Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2932 fois

Israël -

Les checkpoints de Cisjordanie : rapport et analyse

Par

> machsomwatch@hotmail.com

Extrait d’un discours de Victoria Buch de MachsomWatch, lors d’une veillée de Peace Now, à l’extérieur de la résidence du Premier Ministre israélien, le 29 novembre 2003

Je crois que les Bantustans ont été prévus comme une phase transitoire "utile" vers leur véritable objectif. Ainsi quel est l'objectif ? Je pense que le but est tout à fait évident : « le Grans Israel » ("Eretz Israel HaShlema") du Jourdain à la mer méditerranéenne, sur lequel les Palestiniens seront remplacés par des colons.
Pour Sharon et Mofaz, les Palestiniens sont des parasites par définition – et non des partenaires potentiels pour la coexistence.

Que veut dire Sharon quand il parle de "Sécurité de l’Etat" ?

Je suis un membre d'une organisation des droits de l'homme de femmes appelée MachsomWatch.
L'organisation surveille les checkpoints militaires qui limitent la libre circulation des Palestiniens en Cisjordanie .
Nous faisons un effort pour augmenter la prise de conscience du public 'Israélien et international de ce qui se produit là. D'ailleurs, MachsomWatch essaye d'agir contre des abus envers les Droits de l'Homme aux checkpoints.


Ce travail est problématique, puisque l'existence même d’une multitude de points de contrôle constitue une violation à grande échelle des droits de l'homme et que les soldats qui dirigent les checkpoints agissent sur les ordres de leurs supérieurs.

Encore, maintenant et toujours, nous réussissons à aider par la médiation entre les Palestiniens et les soldats, ou en fournissant de l'aide dans les cas flagrants qui ne sont pas couverts par des ordres.

Je voudrais vous raconter ce que nous avons vu récemment aux checkpoints dans la région de Nablus et partager également avec vous quelques pensées au sujet des vrais objectifs de la politique de bouclage.

Une grande majorité des barrages de route ne séparent pas les Israéliens des Palestiniens, mais plutôt, ils séparent les Palestiniens des Palestiniens.

En particulier, des villes palestiniennes telles que Naplouse sont entourées par un anneau de checkpoints, qui limitent le mouvement entre la ville et les villages environnants.

Les checkpoints rendent difficile l’accès des villageois aux services de la ville, tels que les boutiques, les hôpitaux, les cliniques, les écoles, les lieux de travail, etc...

Actuellement, dans la région de Naplouse, les checkpoints sont dirigés par des unités d'élite de parachutistes. Leur autre tâche est de procurer la sécurité aux colonies voisines.

Laissez-moi décrire une barrage routier "typique".

Deux ou trois soldats sont postés au milieu de la route, leur travail est de vérifier les pièces d’identité.
Les Palestiniens attendent à une distance derrière une "sainte" barrière en plastique (j'expliquerai dans un moment, pourquoi elle est "sainte").

Des soldats supplémentaires, servant de couverture de sécurité, sont postés tout près. Fréquemment, leurs pistolets sont pointés sur la file d'attente. (Nous avons, par le passé, essayé de discuter avec les soldats qu'effrayer des personnes en dirigeant des pistolets est tout à fait inutile, mais nous n’avons pas réussi.)

Et ainsi les Palestiniens attendent, une heure, et d’autres. et parfois beaucoup plus longtemps. Une personne arrive au début de la file, et est appelée par le soldat. Les pièces d’identité sont montrées, parfois le manteau est ouvert pour montrer qu’il n’y a "aucun explosif", une explication peut être demandée quant à l’endroit où il ou elle se dirige.
Et puis, un soldat de 19 ans détermine si la personne peut passer, selon les ordres de ce jour.


Je n'ai pas trouvé beaucoup de logique dans ces ordres.

Un jour, tout le monde passe, d’autres jours, le checkpoint est fermé à tout le monde.
Pendant un moment, on permet à des des étudiants (jeunes et en bonne santé) de passer, alors que les vieux et les malades sont arrêtés.
Après plusieurs semaines les ordres sont inversés : tout le monde au-dessus d'un certain âge, disons 45 ou 35 ans, peut passer, alors que les étudiants ne font pas partie des ordres.


La population qui n'appartiennent pas aux catégories généralement autorisées à passer doivent fournir des permis spéciaux. L'obtention d'une telle autorisation du DCO (bureau coordonné de zone) n'est pas un amusement, et le nombre de différents permis exigés par les autorités augmente constamment.

Par exemple, un Palestinien avec un certificat de travail en Israël, difficile à obtenir, doit encore obtenir une "laisser-passer de barrage routier".

La semaine dernière nous avons observé la scène suivante : Un Palestinien montre un papier indiquant un rendez-vous dans une clinique de Naplouse.
"Pourquoi ne voyagez-vous pas en ambulance ?" demande le soldat.

"Les ambulances sont chères, je n'en ai pas besoin, je dois juste aller à la clinique".

