Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1544 fois

Israël -

Le soulèvement Epée de Jérusalem a-t-il tué Netanyahou ?

Par

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a pas réussi à former un gouvernement de coalition viable et a donc été contraint de convoquer les quatrièmes élections en moins de deux ans, qui ont eu lieu en mars. Une nouvelle impasse en a résulté, notamment parce que les autres partis de droite ne veulent pas qu'il reste à son poste. Cette situation est sans précédent et met en évidence les divisions au sein même de la structure de l'État d'occupation, les différends politiques se transformant en rancunes personnelles.

Le soulèvement Epée de Jérusalem a-t-il tué Netanyahou ?

Netanyahou rêvait d'entrer dans l'histoire comme le plus éminent des dirigeants israéliens, peut-être même plus que les fondateurs du projet sioniste tels que David Ben Gourion. Sa stratégie est simple et repose sur la vision sioniste d'un Israël qui s'étendrait sur toute la Palestine et une grande partie des pays arabes environnants. L'annexion de la Cisjordanie , y compris la vallée du Jourdain, est toujours à son ordre du jour, ce que Ben-Gourion n'a pas pu réaliser.

Ses adversaires politiques ont cependant des idées différentes et se sont unis uniquement autour de leur méfiance mutuelle à l'égard du Premier ministre. Sa lutte pour sa survie politique pourrait être suivie d'une bataille juridique pour lui éviter d'aller en prison pour corruption.

S'il part, M. Netanyahou ne manquera pas au monde arabe ni à Israël, où des manifestations contre lui ont eu lieu au cours de l'année écoulée, malgré tous les progrès qu'il a réalisés pour Israël, notamment les modifications apportées à la constitution, les lois qui affirment la nature juive de l'État et légalisent les colonies (au mépris du droit international), et la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale unifiée. Les États-Unis ont déplacé leur ambassade à Jérusalem pendant le mandat de M. Netanyahou et ont accepté l'annexion du plateau syrien du Golan, deux actes qui restent illégaux au regard du droit international. Il a également signé des accords de normalisation avec certains pays arabes, ce qui a permis au trésor israélien de gagner beaucoup d'argent et de combler le déficit budgétaire dû à la pandémie de coronavirus. Sa popularité a chuté de façon spectaculaire en raison des inculpations pour corruption et fraude, qui ont fait de lui le premier Premier ministre à faire l'objet de poursuites pendant son mandat.

Mais est-ce seulement la corruption qui a entraîné la chute de Netanyahou, ou y a-t-il d'autres raisons ? À mon avis, le fait qu'il n'ait pas réussi à sortir vainqueur de l'offensive militaire contre les civils de la bande de Gaza a précipité sa fin, même s'il a lancé l'assaut dans cette intention afin d'entraver la formation d'un gouvernement dirigé par son rival, Yair Lapid, le chef du parti Yesh Atid. Lapid a été chargé par le président israélien de former un gouvernement après l'échec de Netanyahu.

La dernière attaque contre Gaza était destinée à détourner l'attention de ses difficultés personnelles et politiques. Cependant, les choses ne se déroulent pas toujours comme prévu et il a été surpris par les capacités de la résistance palestinienne, en particulier par ses missiles, qui ont atteint profondément la Palestine occupée. Le système de défense antimissile Dôme de fer, tant vanté, n'a pas été dissuasif.

En bref, Netanyahou a mené une offensive tous azimuts pendant onze jours et onze nuits sans atteindre aucun de ses objectifs ni aucun des chefs de la résistance. Il a été contraint de déclarer un cessez-le-feu inconditionnel. Le fait de voir les colons israéliens fuir dans des abris antiaériens et la fermeture de l'aéroport Ben Gourion ont clairement accru la colère de l'opinion publique à son encontre. Ce fut non seulement un coup dur pour lui, mais aussi une occasion en or pour ses adversaires politiques, qu'ils ont saisie.

Le nouveau gouvernement sera probablement dirigé dans un premier temps par Naftali Bennett, membre du parti d'extrême droite Yamina. Il est considéré comme le leader des colons en Israël, car il soutient la construction de colonies et rejette totalement tout gel de celles-ci. Il appelle également à des solutions militaires, et non politiques, à Gaza.

