Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3975 fois

Gaza -

Le Fraternité attaqué par les sionistes : Germinal revient au bercail

Par

D’après Bassam Tayyara, correspondant de Al Akhbar en France, l’aventure du bateau libanais "Fraternité" (qui avait tenté de briser le blocus maritime de Gaza) n'est pas sans lien avec la décision de la France de retirer aujourd’hui sa frégate du large de Gaza : "La mission de Germinal se termine demain (samedi) en accord total avec l'Egypte et Israël", a annoncé hier le communiqué officiel de l’Elysée, qui a ajouté que la France "poursuivra ses efforts avec l’aide de l’ensemble de ses partenaires et des pays concernés pour trouver des solutions communes durables en vue de combattre la contrebande des armes en direction de Gaza".

Le Fraternité attaqué par les sionistes : Germinal revient au bercail


Photo Jean-Louis Venne : La frégate Germinal dans le port de Brest en mai 2008

A la question de Tayyara : "Où se trouvait le vaisseau de guerre français pendant que les navettes et les avions militaires israéliens attaquaient le bateau libanais chargé d’aide humanitaire ?", Eric Chevalier, le porte-parole officiel du Quai d Orsay, a répondu qu'il se trouvait à Limassol (Chypre) pour des raisons "techniques" et a ajouté "lorsque les marins réclament des examens mécaniques du bateau, il faut le faire"

Sauf qu’il apparaît, selon l’ensemble des observateurs, que "la frégate française ne pouvait intervenir d’aucune manière" et que, si elle l’avait voulu, la seule chose qu’elle aurait pu faire était d’intervenir auprès des autorités israéliennes pour éviter tout incident.

Selon une source bien informée, le bateau humanitaire libanais a mis dans l’embarras la diplomatie française :

• Premièrement, en ce qui concerne son point de départ, le Fraternité est parti du littoral libanais, où se trouvait précédemment Germinal suite à une décision internationale, et s’est dirigé vers une zone non couverte par une décision internationale, où se trouvait à nouveau le vaisseau français, supposé combattre exclusivement la contrebande d’armes et non le transfert d’aide humanitaire.

• Deuxièmement, en ce qui concerne le timing, l’intervention du Fraternité est survenue la veille de l’arrivée d’une délégation palestinienne à Paris et pendant que Sarkozy essayait de ressusciter la "voie alternative", par l’ouverture d’une "porte de sortie" consistant à pousser Doha et Damas à faire pression sur Hamas pour qu’il accepte une trêve à durée moyenne et la surveillance des frontières.

De son coté, un diplomate européen a fermement critiqué l’envoi de la frégate française sans consultation avec les autres pays européens : "Une fois de plus, Sarkozy essaie de nous mettre devant le fait accompli" et ajoute : "mais jusqu’à présent, il n’a pas réussi à contrôler la situation du coté israélien".

Une explication complémentaire du retrait du Germinal, c’est qu’Israël est en pleine surenchère électorale et que si l’initiative aujourd’hui est "aux mains de Livni et Barak", le futur vainqueur sera probablement Netaniahou, pas franchement favorisé par la France.

Source : http://www.al-akhbar.com/

Traduction : NA

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Blocus

Même auteur

Al Akhbar

Même date

7 février 2009