"Alors vous ne pouvez pas passer. Aujourd'hui seules les urgences médicales en des ambulances sont laissées passer".


Parfois un soldat décide qu'un Palestinien "semble suspect". Alors l'identification du Palestinien est effectuée, et son numéro d'identification est vériféé par l'intermédiaire du téléphone à l'ordinateur des services de sécurité. C'est un ordinateur étonnamment lent.
Le propriétaire de la pièce d’identité attend (souvent pendant des heures) au checkpoint jusqu'à ce que l'autorisation arrive.
Discuter avec les soldats peut avoir comme conséquence une punition d'une attente supplémentaire avant que la pièce d’identité soit rendue, ou pire.

Cette routine n'a pas une bonne influence sur le psyche des soldats. Pour nous, il est pénible d’observer, comment leurs jeunes visages s’obscurcissent, leurs voix deviennent grossières, le langage de leur corps : violent.

Les premières actions de ces garçons en tant qu’adultes sont de devenir des agents de l’occupation, et d’acquérir l'immense pouvoir sur des Palestiniens irrités et fâchés. En même temps, les soldats ont peur. Le mélange est toxique pour leurs âmes.

Ce matin, nous avons rencontré un exemple particulièrement méchant au barrage routier de Beit Furik, sous la forme d’un aficionado de l'ordre.

Ce soldat a consacré seulement une fraction de son temps à vérifier les identités. Comme mentionné ci-dessus, des Palestiniens sont censés attendre derrière une barrière en plastique.

Un Palestinien NE DOIT PAS se déplacer au delà de la barrière, même un peu, à moins d’être appelé. Le soldat peut fermer la barrière pendant un temps indéfini, "pour donner une leçon".

Une fraction significative du temps des soldats est passée à hurler "le point de contrôle est fermée, reculez ! reculez !".

Mais ce soldat de Beit Furik a eu des demandes plus raffinées. Les Palestiniens sont censés attendre sur une seule file.
Des personnes fatiguées qui s’étaient assises sur le bord de la route ont été priées de rejoindre la file.

En outre, son attention s'est concentrée sur deux jeunes hommes qui étaient détenus et exposés tout près en punition.

Ils étaient agenouillés sur la terre pierreuse, avec les mains étroitement liées derrière le dos. Ils étaient censés tourner le dos à la file d'attente, et de baisser la tête.

De temps en temps, le soldat venait vérifier s'ils maintenaient "correctement" la position. Il nous a fallu environ une heure d'appels téléphoniques pour assurer leur libération. Un des détenus nous a dit nous qu'il avait été "en position" pendant environ cinq heures.

Une autre attribution des soldats est la chasse à l’homme sur les personnes qui essaient de contourner le checkpoint.

Ce sont des Palestiniens qui, selon les ordres du jour, ne peuvent pas passer par le checkpoint ou ceux qui sont disposés à se mettre en danger pour éviter l'attente et l’humiliation.

Cette chasse à l’homme se produit à proximité de tous les barrages routiers, mais à Beit Furiq il a une nouveau virage. À cette fin, les soldats ont eu des véhicules tout-terrain à trois roues, de ceux que vous pouvez louer à la plage de Nitzanim pour des besoins récréationnels.

Nous avons observé les soldats revenir en conduisant ces véhicules, avec la "prise" marchant devant eux; ils ont obtenu les acclamations et les félicitations de leurs collègues au checkpoint.

Et ce peut être encore pire. Il y a deux semaines, peu de temps après que nous ayons quitté le checkpoint de Beit Furiq, un garçon de 14 ans a été tué par un soldat. Les soldats ont prétendu qu'il jetait des pierres. Cette exécution sommairee n'est pas devenue une nouvelle significative en Israël.

Une fois, j’ai demandé à un soldat : "Qu’est-ce qui vous s'inquiètent ? Pourquoi pas ne laissez-vous pas un Arabe aller d’un secteur arabe à un autre ? »
Le soldat a répondu avec toute la force de conviction de ses 19 ans : "Ne comprenez-vous pas? Je protège l'Etat d'Israël ! Je vous protège !"

Le Chef d’Etat-Major de l’IDF ne semble pas avoir la même conviction. Récemment, il est parvenu à marmonner que peut-être la politique de bouclage favorise la colère et la violence et met ainsi la sécurité de l’Etat en danger, plutôt que de la servir.

Quatre ex-chefs du service de sécurité générale (Shabak) n'ont pas marmonné. Ils ont énoncé tout à fait fort que les politiques d’oppression et d’humiliation envers les Palestiniens, ainsi que l’installation et le développement des colonies, ne sont pas la manière d'empêcher la terreur. Au contraire, ils ammènent Israël au bord d'un abîme, vers un danger existentiel.

En dépit de ces rapports d’experts israéliens en matière de sécurité, les barrages routiers sont toujours là, totalement opérationnels.

Puis demandons-nous, quel but ils servent dans la politique de Sharon.

