Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2658 fois

Palestine -

La fin du mandat présidentiel : problématique constitutionnelle ou crise politique ?

Par

Le soir du 8 janvier 2009, le mandat de Mahmoud Abbas, en tant que président de l’autorité palestinienne, viendra à son terme dans des conditions compliquées, dont on peut énumérer quelques-unes d’entre elles.

1- Il y aura un changement politique à la tête des Etats-Unis, d’"Israël" et de l’autorité palestinienne.

2- Les négociations de paix connaîtront une vraie stagnation, causée surtout par le changement desdites têtes.

3- D’autres affaires internationales viendront également concurrencer la cause palestinienne. Parmi elles, on pourra compter :

A- La question irakienne qui risquera la complication en même temps que la question palestinienne, dans le cas où John McCain gagne. Celui-là est bien connu pour sa position pro-israélienne. Et si c’est Obama qui remporte les élections, la question palestinienne pourra entrer dans une période d’attente, comme cela a été le cas durant les deux mandats du président Clinton.

B- En tout cas, il y aura une période d’attente suivant les élections américaines.

C- La question iranienne : Une attaque américaine ou israélienne pourra dévier les regards de la question palestinienne.

D- La situation dans la région du Caucase et les relations avec la Russie occuperaient l’administration américaine et l’Europe plus que les autres problèmes.

Tout cela indique que l’avenir proche, jusqu’à la fin de l’année, ne serait pas au profit des négociations avec "Israël". Par contre l’occasion pourrait être prise pour aménager la maison intérieure palestinienne afin qu’elle soit plus en cohérence devant la communauté internationale.

Les forces palestiniennes se trouvent devant deux problématiques : la fin du mandat présidentiel et la division interne. Mais à quoi donne-t-on la priorité ?

Cependant, analyser la situation palestinienne ne sera pas réaliste si on ne prend en compte la tradition politique de l’autorité palestinienne.

En effet, historiquement, le respect de la constitution et de la loi est une chose pratiquement inexistante. Nous n’avons pas encore oublié comment le pacte palestinien a été changé face au président américain Clinton. La façon de l’écoulement de l’argent parmi les décideurs palestiniens et les relations partisanes qui règnent chez eux expriment comment la violation de la loi est une affaire normale. Beaucoup d’entre eux pensent même qu’une telle violation serait une question de subtilité.

Le courant qui a la main haute dans le mouvement du Fatah s’est résolu à donner la priorité à la prolongation du mandat présidentiel, non à la nécessité de trouver une solution à la division interne politique de la société palestinienne.

La preuve de l’existence d’une telle tendance est l’interprétation donnée à quelques articles de la constitution palestinienne pour que les dates des élections présidentielles et législatives coïncident. Cela veut dire la prolongation du mandat de l’actuel président jusqu’au 25 janvier 2010. Cette position a été officiellement déclarée par Abbas, le 14 septembre 2008. Une déclaration qui est venue pour en confirmer une autre, faite par une commission à Ramallah.

Ainsi, la crise interne ne se verra que se compliquer, compte tenu des déclarations données par les chefs du mouvement du Hamas refusant catégoriquement cette idée.

Il est clair que le premier ministre israélien et le président américain se sont rendus compte du fait qu’Abbas vit ses plus mauvais jours. Cela leur donne l’occasion de profiter de sa faiblesse pour qu’il prenne des initiatives utiles à "Israël", pour l’avenir proche.

Bien qu’arriver à un véritable accord entre les Palestiniens et les Israéliens soit une affaire quasi-impossible dans le laps de temps restant de cette année 2008, un accord de principes, suite à des négociations secrètes, pourrait être déclaré aux derniers moments du mandat de Bush.

La société palestinienne pourrait être sous l’emprise d’une telle déclaration à tel point qu’elle ne s’intéresserait plus à la prolongation du mandat présidentiel.

Ce scénario, s’il était possible, ne serait pas utile pour le président. En effet, le courant fort du Fatah craint que le changement du président puisse l’affaiblir.

Puis la continuation de la cohérence au sein du mouvement du Hamas pourra faire perdre à ce courant-là tous ses avantages.

Alors ce courant placera toutes ses forces pour prolonger le mandat présidentiel, en acceptant implicitement la division interne.

Source : http://www.palestine-info.cc/

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Même date

10 octobre 2008