Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2385 fois

Palestine -

Les prisonniers sont une métaphore pour tous les Palestiniens

Par

Sufian Abu Zaida est l'ancien Ministre des Affaires aux prisonniers de l'Autorité Palestinienne

En novembre dernier, le premier ministre israélien Ehud Olmert a tendu "une branche d'olivier" pour la paix.
L'une des ses principales offres était de libérer un certain nombre de prisonniers palestiniens sur les près de 9.200, dont certains sont détenus depuis 25 ans, en échange d'un soldat israélien capturé par les Palestiniens près de Gaza en juin dernier.
Olmert a déclaré qu'il incombait aux Palestiniens de répondre à son offre de paix.

Les prisonniers sont une métaphore pour tous les Palestiniens


Photo : Des Palestiniens manifestent dans un sit-in hebdomadaire à Gaza City pour demander la libération de leurs proches des prisons israéliennes (Photo : Hatem Omar, Maan Images)

Les Palestiniens aspirent à une paix véritable. Nos représentants, y compris les responsables du Hamas, ont à plusieurs reprises offert la paix à Israël en échange du droit de vivre librement sur ce qui reste de notre terre.

Cette terre se rétrécit quotidiennement pendant qu'Israël augmente ses colonies pour Juifs-seulement en Cisjordanie et parque les Palestiniens dans ce qui est devenu des prisons à ciel ouvert entourées d'un mur en béton.

Aujourd'hui, je suis techniquement "libre" dans l'une de ces prisons à ciel ouvert, mais pendant 12 ans, j'ai été incarcéré dans les prisons israéliennes.

Mon "crime" était d'être un membre de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP), qui était alors l'unique représentant politique des Palestiniens, et de pratiquer mon droit de résister à l'occupation étrangère. J'ai été emprisonné pour mes convictions : en particulier pour ma conviction que les Palestiniens méritent de vivre en liberté dans notre propre pays.

Mon expérience n'était pas unique. Depuis qu'Israël a occupé pour la première fois la Cisjordanie et la Bande de Gaza en 1967, plus de 600.000 Palestiniens ont passé du temps dans les prisons israéliennes. Certains d'entre eux, comme moi, étaient"coupables" d'avoir exprimé leur conviction politique.

Cependant, la grande majorité, n'ont été jamais eu de procès ou ont été condamnés pour aucun crime - ils étaient simplement coupables d'être Palestiniens.

D'après les propres registres des tribunaux israéliens, sur les plus de 9.200 hommes et femmes palestiniens actuellement emprisonnés, moins de 1.800 ont été jugés et condamnés. Les autres ont été arbitrairement arrêtés et détenus, souvent ils n'ont pas eu le droit à un avocat, et ils ont été systématiquement torturés.

Leurs familles sont rarement autorisées à leur rendre visite, et fréquemment elles ne savent pas où ils sont détenus. En dépit des dizaines d'enquêtes et des dures critiques d'Amnesty International et même des groupes israéliens des Droits de l'Homme, le gouvernement israélien continue à refuser aux Palestiniens emprisonnés leurs droits de l'homme et leurs droits juridiques.

Pendant des décennies, les Palestiniens ordinaires ont vécu avec l'inquiétude qu'un jour, eux ou ceux qu'ils aiment, puissent être pris dans des rafles, avoir les yeux bandés, menottés, et disparaitre pendant des mois ou des années.

C'est un cauchemar que je connais par expérience. Et aucun Palestinien n'est immunisé : aujourd'hui 380 prisonniers palestiniens ont moins de 18 ans, et certains n'ont que 13 ans.

Peu de ces enfants, s'il en existe un, ont été accusés d'un crime. Ils sont régulièrement logés dans les prisons parmi la population adulte dans des conditions effroyables et sujets à la torture physique et psychologique.

Dans un exemple documenté par Defense for Children International, onze enfants palestiniens ont été entassés dans une cellule de seulement 5 mètres carrés.

Les autorités israéliennes refusant de donner des informations, les parents des enfants s'inquiètent de leur sort et désespèrent qu'ils reviennent un jour à la maison.

La plupart des Palestiniens emprisonnés sont, comme moi, des partisans d'une résolution pacifique à notre conflit avec Israël.

En fait, c'est un groupe de prisonniers palestiniens qui ont négocié le "document des prisonniers" en juin dernier, une proposition globale pour une solution pacifique de deux états au conflit Israëlo-Palestinien.

Israël a immédiatement écarté cette expression de paix : peut-être qu'ils ont été embarrassés par la révélation qu'ils avaient emprisonné les personnes avec qui ils devraient négocier.

La situation difficile des prisonniers palestiniens est l'un des sujets les plus forts sur le plan affectif dans la société palestinienne. Les prisonniers sont en effet une métaphore pour tous les Palestiniens.

L'injustice de leur emprisonnement reflète l'injustice de l'occupation de notre nation par Israël ; l'abus et la torture dont ils souffrent reflète la cruauté de nos vies quotidiennes sous occupation ; et la liberté qui leur est refusée nous rappelle notre propre désir d'être un peuple libre dans notre patrie.

La réalité est que tous les Palestiniens vivent, de facto, dans une prison israélienne, dans laquelle nous sommes sujets à des lois du type Apartheid qui limitent gravement chaque aspect de nos vies.

Là où nous sommes autorisés à vivre, étudier, travailler ou voyager est limité parce que nous ne sommes pas juifs, et nous nous retrouvons gouvernés par l'Etat juif.

Et nous continuerons à être emprisonnés jusqu'à ce que nous ayons notre pays souverain et indépendant.

Source : http://imeu.net/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Prisonniers

Même date

11 février 2007