On dit au public que c’est dans le but d’appréhender des terroristes. Cette révendication ne tient pas le test de la réalité.

Depuis que Sharon est arrivé au Pouvoir, le terrorisme contre les citoyens israéliens a atteint un niveau sans précédent.

Les terroristes, membres des groupes bien-organisés et bien-placés parviennent à atteindre leurs destinations tout à fait efficacement.
D'autre part, les personnes paisibles ne parviennent pas à mener leurs affaires quotidiennes, et sont déniées d’une vie normale respectable.

Une autre proposition: Sharon a honnêtement pensé que les barrages routiers aideraient contre la terreur, mais il a maintenant réalisé son erreur et s'est embarqué sur le chemin du compromis et des négociations.

N'avons-nous pas eu des nouvelles récemment de sa part au sujet du besoin "de concessions douloureuses" ?

N'y a-t-il pas des négociations en cours ?

Je suis toujours stupéfiée au sujet du nombre de personnes en Israël qui sont disposées à croire, à plusieurs reprises, en ce conte de fée optimiste. C'est du déja-vu; le scénario est connu à l'avance.

La pression pour des négociations monte en Israël et à l'étranger; Sharon déclare qu’il est disposé à négocier et faire des compromis; un retrait purement symbolique de quelques avant-postes de colonies est effectué, et le noeud de fermeture est détaché légèrement; des négociations avec l'Autorité Palestinienne sont lancées (et je pense que Sharon maintient cette Autorité Palestinienne impuissante dans l'existence de sorte qu'il puisse continuer cette farce encore et encore), alors que sur le terrain, la machine de l’occupation continue à broyer efficacement; puis un assassinat d'un chef de Hamas ou du Jihad est commandé, ou un provocation semblable sera effectuée; un enchaînement d’actes de terreur contre les civils israéliens s'ensuivra ; Et Sharon me déclarera "j’ai voulu la paix, mais vous voyez, là il n’y a personne avec qui négocier"; et le public israélien nous répètera avec obéissance "Nous avons voulu la paix, mais il n’y a personne avec qui négocier ".

Une autre possibilité a été soulevée par certains dans la Gauche israélienne, ce Sharon vise un accord permanent sous la forme de Bantustans, selon la recette sud-africaine du bon vieux-temps. La barrière de séparation marque les frontières des futurs Bantustans. Sharon espère négocier un système permanent de ségrégation, se basant sur la faiblesse de l’Autorité Palestinienne.

Je ne crois pas en l’une ou l’autre de ces propositions. Si vous souhaitez établir un Bantustan stable, vous ne commencez pas en le démolissant.

Depuis qu’il est au Pouvoir, Sharon a ordonné la destruction systématique de l'infrastructure politique et économique dans la zone A fortement peuplée des Territoires Occupés, qui sont les Bantustans prévus.
Rappelez-vous la destruction des forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne, des structures et de l'équipement du gouvernement, de l'agriculture, des ateliers, des routes, des lampadaires...

La plupart des Palestiniens vivent maintenant sous le seuil de pauvreté - 2$ par personne et par jour.

Si vous enfermez 3 millions de personnes à clef derrière des barrières dans des Bantustans, sans infrastructure économique et gouvernementale viable, et sans espoir pour un futur meilleur, le résultat sera l’escalade vers un bain de sang.

Cela devrait être clair à toute personne raisonnable, aussi bien dans la population qu’à ceux qui instaurent la politique. Ne soyons pas des gosses nous-mêmes : ce sont des personnes intelligentes et déterminées, capables de planifier à long terme.

Je crois que les Bantustans ont été prévus comme une phase transitoire "utile" vers leur véritable objectif.

Ainsi quel est l'objectif ?
Je pense que le but est tout à fait évident : « le Grans Israël » ("Eretz Israël HaShlema") du Jourdain à la mer méditerranéenne, sur lequel les Palestiniens seront remplacés par des colons.

Pour Sharon et Mofaz, les Palestiniens sont des parasites par définition : et non des partenaires potentiels pour la coexistence. Quand Sharon parle des efforts pour assurer la sécurité de l'Etat, c'est ce qu’il veut dire. En d'autres termes, il vise à répéter, de façon importante, l'"exercice" de 1948."

Avant 1948, il y avait beaucoup de Palestiniens autour de nous, et puis la plupart d'entre eux ont disparu. Il peut y avoir les gens parmi nous qui prétendraient qu'en 1948, cela s'est produit au cours du combat d'Israël pour son existence.

Cependant, maintenant ce n'est certainement pas une guerre pour l'existence, mais plutôt une politique systématique du nationalisme persistant et sans compromis.

Cette politique ammène notre pays au bord de l'abîme existentiel, juste comme le disaient les quatre ex-chefsdu GSS. Et nous ferions mieux de faire quelque chose à ce sujet, de toute urgence..

Source : www.scoop.co.nz/

Traduction : MG

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Checkpoints

Même auteur

Victoria Buch

Même date

29 novembre 2003