Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1401 fois

Gaza -

Un cessez-le-feu est en place, mais ce n'est pas la victoire que voulait Netanyahou

Par

21.05.2021 - Au moment où j'écris ces lignes, il est presque minuit jeudi, et après une réunion de deux heures et demie du cabinet de sécurité israélien, il a été annoncé qu'il y aurait un cessez-le-feu dans l'offensive militaire contre la bande de Gaza, où je vis. Selon le journaliste israélien Yaron Avraham sur la Chaîne 12, l'armée israélienne arrêtera immédiatement ses bombardements sur Gaza, mais ils reprendront si les groupes de résistance palestiniens ne cessent pas de tirer des roquettes en direction de l'État d'occupation.

Un cessez-le-feu est en place, mais ce n'est pas la victoire que voulait Netanyahou

Les Palestiniens descendent dans la rue après que l'accord de cessez-le-feu « mutuel et simultané » entre Israël et le Hamas a pris effet à 2 heures du matin le vendredi 21 mai 2021. [Ashraf Amra-Anadolu Agency]
Le gouvernement égyptien a indiqué aux factions palestiniennes de Gaza qu'un cessez-le-feu avec Israël débutera vendredi à 2 heures du matin. Le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a confirmé que le cabinet de sécurité avait approuvé cette décision à l'unanimité. Les ministres ont convenu « d'accepter l'initiative égyptienne d'un cessez-le-feu mutuel sans aucune condition... ».

Le haut responsable du Hamas, Osama Hamdan, a confirmé les informations et a souligné que « la résistance palestinienne sera prête à répondre à toute violation israélienne. » Al Jazeera a rapporté que Le Caire avait informé le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, qui est basé à Doha, que le cessez-le-feu prendrait effet vendredi à 2 heures du matin.

Plus tôt, des officiers de l'armée israélienne ont affirmé avoir réalisé des gains « sans précédent » au cours des onze derniers jours de bombardement. « Le Hamas est découragé et a subi des coups sérieux », aurait déclaré un officier aux ministres.

Les bombardements ont commencé après que les groupes de résistance palestiniens de Gaza ont réagi à plus de 20 jours de violence israélienne contre les fidèles palestiniens de la mosquée Al-Aqsa et au refus d'Israël d'abandonner son projet d'expulser un certain nombre de familles palestiniennes de leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem. Ces maisons devaient être cédées à des colons juifs illégaux au terme d'une longue procédure juridique mensongère.

Lorsque les groupes de résistance ont répondu aux violations israéliennes, ils ont fixé plusieurs objectifs, notamment la fin du harcèlement et des provocations des colons et de la police dans la mosquée Al-Aqsa, et l'interdiction d'expulser les Palestiniens de Sheikh Jarrah. Les objectifs d'Israël dans le pilonnage de Gaza comprenaient la destruction de l'infrastructure de la résistance et la réimposition du facteur de dissuasion de l'armée.

Dès le premier jour, la résistance palestinienne a surpris Israël par sa capacité à tirer des centaines de roquettes de différentes portées, ce qui a imposé une autre sorte de confinement à environ 70 % d'Israël, qui venait juste de sortir du confinement du Covid, alors que les sirènes de raid aérien retentissaient et que les gens se précipitaient dans les abris anti-bombes. Les roquettes palestiniennes ont même paralysé l'aéroport Ben Gourion.

Malgré les affirmations contraires, les attaques israéliennes sur Gaza ont été une suite d’échec. La première vague a touché deux rassemblements de civils, tuant des enfants à Jabalia et Beit Hanoun. L'armée a utilisé des drones pour identifier des cibles militaires, mais n'en a trouvé aucune. Sans se décourager, elle a continué à cibler des civils tout en prétendant viser des installations et des combattants de la résistance.

Chaque matin, après les bombardements lourds et brutaux de la nuit sur les civils et les infrastructures civiles, le porte-parole de l'armée Avichay Adraee a informé les médias des installations militaires, des lance-roquettes, des tunnels et des combattants qui avaient été visés. En réalité, les bombes et les missiles israéliens ont frappé des immeubles résidentiels, des bureaux gouvernementaux et des infrastructures civiles, y compris des routes et des carrefours stratégiques - ce qui signifie, par exemple, que les ambulances ne pouvaient pas se rendre au principal hôpital Al-Shifa avec des blessés - ainsi que les réseaux de télécommunications, d'eau, d'égouts et d'électricité. Mais surtout, la plupart des victimes sont des civils, principalement des enfants et des femmes.

