Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2209 fois

Palestine 48 -

Le conducteur d’Acre : Je n’ai pas effectué de provocations

Par

Jamal Taufik, 48 ans, qui vit dans la Vieille Ville d’Acre, est accusé par la police et les habitants juifs d’avoir provoqué intentionnellement les Juifs de la ville et d’être à l’origine de trois nuits d'émeutes et de violence en circulant dans la partie juive de la ville le jour du Yom Kippour, avec la musique à fond et en refusant de partir lorsqu'on lui a demandé.
Pourtant, interviewé par le Jérusalem Post, Taufik a nié avoir eu l'intention de provoquer les Juifs d'Acre.

"C'était le soir du Yom Kippour (mercredi soir). Nous avons de la famille dans la partie Est de la ville. Ma fille était là-bas. Aux environs de 11h, je suis sorti pour la ramener à la maison. Comme je savais que c'était Yom Kippour, J'ai décidé de prendre des petites rues. J'ai emmené mon fils et son ami avec moi ", raconte Taufik.

"Tout à coup, à cinq mètres de l'immeuble où nous allions, un groupe est sorti et a commencé à crier," Mort aux Arabes », et en nous lançant des grosses pierres. Mon fils a été touché au visage, au dos et à la poitrine. J'ai tiré mon fils hors de la voiture et nous avons tous couru en haut de l'escalier ", continue-t’il.

La police a été appelée dans l’immeuble et un officier a tenté d'évacuer les trois hommes des lieux.

"Le flic a dit : 'Je vais vous emmener à l'hôpital." Je lui ai fait confiance. Nous avons descendu l'escalier, enjambé plusieurs fossés, et nous nous sommes dirigés vers sa voiture de police. Soudain, les jeunes nous ont repérés et ils ont commencé à nous jeter des pierres. Nous sommes montés dans la voiture, mais le flic n’arrivait à démarrer», dit Taufik.

"Le policier a dit:" Oubliez, courrez ! " Nous sommes sortis à toute vitesse de la voiture. Nous n'avions aucune idée où nous étions. J'ai vu un chantier de construction. Nous sommes entrés dans la cabane d’un gardien, et un garde de sécurité juif, Nissim, a éteint la lumière. Nous nous sommes cachés et la foule a continué son chemin", a dit Taufik, en ajoutant que Nissim leur avait sauvé la vie.

Interrogé pour savoir s’il avait mis la musique à fond dans la voiture ou s’il était ivre, comme le dit la police, Taufik a répondu : "Je suis un religieux musulman. Je ne bois pas du tout. La radio était éteinte. Je ne sais pas d’où la police sort ça".

Taufik dit la foule arabe qui a traversé la partie Est de la ville avait l'intention de le sauver, lui et ses deux passagers. «La police ne pouvait pas nous faire sortir, ils sont venus pour nous aider", a t-il dit.

Il a demandé à des habitants d’Acre de venir ensemble et de mettre fin à la violence.

"Demain, nous devrons vivre ensemble ici, personne ne va quitter cette ville. Nous devons trouver un moyen de redevenir des bons voisins et amis», dit-il. "J'ai beaucoup d'amis juifs à Acre et je suis membre de deux organisations judéo-arabes. Je ne suis pas un provocateur. Je voulais juste aller chercher ma fille.

«J'espère que la sagesse l'emportera sur la force. Les Arabes et les Juifs doivent se serrer la main et trouver un moyen de revenir à la vie normale», a dit Taufik. "Et je souhaite à la population d'Israël un Hag Sameach (Joyeuses fêtes)."

La police dit qu'elle vérifiait la description de Taufik d'un policier fuyant la voiture pendant qu’un groupe de lanceurs de pierres s’approchaient. Un porte-parole de la police a dit qu’il ne se pose pas la question de savoir si le tour en voiture de Taufik dans la ville était une provocation.

"C’était un acte délibéré", a déclaré le porte-parole de la police de Galilée, le Superintendant Eran Shaked.

Vendredi, un habitant d’Acre a déclaré au Post qu'il avait vu le fils de Jamal Taufik conduire la voiture. «Ils faisaient crisser les pneus de leur voiture ici, et ils avaient la musique à fond», dit un homme. «La voiture a presque écrasé une petite fille."

Un autre habitant a dit que Taufik avait été envoyé par les habitants islamistes d’Acre afin de provoquer une réaction. "Ils l’ont envoyé ici. Tout cela était planifié. Ensuite, le muezzin a lancé un appel sur les haut-parleurs de la mosquée et les a envoyés ici avec des haches", a t-il dit.

Source : http://www.jpost.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine 48

Même sujet

Racisme