Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2153 fois

Israël -

Pourquoi Israël est une colonie de peuplement et l'apartheid n'est qu'un des facteurs des systèmes d'oppression appliqués par les régimes coloniaux

Par

Asa Winstanley est journaliste d'investigation originaire du sud du Pays de Galles et vit à Londres. Il écrit sur la Palestine et le Moyen-Orient. Il va en Palestine depuis 2004. Il écrit pour le site d'information palestinien The Electronic Intifada, où il est rédacteur en chef adjoint, et tient également une chronique hebdomadaire pour le Middle East Monitor.

Lorsque j'ai commencé mon voyage dans le mouvement de solidarité avec la Palestine il y a deux décennies, il y avait beaucoup de débats sur la question de savoir si Israël est vraiment un État d'apartheid ou non.
Aujourd'hui, bien sûr, le débat est clos. Même le groupe libéral israélien des droits de l'homme B'Tselem définit maintenant Israël comme un régime d'apartheid.

Pourquoi Israël est une colonie de peuplement et l'apartheid n'est qu'un des facteurs des systèmes d'oppression appliqués par les régimes coloniaux

Un soldat israélien garde un groupe de colons alors que des Palestiniens protestent contre un nouvel avant-poste près de Ramallah en Cisjordanie occupée, le 25 décembre 2020.
Oren Ziv/ActiveStills

À l'époque, en gros, ceux qui s'opposaient - ou du moins remettaient en question - l'utilisation du terme "apartheid" par rapport à Israël avaient deux arguments principaux (que je n'ai jamais trouvés convaincants).

Tout d'abord, ils affirmaient qu'Israël et l'Afrique du Sud ont des histoires très différentes, et qu'il est donc inexact de faire une analogie entre les deux. Cette affirmation était faite à l'époque, et l'est encore aujourd'hui, par les propagandistes d'Israël, pour défendre l'apartheid israélien.

Un second argument, légèrement différent, concédait que si "l'occupation de 1967" de la Cisjordanie et de la bande de Gaza peut être correctement qualifiée d'apartheid, "Israël proprement dit" est en gros une démocratie.

La première affirmation ne tient pas. Ceux d'entre nous qui utilisent le terme d'apartheid pour décrire Israël ne prétendent pas que les histoires de l'Afrique du Sud et de la Palestine sont identiques. Là n'est pas la question. Il y a cependant de nombreuses similitudes.

Comme je l'ai soutenu dans des articles précédents, le point principal est simplement qu'Israël correspond à la définition de l'apartheid selon le droit international - qui s'applique dans le monde entier, et pas seulement en Afrique du Sud.

La deuxième affirmation est également incorrecte à mon avis.

Si la dictature militaire israélienne manifeste, telle qu'elle est appliquée aux trois millions de Palestiniens de Cisjordanie , n'est pas appliquée aux citoyens palestiniens d'Israël, ces derniers n'en sont pas moins soumis à un régime d'apartheid.

Ce sont au mieux des citoyens de seconde classe. Bien qu'ils aient le droit de vote (ce qui n'était pas le cas des Noirs sous l'apartheid sud-africain), ils sont, selon la loi israélienne, traités comme inférieurs aux citoyens israéliens juifs.

La soi-disant "loi sur l'État-nation" de 2018 n'est que la manifestation la plus effrontée de cette réalité. Le groupe palestinien de défense des droits de l'homme Adalah (qui signifie "justice" en arabe) tient une base de données des nombreuses lois israéliennes qui discriminent les citoyens arabes non juifs de l'État.

Celles-ci vont de la déclaration de la loi sur l'État-nation selon laquelle seuls les juifs ont le droit à l'autodétermination nationale au sein d'"Israël", à la loi de retour des années 1950 (qui permet à toute personne juive du monde entier de devenir citoyen d'Israël, même si les réfugiés palestiniens indigènes expulsés se voient refuser leur droit au retour), en passant par toute une série de lois donnant aux citoyens israéliens juifs des droits fonciers supérieurs en Israël par rapport aux Arabes palestiniens.

Ces lois montrent que l'ensemble d'Israël est un État d'apartheid.

Pour comprendre tout cela, en un mot, il est important de connaître un fait central : Israël est un État colonial de peuplement. Le colonialisme de peuplement est un cadre théorique très bien connu dans l'histoire politique et intellectuelle.

S'il est important de comprendre les spécificités d'Israël (en tant que régime juif suprémaciste), il est également crucial de comprendre ses points communs avec d'autres États similaires dans l'histoire - y compris ceux qui survivent aujourd'hui.

