Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 858 fois

Union Européenne -

L'UE soutient l'irréalisable, en faveur de l'expansion coloniale d'Israël

Par

13.07.2021 - Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a souligné l'importance d'un "nouveau départ" dans les relations avec l'UE, lors d'une réunion du Conseil européen des affaires étrangères hier. Le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, s'est fait l'écho de ce sentiment, décrivant la réunion comme "une grande chance de relancer les relations avec Israël".

L'UE soutient l'irréalisable, en faveur de l'expansion coloniale d'Israël

15 juillet : les forces d'occupation israéliennes envahissent le village de Hamsa al-Foqa, dans le nord de la vallée du Jourdain, et reprennent la démolition de structures palestiniennes. (source Quds News Network)
Pourtant, pour Israël, la voie de l’avenir est la poursuite de ce que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a obtenu dans sa collaboration avec l'administration Trump : étendre la normalisation des relations entre Israël et les États arabes, ce qui permet à la défunte pertinence du compromis à deux États d'occuper le devant de la scène dans la diplomatie internationale. C'est la carte que Lapid a jouée à l'UE.

"Ce n'est un secret pour personne que je suis en faveur d'une solution à deux États", a affirmé Lapid. "Malheureusement, il n'y a actuellement pas de plan pour cela. Cependant, il y a une chose dont nous devons tous nous souvenir. S'il y a finalement un État palestinien, il doit être une démocratie éprise de paix."

Il est certain que les illusions de l'UE sur la construction d'un État en Palestine ne contribuent pas à une démocratie - l'Autorité palestinienne y veille, comme l'ont démontré les récents assassinats extrajudiciaires et la répression de la dissidence par les services de sécurité palestiniens.

Lapid soutiendra la politique des deux États, car l'annexion de facto d'Israël et le silence de la communauté internationale sur les accaparements coloniaux de terres ne garantissent pas l'émergence d'un État palestinien. Il n'y a pas de "nouveau départ" pour Israël et l'UE. Lors de sa rencontre avec les ministres des affaires étrangères de l'UE, Lapid a également mis l'accent sur l'humanitaire plutôt que sur le politique pour les Palestiniens. Quelle meilleure façon d'assurer une prolongation de la même politique que d'affirmer l'agenda humanitaire, "pour améliorer la vie des Palestiniens" tout en prenant simultanément leurs terres ?

Lorsqu'Israël était occupé à massacrer Gaza en mai de cette année, M. Borrell a minimisé ou énoncé la position de l'UE lorsqu'il s'agit d'influencer Israël, affirmant que seuls les États-Unis avaient le pouvoir d'intervenir et que l'UE avait perdu sa capacité d'influence en raison des divergences de vues sur la Palestine et Israël entre les États membres. D'autre part, l'UE se considère comme la première entité à aider les Palestiniens. Il ne faut pas sous-estimer l'aide humanitaire, a déclaré M. Borrell.

Cependant, M. Borrell n'ajoute pas que l'agenda humanitaire de l'UE, qui prévoit deux États, alimente l'agenda de colonisation d'Israël. L'appel de Lapid à une "démocratie éprise de paix" n'est qu'un avertissement pour empêcher qu'un État palestinien démocratique et décolonisé n'émerge jamais. Israël joue son rôle à travers l'héritage Trump-Netanyahu. Sans terres disponibles pour que les Palestiniens puissent construire un État, aucune démocratie éprise de paix ne peut émerger, en particulier lorsque l'UE a l'intention de soutenir et de financer l'AP, malgré son refus d'organiser des élections démocratiques pour permettre aux Palestiniens de choisir leur gouvernement. L'UE, ainsi que la communauté internationale, continueront à refuser la décolonisation comme une option viable et à insister sur le compromis des deux États, sachant pertinemment qu'il est irréalisable.



Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même sujet

Collabos

Même auteur

Ramona Wadi

Même date

15 juillet 2021