Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2511 fois

Palestine -

"Bill Hijarah"

Par

L'auteur est professeur à la retraite, il vit dans l'Ontario, Canada.

Non, "Bill Hijarah" n'est pas le nom de quelqu'un. En fait, ce n'est pas un nom. C'est une phrase en arabe. Pour être plus précis, elle devrait être écrite : "bi al hijarah", ou "b'll hijarah", ce qu'on entend quand on la prononce rapidement. Elle signifie : "avec des pierres".

'Bill Hijarah'


"B’ll hijarah, b’ll hijarah" est le cri que j'ai entendu lorsque je suivais les informations à la télévision, il y a une dizaine d'années, peut-être plus. Le cri est tellement gravé dans ma mémoire que je ne peux entendre un spécialiste en communication acheté par les travaillistes dénigrer le peuple palestinien sans que la scène qui a donné naissance à ce cri revienne à ma mémoire et me hurle à moi-même : "N'en crois pas en mot".

La scène :

Une jeune mère palestinienne se précipite hors de chez elle, un tout-petit dans les bras et un autre derrière elle. Elle ne court pas pour échapper à quelque chose, elle court pour affronter quelque chose. Ce quelque chose est un tank israélien plus grand que sa maison. Le monstre vient démolir sa maison, et l'entendant approcher, la femme sort de chez elle avec ses enfants. Elle pose par terre l'enfant qu'elle tient dans ses bras, ramasse une pierre et crie à ses enfants : "b'll hijarah, b'll hijarah", en même temps qu'elle lance la première pierre sur le tank qui avance, espérant, contre toute attente, arrêter son avancée sur la maison.

Aucune parole, aucun poème, aucune oeuvre d'art, aucun moyen d'expression, verbal ou autre, ne peut transmettre la majesté et la gloire de l'esprit humain tels qu'ils ont été exprimés par cette mère palestinienne et ses enfants.

Et aucun envoyé de l'establishment sioniste n'est assez grand, ni assez intelligent, ni assez puissant pour changer cette réalité. Mais lorsque quelqu'un de cet establishment vient à la télévision pour essayer de dénigrer le peuple palestinien, il fait seulement la preuve qu'un tocard peut coexister quelquefois avec un personnage brillant.

Le personnage brillant, c'est cette femme palestinienne, ses deux gamins et tout ceux qui ont soif de justice, qui sont debout devant l'injustice avec rien d'autre qu'une pierre, si petite qu'elle emplit la main d'un enfant, et un coeur assez grand pour contenir l'amour de la vie qu'aucun tocard ne pourra jamais saisir.

Les tocards, ce sont les commandants qui ont envoyé leurs tanks démolir les maisons de ceux dont ils ont un jour pillé la patrie, et dont ils tuent maintenant les enfants de peur qu'ils ne se multiplient ou qu'ils obtiennent un jour l'influence politique qui leur permettra de récupérer ce qui leur a été volé par les armes.

Les tocards, ce sont ces spécialistes en désinformation de l'establishment sioniste qui vont à la télévision dénigrer le peuple palestinien, et raconter que les Palestiniens n'appartiennent pas à la terre sur laquelle ils vivent depuis le début des temps.

Les tocards, ce sont ces personnages qui ont salopé leurs vies à travers l'histoire, dans chaque coin de la planète, puis ont commis le plus grand vol identitaire de l'histoire en clamant qu'ils étaient les sémites, et en lançant l'accusation d'anti-sémitisme à quiconque refusait d'applaudir leur génocide sur les Palestiniens sémites.

Les tocards, ce sont les spécialistes en désinformation de l'establishment sioniste qui ont créé des paradigmes imaginaires qui ne sont que les images miroir de la réalité, qui ont mis la réalité cul par dessus tête et qui ont mis en vigueur les paradigmes grâce à des stratagèmes qui sont la définition même du tocard.

Enfin, les personnages brillants, ce sont tous ces gens de bonne volonté qui démolissent ces faux paradigmes, les uns après les autres, jusqu'à ce que le monstre qui les produit soit épuisé ou usé jusqu'à la corde.

Si une jeune Palestinienne et ses tout-petits peuvent braver un tank israélien monstrueux, nous pouvons tous braver la monstruosité du lobby sioniste qui cherche à détruire les vies, les carrières et les réputations de ceux qui essaient de neutraliser ses activités toxiques.

Et nous devrions tous nous atteler à neutraliser le lobby sioniste, pour que l'humanité puisse vivre sa vie, libérée d'une source constante d'intrigues empoisonnées et de démagogie venimeuse.

Ensemble, comme une seule famille humaine, nous n'avons pas de but plus noble à réaliser.


Source : Palestine Chronicle

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Démolitions de maisons

Même date

30 août 2007