Pour cette raison, il est essentiel de comprendre que l'apartheid n'est qu'un des facteurs des systèmes oppressifs appliqués par les régimes coloniaux. (1)

Les États-Unis, par exemple, ont été fondés par des colons aux dépens de la population indigène qui existait déjà sur ces terres depuis des milliers d'années. Les peuples indigènes ont été lentement déplacés dans le cadre d'un projet de génocide qui a duré des centaines d'années. Des millions d'Amérindiens ont été massacrés, soumis à un nettoyage ethnique et à d'autres formes de dépossession, et ceux qui restaient ont été parqués dans des "réserves", généralement sur les terres les plus pauvres.

L'Algérie sous les Français était elle aussi une colonie de peuplement européen, jusqu'à ce qu'elle soit libérée par une lutte populaire de masse menée par la résistance armée du Front de libération nationale en 1962. Les régimes coloniaux de peuplement européens d'Algérie, d'Afrique du Sud et de Rhodésie (connue sous le nom de Zimbabwe après la libération) ont tous pratiqué une politique d'apartheid brutale contre les peuples indigènes qu'ils dominaient, tout comme les colonies de peuplement d'Australie et de Nouvelle-Zélande.

Après beaucoup de sacrifices et de luttes, l'apartheid politique officiel a été vaincu dans toutes ces colonies de peuplement - sauf en Israël.

Aux États-Unis, l'apartheid officiel légalisé contre les Noirs n'a pris fin que dans les années 1960, après une longue et âpre lutte pour les droits civils, qui a déclenché des oppositions violentes. Des injustices systémiques subsistent, comme l'a souligné l'année dernière la dernière vague du mouvement Black Lives Matter.

Le point commun le plus important entre toutes ces différentes colonies de peuplement actuelles et historiques est le rôle unique que les colons eux-mêmes jouent.

Qu'entendons-nous par "colons" ? Nous n'entendons pas par "colons", au sens archéologique du terme, quiconque fonde un nouveau village, une ville ou une autre zone urbaine et "s'installe" sur le territoire.

Dans le contexte politico-historique, nous parlons plutôt des colons comme de ceux qui ont un motif idéologique et/ou religieux et qui - ce qui est crucial - visent à supplanter, dominer, chasser ou massacrer des sociétés déjà existantes. Malgré toutes les différences, tous les États coloniaux mentionnés dans cet article ont cela en commun.

Les colons jouent un rôle clé en tant qu'avant-garde réactionnaire dans tout État colonisateur. Comme ma collègue de l'Intifada électronique Maureen Murphy l'a récemment expliqué, tout comme le rôle joué par les colons blancs européens "frontaliers" dans l'expansion historique des États-Unis : « Israël trouve une utilité dans ses colons violents qui donnent avec enthousiasme l'impulsion finale à un système d'oppression étatique pour forcer les Palestiniens à quitter leur terre ».

Si le mouvement colonialiste sioniste qui a fondé Israël n'a pas perpétré un génocide de masse des Palestiniens, dans le sens d'un massacre à l'échelle industrielle de populations entières (comme l'holocauste nazi), il a en revanche procédé au nettoyage ethnique de plus de la moitié de la population palestinienne indigène. Ce nettoyage ethnique était planifié de longue date et constituait un objectif fondamental du projet sioniste, dès sa fondation dans les années 1880.

Comme l'a exprimé l'universitaire palestinien Joseph Massad dans un important discours à une conférence MEMO de 2019, l'hostilité d'Israël à la démocratie, à l'égalité et aux droits de l'homme n'a pas changé depuis la fondation de l'État en 1948. Selon ses termes : « C'est plutôt la capacité d'Israël, et non son désir, juste sa capacité, de changer la démographie du pays par des expulsions qui est devenue plus contraignante ».

Elle est devenue contraignante grâce à 140 ans de lutte palestinienne contre cette forme particulière de colonialisme européen - celui qui vise à imposer un régime permanent de suprématie juive à la Palestine.


(1) comme il est essentiel de se poser la question : "Si l'apartheid était aboli en Palestine occupée (Palestine 48, Cisjordanie occupée et Gaza sous blocus), la "question palestinienne" serait-elle résolue ? La réponse est dans la question. (note ISM-France)




Source : Middle East Monitor

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Apartheid

Même auteur

Asa Winstanley

Même date

26 janvier 2021