Lors de ce qui s'est avéré être le dernier jour de l'offensive, l'armée israélienne a affirmé avoir tué 160 combattants palestiniens, dont des hauts responsables, alors que sur les 232 personnes tuées par ses bombes, 65 étaient des enfants, 39 des femmes et 17 des personnes âgées. Les autres étaient des personnes handicapées et d'autres civils. Les affirmations d'Israël ne tiennent pas la route. Il a menti pour tranquilliser sa population et dissimuler ses crimes de guerre pour soulager la conscience de l'inefficace communauté internationale.

L'une des affirmations faites tout au long de la semaine dernière est qu'Israël a endommagé le « métro » du Hamas, un réseau de tunnels utilisé par les combattants de la résistance. Une source de la sécurité a déclaré à la radio de l'armée israélienne qu'il s'agissait d'un exploit stratégique vendu au gouvernement. Selon le journaliste israélien Itamar Eichner, s'exprimant sur la chaîne publique Kan, il s'agissait d'une fausse nouvelle, tout comme la réunion du gouvernement et le vote sur l'initiative de cessez-le-feu proposée par Le Caire. Une enquête menée par la chaîne israélienne TV 11 a révélé que l’histoire du « métro » était une invention israélienne destinée à être vendue comme un exploit militaire auprès du public israélien et international.

Alors que le gouvernement israélien discutait du cessez-le-feu, le service d'information en hébreu Rotter Net soulignait que des roquettes provenant de Gaza tombaient toujours sur Israël. Le général de brigade à la retraite Zvika Vogel a commenté le cessez-le-feu en disant : « La situation sécuritaire actuelle est la plus odieuse depuis 1973. Netanyahu nous vend de fausses histoires qui ne sont pas achetables. Nous n'avons rien d'autre que le drapeau blanc qui est le symbole de la capitulation. Nous sommes handicapés et sans faisabilité opérationnelle. Tout est mauvais pour nous ».

Netanyahu et son équipe de défense, qui ont participé au lancement de l'offensive, se cachent des médias. Un porte-parole des groupes de résistance palestiniens, quant à lui, a pris les ondes pour annoncer le cessez-le-feu et avertir en même temps Netanyahu et l'armée israélienne que toute violation de l'accord ramènerait les roquettes dans le ciel des villes israéliennes.

« C'est un coup dur pour la dissuasion israélienne », a déclaré Gideon Saar, membre de la Knesset israélienne, à propos de ce qui serait un cessez-le-feu unilatéral. « Arrêter l'action militaire sans imposer de restrictions au renforcement du pouvoir et de l'armement du Hamas serait un échec politique dont nous paierons le prix. »

Le commentateur politique et des affaires criminelles de la chaîne de télévision israélienne Channel 13, Aviad Glickman, a écrit sur Twitter : « Il semble que le Premier ministre ait peur d'informer les citoyens de son pays des dernières mises à jour. Du coup, nous avons les infos par Al Jazeera et les médias arabes. »

Selon le partenaire politique de Netanyahou, le député Itamar Ben-Gvir, « le cessez-le-feu est un crachat au visage de la population du sud [d'Israël] ». Il a promis qu'il ne soutiendrait pas la tentative de Netanyahou de bricoler un autre gouvernement de coalition, bien qu'il l'ait soutenu avant l'offensive.

Si Netanyahou pensait vraiment avoir gagné, il aurait posé pour les médias et tenu une conférence de presse pour se vanter de sa victoire. Mais ce que son armée a fait à Gaza est honteux, car elle n'a fait que tuer des civils et détruire leurs infrastructures et leurs installations.

Almog Ben Zikri du Haaretz a rapporté que la résistance palestinienne a tiré 4.369 roquettes sur Israël au cours des 11 jours de l'offensive contre Gaza, dont plus de 300 au cours des 12 dernières heures. L'aile militaire du Hamas a souligné qu'elle était prête pour une longue bataille avec l'État d'occupation, et a répété que son stock d'armes est toujours plein de roquettes artisanales.

La différence, a-t-il noté, est que les combattants de la liberté résilients sont soutenus par le droit international, qui garantit le droit des peuples occupés à résister à la puissance occupante par tous les moyens à leur disposition. La « légitime défense » d'Israël n'a pas cette légitimité. Un cessez-le-feu est peut-être en place, mais ce n'est pas la victoire que voulait Netanyahou.



Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Armement israélien

Même auteur

Motasem A Dalloul

Même date

23 mai 2021