Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1828 fois

Israël -

Le monde se tait alors que les fascistes rejoignent le gouvernement israélien

Par

Ali Abunimah est co-fondateur d’Electronic Intifada et auteur de “Un pays – une proposition audacieuse pour mettre fin à l’impasse israélo-palestinienne” (Metropolitan Books, 2006)

Par une manœuvre effrayante mais prévisible, le Premier Ministre israélien, Ehud Olmert, a fait entrer le parti Yisrael Beitenu dans la coalition gouvernementale. Avigdor Lieberman, chef de ce parti, doit devenir Vice Premier Ministre et, un membre clé du "Cabinet de sécurité" israélien chargé du dossier Iran sera "Ministre des Menaces stratégiques".

Le monde se tait alors que les fascistes rejoignent le gouvernement israélien



Une affiche de la propagande officielle de l’Union européenne prétend que "L’Union européenne œuvre partout pour la paix, la sécurité et la stabilité." (photo : Ali Abunimah / EI)

Yisrael Beitenu est un parti extrémiste aux tendances fascistes qui a ouvertement appelé au “transfert” des Palestiniens, y compris le transfert des villes arabes à l’intérieur d’Israël vers une future entité palestinienne ressemblant à un bantoustan.

Il a clairement exprimé qu’un Etat à la suprématie juive était plus important qu’un Etat démocratique. Ce parti, dont la base la plus importante se trouve parmi les immigrants russes amenés en Israël dans les années 90, a surgi lors des élections israélienne au début de l’année, remportant onze sièges sur les 120 de la Knesset israélienne.

L’été dernier, Israël a lancé une désastreuse guerre de destruction contre le Liban et continue d’assiéger et d’assassiner les Palestiniens dans les Territoires occupés, près de 300 personnes tuées en trois mois et des centaines de milliers sans nourriture, ni eau, ni électricité. Lieberman a préconisé des mesures encore plus dures et criminelles contre les Palestiniens et les voisins d’Israël.

Il est consternant que l’Union européenne, acteur international clé, semble vouloir maintenir des relations chaleureuses, normales, avec un gouvernement extrémiste, lui donnant ainsi encouragement et légitimité.

« Vous comprendrez que nous ne pouvons pas interférer dans la constitution d’un gouvernement étranger. C’est de la seule responsabilité de l’Etat concerné », a écrit Cristina Gallach, porte-parole officiel de Javier Solana, Haut Représentant de l’Union Européenne pour les affaires étrangères, dans un email répondant une question sur l’éventualité de sanctions qu’imposerait l’Union européenne à Israël si Yisrael Beitenu rejoignait le gouvernement.

Gallach ajoutait que « Nous pensons qu’Israël et les Palestiniens savent qu’il est de leur responsabilité de créer les conditions favorables de la réactivation du processus de paix, dont le but final est d’arriver à deux Etats vivant côte à côte en paix et en sécurité.”

A part de telles platitudes insipides et cyniques, la porte-parole de Solana n’a fait aucune allusion à une quelconque inquiétude de l’Union européenne sur les développements politiques effrayants en Israël, dont il est certain qu’ils apporteront une escalade de la violence et des souffrances inutiles.

Dans une interview pour un journal israélien en septembre, Lieberman, chef du Yisrael Beitenu, a déclaré : "La vision que je voudrais voir se réaliser ici est l’enracinement de l’Etat juif et sioniste. Je suis tout à fait favorable à la démocratie mais lorsqu’il y a contradiction entre les valeurs démocratiques et les valeurs juives, les valeurs juives et sionistes sont prépondérantes." (Scotsman, 23 octobre 2006).

Lieberman n’est pas seulement favorable au nettoyage ethnique ; il a aussi un long passé d’incitation à la discrimination, à la haine et à la violence contre les Palestiniens à l’intérieur de l’Etat juif et vivant sous occupation militaire à Jérusalem Est, la Cisjordanie et la Bande de Gaza.

Lorsqu’il était Ministre des Transports dans un gouvernement précédent, Lieberman avait demandé que tous les prisonniers palestiniens détenus par les autorités israéliennes d’occupation soient noyés dans la Mer Morte et proposé de fournir les autobus ("Lieberman critiqué pour avoir suggérer de noyer les prisonniers palestiniens", Ha’aretz, 11 juillet 2002).

Il avait proposé de retirer la citoyenneté et d’expulser tout citoyen palestinien d’Israël qui refuserait de signer un serment de loyauté à l’Etat juif sioniste ("Un Etat juif démocratique", Ha’aretz, 28 juin 2002).

En 2002, Lieberman avait déclaré : « Je n’hésiterais pas à envoyer l’armée israélienne dans toute la zone A (la partie de Cisjordanie sous contrôle de l’Autorité palestinienne) pendant 48 heures.

