Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2456 fois

Palestine -

Sans vergogne à Ramallah

Par

> amayreh@p-ol.com

Pour obtenir un certificat de bonne conduite d'Israël et de son allié et gardien les Etats-Unis, l'Autorité Palestinienne basée à Ramallah est en train de trahir ce même peuple qu'elle dit représenter et sa cause nationale d'une manière sans précédent de mémoire d'homme.

Sans vergogne à Ramallah


Le général US Keith Dayton, coordonnateur de la sécurité, en visite aux quartiers généraux de la sécurité palestinienne, à la Muqata, à Bethléem, le 17 décembre 2007.

Cette trahison scandaleuse prend de nombreuses formes, dont la "coordination sécuritaire" honteuse avec l'armée d'occupation, au nom de laquelle, pour le compte d'Israël, elle arrête et torture les opposants politiques et l'encourage implicitement à fermer ou saisir les orphelinats et les internats à tendance islamique à Hébron.

On croit aussi très largement qu'il y a une collusion profonde entre Israël et l'Autorité Palestinienne (AP) pour maintenir et même resserrer le blocus hermétique qu'Israël impose depuis un an à Gaz, qui a tué des centaines de personnes et pousse les 1,5 millions d'habitants de l'enclave côtière au bord de la famine.

L'ancien Président Jimmy Carter et le Révérend Desmond Tutu ont récemment eu des mots forts pour décrire la situation scandaleuse à Gaza.

L'ancien Archevêque du Cap a dénoncé "le silence et la complicité" de la communauté internationale, disant que la situation à Gaza "était une honte pour nous tous". Et le président Carter a qualifié le blocus de "crime horrible".

Il est vraiment lamentable que la communauté internationale, dont, assez honteusement, les états arabes clés, garde le silence devant le scandale de Gaza.

L'Autorité Palestinienne conspire activement au maintien du siège néo-nazi sur Gaza, pendant qu'en même temps, elle fait des déclarations publiques stridentes pour le dénoncer. Cela prouve, s'il en était besoin, que la haine de l'AP vis-à-vis du Hamas dépasse de loin ses prétendues préoccupations pour la survie et le bien-être du peuple de Gaza.

Mais, de toutes façons, ce que dit l'AP n'est pas important ; ce qui l'est, c'est ce qu'elle fait, et ce qu'elle fait représente une trahison nationale de la Palestine et des Palestiniens.

Pendant que les voyous de l'armée israélienne assassinent sans répit les Palestiniens innocents à Gaza et privent les habitants affamés et torturés d'électricité et des produits de consommation de base, l'AP continue comme d'habitude à faire des affaires avec Israël, comme si les relations entre les occupants et leurs victimes étaient supposées être basées sur la cordialité et l'amour du prochain.

En fait, les dirigeants de l'AP continuent à rencontrer et embrasser les dirigeants de ce même Etat dont l'armée meurtrière ne cesse de tuer, tous les jours, les femmes et les enfants palestiniens. La toute dernière de ces réunions a lieu pendant que j'écris cet article.

Les dirigeants de l'AP peuvent arguer que "discuter" avec les responsables israéliens est nécessaire pour garantir les intérêts vitaux palestiniens. C'est exactement le même argument que celui avancé par les chefs des conseils juifs sous les nazis (les judenrate), argument utilisé pour justifier leur traîtrise et la trahison de leur peuple.

Mais quels intérêts palestiniens sont garantis ? Israël ne continue-t-il pas à voler toujours plus de terre palestinienne pour y construire davantage d'appartements pour les colons juifs ? Et qu'en est-il de la récente décision israélienne de démolir des milliers de demeures palestiniennes ? Ou l'expansion phénoménale des colonies exclusivement juives à Jérusalem ? En outre, l'AP bassement inféodée au gouvernement Olmert a-t-elle réussi à obtenir que l'armée israélienne retire un seul barrage routier en Cisjordanie ? Ou peut-être l'AP essaie-t-elle de sauver Olmert de son dernier scandale de corruption en "ne lui en demandant pas trop" ?

