Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3203 fois

Cisjordanie -

Le "Plan de Convergence" de l'Occupation : Légitimer les Bantoutans Palestiniens

Par

L'Occupation a un "nouveau" programme pour s'assurer que les droits des Palestiniens continueront d'être niés et violés : le "Plan de Convergence".
En offrant aux médias autant d'excitation qu'avec le "Plan de Désengagement", il aura pour but de légitimer l'annexion de tous les territoires et les ressources situés à l'Ouest du Mur d'Apartheid y compris Jérusalem.
Les Palestiniens seront assiégés dans des Bantustans fermés à l'Est et disséqués par les routes des colons. Pendant ce temps, les réfugiés seront censés disparaître du discours politique.

Olmert fait passer pour un "retrait" un plan d'annexion illégal et brutal. La propagande est articulée sur deux thèmes principaux : La délocalisation de 68 à 74 colonies et la convergence de forces et de colons israéliens vers environ 10% de la Cisjordanie .

Cependant, la réalité sur le terrain prouve que le plan mènera à une augmentation de 20% des colonies et à l'emprisonnement systématique des Palestiniens dans leur propre terre.

Des "nouveaux" plans pour Jérusalem sont basés sur le nettoyage ethnique de la ville, isolant encore plus de Palestiniens de leur capitale, de leurs institutions et de leurs centres historiques et religieux par la construction du Mur d'Apartheid autour d'eux.

Dans le cadre du plan, les Bantustans créés par le Mur d'Apartheid s'étendront vers l'est, permettant plus de responsabilité administrative palestinienne sur la Vallée du Jourdain. En même temps, cela garantit que les Palestiniens n'auront aucun accès au fleuve du Jourdain, aux frontières, à l'eau et aux ressources agricoles le long du fleuve.

A l'Ouest de la Cisjordanie , le Mur fait partie intégrale du plan. Les projet pour déplacer le mur afin de ghettoiser une dizaine d'autres villages palestiniens de Cisjordanie dans des Bantustans sont en cours.

Il y a également des discussions au sujet de l'annexion des colonies de Naale et Nili pour saisir d'autres terres palestiniennes et pour disséquer la Cisjordanie .
Ces ajustements garantissent une meilleure efficacité du tracé du Mur pour qu'il saisisse le plus de terre possible avec le moins possible de Palestiniens.

La communauté internationale insiste sur ces "modifications" du tracé du mur, au lieu de dénoncer le fait que le Sionisme enferme un peuple entier derrière des blocs de ciment et des fils barbelés.

Une ramification fondamentale de ce plan est la Judaisation de Jérusalem et la perte des secteurs métropolitains palestiniens détenant un potentiel urbain significatif. Les secteurs urbains palestiniens produisent déjà 90% du PIB national et sont des piliers sur lesquels construire une économie nationale moderne.

Cependant, les Palestiniens seront bouclés à l'extérieur de Jérusalem, qui produit actuellement 40% de l'ensemble de l'activité économique palestinienne et accueille les institutions palestiniennes les plus importantes et les plus anciennes.

L'Occupation prévoit d'utiliser le Mur d'Apartheid pour isoler de leur capitale 230.000 autres Palestiniens vivant à Jérusalem. Les quelques Palestiniens du centre de la ville seront coupés du reste de la Cisjordanie , de leurs magasins, des usines, des clients et des marchés derrière les mur-frontières.

L'industrie du tourisme, constituant une grande partie de l'activité économique de la région, sera remplacée par de nouvelles constructions et des industries pour colons dans le nouveau bloc de colonies E1.

Environ 15.000 maisons palestiniennes ont été déclarées illégales et sont menacées de démolition dans le cadre du système raciste de permis de construire de l'occupation.

Ceux qui résistent encore à l'intérieur de la ville font face en permanence à des révocations systématiques du "Droit de Résidence" pour les Palestiniens.

Depuis 1967, plus de 60 000 Palestiniens ont été expulsés de leur capitale.

En plus de la destruction de la capitale palestinienne, les Districts de Salfit et de Qalqiliya seront totalement disséqués par des Murs et des colonies, avec des zones urbaines incapables de maintenir une activité économique significative.

Les villes palestiniennes restantes dans le Nord et le Sud de la Cisjordanie seront empêchées de s'étendre vers le cœur métropolitain de la Cisjordanie .

Les ressources en eau et les terres agricoles fournissant les moyens de subsistance à 17% de la population d'ici et basiques pour l'autonomie en nourriture, seront volées du District de Jénine jusqu'en bas du District d'Hébron.

Le Mur d'Apartheid affectera directement près de 200 villages. Ils perdront l'accès à une partie ou à l'ensemble des terres isolées par le Mur et seront coupés du reste de la Cisjordanie .

Dans la partie Nord-Ouest du Mur, 50 puits ont été isolés ou détruits, alors que 162 puits le long du fleuve du Jourdain resteront inutilisables.

C'est le prix que les Palestiniens devront payer à l'Occupation pour "la restructuration" de ses crimes. Derrière la "relocalisation" des colons des colonies évacuées vers d'autres agrandies, la croissance nette du potentiel de colonisation équivaut à l'essor de la colonisation pendant les années d'Oslo.