Détruire les bases de toute infrastructure militaire de l’Autorité, tous les bâtiments de la police, l’arsenal, tous les postes des forces de sécurité… pas une seule pierre debout. Tout détruire.
» Il avait aussi suggéré au cabinet israélien que les forces aériennes bombardent systématiquement tous les centres commerciaux, les postes d’essence et les banques dans les Territoires occupés (The Independant, 7 mars 2002).

Et également de bombarder le Barrage d’Assouan, en Egypte, malgré le traité de paix signé par ce pays avec Israël depuis 1979. Que va-t-il proposer de faire à l’Iran ?

« Peut-être l’homme politique le plus dangereux dans l’histoire de l’Etat d’Israël », selon les termes de Ze’ev Sternhell, professeur à l’Université Hébraïque, universitaire israélien réputé, spécialiste du fascisme et du totalitarisme, cité par le journal Scotsman.

Une action urgente doit être entreprise pour enrayer la menace grandissante que représente Israël pour la paix et la sécurité internationales. Au lieu de cela, le bureau du haut représentant de l’Union européenne ne pose aucune exigence, offrant seulement conciliation et compromis à l’extrémisme et à l’apartheid israélien.

Le postulat que l’Union européenne n’interfère pas dans les affaires internes des gouvernements étrangers n’est que le cache-misère de la lâcheté politique et du refus de résister à Israël et à ses partisans ; c’est en complète incohérence avec les pratiques passées ou présentes, en d’autres occasions.

Depuis que les Palestiniens sous occupation ont élu le Hamas à la tête de l’Autorité palestinienne en janvier dernier, au cours des élections les plus libres jamais tenues dans le monde arabe, il est tout à fait patent que l’Union européenne a interféré dans leurs affaires de la manière la plus irresponsable qui soit, imposant un siège total et la suppression des aides qui ont directement pénalisé la population palestinienne, causant l’expansion de la famine et des privations.

L’objectif explicite de ce siège est de forcer l’Autorité dirigée par le Hamas à abandonner la plateforme sur laquelle il a été élu, ou de le forcer à se retirer complètement. (L’union européenne clame qu’elle veut que le Hamas reconnaisse Israël et en finisse avec la violence, même après que le Hamas ait observé une trêve unilatérale de 22 mois, cessant toute attaque sur Israël, et que ses chefs aient déclaré à maintes reprises qu’ils étaient favorables à la signature d’un accord à long terme avec Israël sur la base de l’égalité et de la reconnaissance mutuelle – pas dans un seul sens).

L’Union européenne, sous la responsabilité personnelle de Solana, a orchestré cette grossière interférence dans le développement de la démocratie palestinienne et le châtiment de ceux qui essayaient de l’exercer.

En 2000, les pays de l’Union européenne avaient adopté une mesure sans précédent en imposant des sanctions diplomatiques contre l’un de leurs propres Etats membres, l’Autriche, après que la Parti de la Liberté, d’extrême droite, ait rejoint le gouvernement à la suite des élections.

Bien que de nombreuses voix aient critiqué l’Union européenne pour ingérence dans les affaires internes d’un pays démocratique, l’un des plus fervents supporters pour les sanctions n’était autre que Javier Solana, qui avait déclaré alors : « Je pense que l’Europe a donné le très bon exemple que, dans certains cas importants – qui ont à voir avec les principes, les valeurs – il n’y a pas de place à un compromis » (« Des sanctions frappent l’Autriche », Reuteurs, 4 février 2000).

Mais quand il s’agit pour les Etats membres de l’Europe de prendre leurs responsabilités et de tenir Israël pour responsable de ses violations constantes de l’Accord d’Association UE-Israël, de la Quatrième Convention de Genève, de nombreuses résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, et des règles humaines fondamentales, on ne trouve plus aucun des principes dont Solana et autres puissants étaient si fiers de se vanter.

Dans ce vide moral et politique, il est encore plus urgent de prendre en compte l'appel de de la société civile palestinienne demandant de rejoindre la campagne qui s’amplifie de boycott, désinvestissement et sanctions globales.


NOTE ISM :

Et que doit-on penser de "Socialistes" qui sont en faveur d'une collaboration avec des fachos ?

Sondage : 67% des militants du parti travailliste estiment que leur formation doit se maintenir au gouvernement aux cotés d'Israël Betenou

Souvenons-nous également de la lettre signée par Albert Einstein et d'autres personnalités Juives qui a été publiée dans le New-York Times le 2 décembre 1948, alertant du danger que représentait le soutien du gouvernement américain au terroriste Menahem Begin et à son parti fasciste, l'Hérout, parti précurseur du Likud (conformément à l'idéologie de Vladimir Jabotinsky).


Source : Electronic Intifada

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Racisme

Même auteur

Ali Abunimah

Même date

24 octobre 2006