Les responsables de l'AP font bien sûr des déclarations régulières disant leur déplaisir de voir le vol de la terre palestinienne et la construction des colonies. Cependant, Israël, et même les dirigeants palestiniens eux-mêmes, semblent réaliser que leurs déclarations vaines ne sont que pour la galerie.

Bon, si l'AP est réellement opposée aux crimes israéliens, entre autres l'expansion continue des colonies, pourquoi donne-t-elle l'impression que les discussions avec Israël ne s'attaquent à aucune crise ?

Et pourquoi l'AP a-t-elle invité des responsables israéliens, dont d'anciens ministres, à la Conférence pour l'Investissement en Palestine, la semaine dernière ? Et pourquoi les agences de sécurité de l'AP continuent-elles d'arrêter et de harceler les critiques de l'occupation israélienne, pour le compte d'Israël ?

Aujourd'hui, le réel décideur, dans l'AP, n'est pas vraiment Mahmoud Abbas ou son Premier Ministre de facto Salam Fayyad. Malheureusement, celui qui a le dernier mot, c'est un général américain appelé Keith Dayton, ce même homme qui l'an dernier a tenté, sans y parvenir, d'allumer une guerre civile palestinienne à Gaza, qui aurait pu tuer des dizaines de milliers de Palestiniens. Ce Dayton en réfère directement au néocon sioniste pur et dur Elliot Abrams, qui, en diverses occasions, a indiqué que son but ultime était de transformer le conflit israélo-palestinien en une guerre civile inter-palestinienne.

C'est Dayton qui mène le jeu, donne les instruction et décide qui est payé et qui ne l'est pas. C'est Dayton qui décide qui reste en place et qui est viré. C'est Dayton qui fournit à l'AP les listes concoctées par Israël des Palestiniens qui doivent être arrêtés parce qu'ils représentent une menace à la sécurité d'Israël et donc au processus de paix. C'est Dayton qui va régulièrement dans les villes palestiniennes pour s'informer de l'étau sécuritaire sur l'opposition palestinienne.

C'est Dayton le véritable chef de l'Autorité Palestinienne.

Nous ne parlons pas ici seulement des sympathisants du Hamas. Il y a des centaines de militants non islamiques, dont de nombreux jeunes gens affiliés au Fatah détenus dans les prisons de l'AP, sur aucun autre fondement que la satisfaction des demandes israéliennes.

Le lundi 2 juin, trois de ces détenus ont tenté de se suicider en buvant du shampoing, pour protester contre leur cauchemar.
La soumission de l'AP aux desideratas de l'administration Bush va bien au-delà de la coordination avec l'armée israélienne d'occupation contre les intérêts nationaux vitaux du peuple palestinien.

Au garde-à-vous devant Washington, l'AP n'est de fait pas libre de restaurer l'unité nationale palestinienne en cherchant un rapprochement avec le Hamas.

Au cours de ces dernières semaines, nombre de personnalités palestiniennes indépendantes ont fait d'énormes efforts pour réconcilier le Fatah et le Hamas. Cependant, la direction du Fatah, et Abbas en particulier, a catégoriquement rejeté tous les efforts dans ce sens, insistant sur le fait que le Hamas avait effectué son "coup d'Etat" contre "la légitimité palestinienne". (En vérité, le Hamas a mené un contre-coup d'Etat pour anticiper un coup d'Etat en préparation fomenté par des agents bien connus de la CIA contre le gouvernement démocratiquement élu dirigé par le Hamas).

Il est clair que pendant que l'AP travaille minutieusement avec l'armée israélienne à réprimer toute résistance active à l'occupation en Cisjordanie , la direction du Fatah essaie désespérément de contrecarrer tout éventuel cessez-le-feu à Gaza.

Les tirs de roquettes quasi quotidiens du Fatah à Gaza ont aussi pour but de donner à Israël le prétexte d'envahir Gaza et de massacrer des centaines de milliers de Gazans, y compris vraisemblablement les dirigeants du Hamas, de manière à ce que Gaza soit livrée à nouveau à Abbas et à Muhammed Dahlan sur un plateau d'argent.

N'est-ce pas réellement honteux ?

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Collabos

Même auteur

Khaled Amayreh

Même date

4 juin 2008