Seuls 8.6% (36.322 colons) de la population totale des colons en Cisjordanie seront déplacés, alors que l'occupation prévoit de construire de nouvelles zones industrielles et des logements pour au moins 79.646 colons dans les colonies vers lesquelles ils "convergeront". La stratégie fixe une première augmentation nette du potentiel de colonisation à plus de 20%.

Il n'y a pas grand chose de nouveau dans les aspirations coloniales du plan. En 1969, Yigal Allon a proposé un programme pour garantir que les "frontières" de l'Occupation atteindraient la Jordanie tandis que les secteurs résidentiels palestiniens seraient coupés des calculs de la démographie Sioniste.

Le plan n'a été jamais mis en application mais il a été développé par l'Occupation dans les "négociations" de Camp David et de Taba en 2000. Les Palestiniens et le monde Arabe ont déjà rejeté tous ces plans, car ils sont incompatibles avec les droits des Palestiniens et la légitimité internationale.

La relance urgente de la vision d'Allon est fermement ancrée dans le paradigme sioniste raciste d'un Etat Juif en Palestine. Les colonisateurs Juifs doivent remplacer la population palestinienne autochtone, ou au moins la dépasser largement en nombre, afin de la dominer.

Après les vagues d'expulsion de 1948 et de 1967, les Palestiniens constituent de nouveau la majorité de la population dans la Palestine Mandataire.

Dans la situation actuelle, seule l'exclusion stratégique des terres des Palestiniens peut garantir une majorité juive.

Le plan va de pair avec l'ancienne vision datant d'une décennie d'un "Nouveau Moyen-Orient" qui donne la priorité à la domination économique sur la domination militaire.

Un Etat-Bantou sera pris dans l'étau des nouveaux mécanismes économiques et financiers de contrôle appliqués par l'occupation et soutenus par la communauté internationale. La conquête de la Palestine sera présentée comme une "solution", favorisant le chemin de la normalisation avec l'Occupation.

L'accord sur un Etat-Bantou par les pays Arabes et Musulmans pourrait garantir à l'économie israélienne - secouée depuis l'Intifada - des nouveaux marchés et des investissements frais.

La communauté internationale, pour sa part, regarde des scénarios économiques de la vie des Palestiniens ghettoisés.

Même si les mesures israéliennes et internationales pour affamer la population palestinienne après avoir effectué l'élection démocratique qu'on lui avait demandé étaient suspendues, le taux de pauvreté en Cisjordanie et Gaza atteindraient 51% dans trois ans. Si la situation actuelle persiste, la pauvreté touchera 74% de la population.

Alors que ces perspectives sont désastreuses pour les Palestiniens, pour le monde, la non-viabilité des Bantustans est mesurée par d'autres critères.

Combien d'argent serons-nous forcés de payer pour soutenir l'occupation ?

Quand est-ce que les gens se rendront compte que les Palestiniens ne font pas face à une crise humanitaire mais à une attaque politique sur leurs vies ?

Comment pouvons-nous continuer à éviter nos responsabilités qui sont d'encourager les droits des Palestiniens et le droit international ?

Le plan d'Olmert permet à tous les acteurs d'obtenir une nouvelle façade de la "viabilité" économique et des "concessions" israéliennes. Balayant la décision de la Cour Internationale de Justice sur l'illégalité du Mur, du droit international et des dizaines de résolutions des Nations-Unies, le Plan de Convergence représente une nouvelle vague de colonisation à laquelle il faudra résister.

L'Occupation pourrait vouloir "converger" ou "se désengager", mais il le fait en vertu d'intérêts racistes et coloniaux pour garantir que ce qui restera aux Palestiniens seront des enclaves sans souveraineté. Le "désengagement" de Gaza a eu comme conséquence un étouffement social et économique, des bombardements continus et les meurtres de personnes "libérées" à l'intérieur des murs de leur prison.

Cela montre que le redéploiement des colons ne peut pas être assimilé avec une libération et une justice. Le passage des frontières avec l'Egypte n'est pas sous contrôle palestinien, alors que la population est devenue une cible plus facile pour des attaques militaires et des politiques de famine.

En conclusion, 80% de la population de Gaza luttent encore pour le retour dans leurs maisons qui ont été détruites en 1948 pour la création de l'Etat Juif.

Ces plans visent non seulement les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, mais ils visent en premier lieu les Palestiniens de la Diaspora. L'établissement d'un Etat-Bantou palestinien derrière des murs de ghetto doit s'assurer que notre mouvement de libération se transformera en conflit au-delà des frontières. Les droits et les revendications de la majorité de notre peuple doivent être méprisés et exclus avec force.

Il est important que les gens dans le monde entier comprennent que nous luttons depuis des générations pour vivre en liberté, en toute dignité et pour une autodétermination, pour voir le retour de nos réfugiés et notre patrie libérée du colonialisme, du contrôle des oppresseurs et de l'exploitation. Nous n'avons jamais eu pour but de définir la taille de nos Bantustans.

Dans quelques temps, on nous martèlera que les plans d'Olmert sont une offre "historique", mais pour les Palestiniens et leurs partisans, cela indiquera plus que jamais le besoin d'une résistance soutenue à l'Apartheid et à l'occupation des Israéliens.


Télécharger la carte (PDF)

Source : http://stopthewall.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Plan de Désengagement

Même auteur

Stop The Wall

Même date

22 mai 2006