Bennett a un programme politique de droite clair. Il était le protégé de Netanyahu avant de se retourner contre son mentor. Tout en exigeant des droits civils et politiques complets pour tous les citoyens juifs d'Israël, son racisme assumé l'empêche de soutenir l'égalité des droits pour les Palestiniens. Il soutient le concept du Grand Israël, qui va au-delà des terres situées entre le Jourdain et la mer Méditerranée, ce qui fait de lui un farouche opposant à un État palestinien. Il est plus raciste et plus nationaliste que son maître Netanyahou.

Alors comment un raciste aussi haineux peut-il s'allier à un parti islamiste palestinien et donner la main à son dirigeant, Mansour Abbas, qu'il a décrit comme un "dirigeant courageux", dans un geste sans précédent en Israël depuis sa création en 1948 ? Cette décision a suscité l'étonnement et l'indignation de la plupart de leurs bases électorales respectives et des partisans des partis de droite en général, ainsi que des Palestiniens en Israël et à l'étranger.

La négociation entre Bennett et Abbas a pris beaucoup de temps, et chacun a essayé d'obtenir plus de promesses à présenter à ses partisans pour justifier cette étrange alliance. Dès le début, cependant, ils se sont mis d'accord sur un objectif clair : se débarrasser du "roi Bibi" Netanyahu. Avoir la Liste arabe unie à bord a, apparemment, été le facteur décisif dans la formation du dernier gouvernement de coalition. "Pendant des décennies, les Israéliens arabes [citoyens palestiniens] n'ont eu aucune influence", a déclaré Walid Taha, membre palestinien de la Knesset. "Maintenant, tout le monde sait que nous sommes les voix décisives en matière de politique".

Ce sera sans doute le seul "gain" de cette alliance pour les Palestiniens. Mais c'est une victoire à la Pyrrhus. Comme beaucoup d'autres, je pense que c'est une erreur de s'allier avec cette coalition d'extrême-droite, qui nie fondamentalement l'existence du peuple palestinien et nourrit à son égard hostilité et haine.

Il fallait un changement, ce qui est le slogan du nouveau gouvernement. Mais quel changement peut-on attendre d'un gouvernement de droite raciste, même s'il est paré d'un parti arabe qu'il exhibe devant le monde avec la fierté de sa fausse démocratie ? Mansour Abbas pourra-t-il empêcher toute nouvelle agression sur Gaza, empêcher les forces d'occupation d'attaquer la mosquée Al-Aqsa et les fidèles qui s'y trouvent, garantir que les habitants du quartier de Sheikh Jarrah puissent rester dans leurs maisons, et abroger la loi de 2017 qui menace de démolir des dizaines de milliers de maisons dans les communautés arabes d'Israël ? Par ailleurs, Naftali Bennett tiendra-t-il ses promesses et allouera-t-il 16 milliards de dollars de budgets supplémentaires pour le développement et les infrastructures dans les zones arabes, et garantira-t-il que trois des villages bédouins qu'Israël refuse depuis longtemps de reconnaître se verront accorder un statut légal ? Abbas sera-t-il capable de tenir ses promesses à ses électeurs sur le terrain ?

La liste des questions est longue, et le chemin à parcourir est difficile, mais il a choisi de s'engager dans cette voie et doit, pour sa propre crédibilité, provoquer un changement au sein du gouvernement. Abbas saura avec certitude que si Bennett fait quoi que ce soit contre les Palestiniens, en Israël ou dans les autres territoires occupés, il devra en assumer une partie de la responsabilité.

En tout cas, je ne pense pas que le "gouvernement pour le changement" survivra très longtemps. Mansour Abbas est "le terroriste", dans l'esprit de nombreux Israéliens, au cœur du gouvernement israélien, alors combien de temps l'opinion publique sioniste et les colons accepteront-ils qu'il soit là ? En attendant, le leader vétéran du Likoud fera tout ce qui est en son pouvoir pour déstabiliser le gouvernement et le faire tomber. Avec une coalition aussi chancelante, cela pourrait ne pas être très difficile. Le soulèvement de l'épée de Jérusalem ne l'a peut-être pas tué, et s'il échappe à une peine de prison, nous n'avons peut-être pas fini d'entendre parler de Benjamin Netanyahou dans la politique israélienne.



Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Politique intérieure

Même auteur

Amira Abo el-Fetouh