Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2798 fois

Israël -

Netanyahou, la politique du bulldozer

Par

"Bibi le bâtisseur !" L'image peut paraître un tantinet familière. Pourtant, elle illustre bien le foisonnement d'annonces de ces dernières semaines sur la construction dans les colonies juives de Cisjordanie - plus de 1.200 logements - et surtout à Jérusalem-Est où 5.000 nouvelles unités d'habitations sont programmées.

Netanyahou, la politique du bulldozer

Pour Benyamin Netanyahou, l'important est que l'électeur se rende le 22 janvier prochain aux urnes avec une conviction : le Premier ministre sortant et chef du Likoud est un homme que rien ne vient écarter de son slogan de campagne : "Un leader fort à la tête d'un pays fort". Sous-entendu : "Vous pouvez avoir confiance en moi. Le monde a beau multiplier les déclarations entre regrets, condamnations et exaspération, je ne cède pas. La colonisation juive se poursuivra sur la terre d'Israël et dans sa capitale éternelle et indivisible." Foin, donc, des protestations internationales ! Au contraire, le Likoud les accueille avec satisfaction. "C'est tout bénéfice pour nous, affirme une personnalité du parti qui tient à garder l'anonymat. Cela fait tomber les électeurs de droite dans notre escarcelle tout en créant dissensions et polémiques dans le camp adverse. Que demander de plus ?"

La menace du Foyer juif

Mais cette stratégie électorale du "à droite toute" mise au point par l'homme le plus influent du moment auprès de Netanyahou, le conseiller américain Arthur Finkelstein, a un autre but : stopper l'hémorragie des voix de l'aile dure du Likoud au profit d'une liste encore plus à droite, le "Foyer juif", dirigée aujourd'hui par le fringant quadragénaire Naftali Bennett. Ce commandant de réserve issu du prestigieux commando d'état- major, millionnaire du high-tech, mais aussi religieux ultranationaliste, fait un tabac auprès des moins de 30 ans.

Lors d'une simulation de vote dans un grand lycée de Tel-Aviv, le Foyer juif a été crédité de 13 mandats. Si, lors du scrutin, ce résultat était avéré, ce serait alors le troisième parti du pays. On comprend mieux pourquoi depuis quelques semaines l'ennemi numéro un de Netanyahou n'est ni Shelly Yakhimovitch, la dirigeante travailliste, ni Tzipi Livni, qui se présente à la tête d'une nouvelle formation, Tnoua (en français "Mouvement"), et encore moins Eli Yishaï, "patron" de Shas, le parti ultra-orthodoxe séfarade, mais Naftali Bennett avec ses slogans définitifs contre l'État palestinien et pour la colonisation.

Mais pour les différentes ONG qui suivent le développement des colonies, l'argument n'est pas qu'électoraliste. Selon Hagit Ofran, du mouvement La paix maintenant, "les projets sont bien réels et le gouvernement utilise la période électorale pour transformer la réalité sur le terrain, considérant qu'après le scrutin la situation politique pourrait changer en sa défaveur avec des pressions internationales plus fortes". Cela reste à voir.

Carte de Jérusalem-Est

Photo

Voir la carte en grand format sur le lien source : Population data

Source : Le Point

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Colonies

Même date

24 décembre 2012