne, pour demander que le nouveau procureur, Yehuda Weinstein, engage des poursuites pénales contre les meurtriers de Ziad.

Photo
Jilani assassiné par trois tirs à bout portant en pleine tête


"Lorsque Weinstein [le procureur général actuel d'Israël] a eu en mains toutes les preuves, nous avons espéré qu'il inculperait les assassins," se souvient Moira, "mais après qu'il ait décidé de ne pas le faire, pour la troisième fois, c'est dur d'espérer que la cour rendra justice."

Selon Yesh Din, en 2012, la Division d'investigation criminelle de la police militaire (Military Police Criminal Investigation Division, MPCID) a reçu 240 plaintes et divers rapports sur des crimes et infractions qui auraient été commis par des soldats israéliens contre des Palestiniens et leurs biens en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Sur ces plaintes enregistrées, seules 103 -même pas la moitié- ont été suivies d'enquêtes. Pas une seule inculpation n'a été prononcée à ce jour.

L'organisme a commenté ses conclusions : "Les nombreux manquements constatés dans les enquêtes du MPCID sur les infractions contre les Palestiniens, et dans la supervision des investigations par le corps des procureurs militaires, se traduisent par le classement sans suite de la grande majorité des dossiers, et un nombre minime d'inculpations. Cette situation crée sur le terrain un sentiment d'absence de lois et d'impunité qui contribue à l'augmentation du nombre de meurtres ces dernières semaines."

Moira décrit ce sentiment d'anarchie, "J'ai toujours espoir, mais c'est dur quand on voit tout ce qui se passe autour de nous," dit-elle, "les exactions commises par les soldats israéliens contre la population palestinienne sont étouffées, et c'est le cas pour mon mari. Ce n'est pas que pour Ziad Jilani que nous allons au tribunal. Nous y allons pour tous les Palestiniens tués avant Ziad, et pour ceux qui seront tués après."

Pour d'autres informations
Neta Golan : 059-5713078
Moira Jilani : 052-2754387


Photo
Moira Jilani, l'épouse de Ziad Jilani, natif de Jérusalem Est, assassiné le 11 juin 2010, avec leurs trois filles, Mirage (15 ans), Hannah (17) et Yasmeen (7) (photo 2010).


Lire également : "Un message de Moira Jilani", ISM-France, 23 mai 2012.



Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Assassinats ciblés

Même auteur

ISM

Même date

10 mars 2013