Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3650 fois

Israël -

Etude : "Des hommes d'affaires palestiniens ont investi pour 2,5 milliards de dollars dans les colonies et en Israël en 2010"

Par

L'étude a été conduite par Issa Smeirat, 43 ans, dans le cadre de son DEA. C'est la première étude de ce genre, et ses résultats ont surpris les responsables palestiniens et israéliens, rapporte le quotidien israélien Ha'aretz, qui précise que si ces sommes avaient été investies en Cisjordanie, elles auraient permis la création d'au moins 213.000 emplois.

Selon l'étude, 16.000 hommes d'affaires palestiniens de Cisjordanie , détenteurs d'autorisations permanentes délivrées par Israël pour entrer dans le pays et y faire des affaires, ont créé des entreprises en Israël et dans les colonies des territoires occupés, dont plusieurs usines et compagnies ayant de nombreuses filiales, qui paient toutes des taxes à Israël.

Smeirat a également étudié les raisons qui poussent ces investisseurs palestiniens à investir en Israël et dans les colonies illégales, en particulier depuis que, étant donné la sensibilité de la question, de plus en plus d'organisations, d'activistes et de responsables palestiniens appellent à boycotter Israël et les produits des colonies.

Interviewé par Ha'aretz, le chercheur a déclaré que la sensibilité de cette question empêchait la publication de l'identité des investisseurs, ajoutant que pendant qu'il conduisait sa recherche, le ministre palestinien de l'Economie nationale en Cisjordanie , celui-là même qui a lancé la campagne de boycott des produits des colonies, avait affirmé que l'Accord de Paris n'interdisait pas l'investissement dans les colonies.

Il faisait référence au Protocole sur les Relations économiques, qui est en annexe à l'Accord Gaza-Jéricho, le premier accord de paix signé entre Israël et l'Organisation de Libération de la Palestine le 4 mai 1994.

L'accord a défini les relations entre les deux parties puis a été intégré et supprimé par l'Accord Oslo 2, connu sous le nom d'Accord intérimaire sur la Cisjordanie et la Bande de Gaza des 24 et 28 septembre 1995.

L'étude de Smeirat a été présentée à la fin de l'été dernier à l'Université al-Quds. Le chercheur a obtenu des informations détaillées des Services palestiniens du Commerce et de l'Industrie sur les investisseurs palestiniens en Israël et dans les colonies.

Il a réussi à contacter 540 investisseurs et a remis 420 questionnaires à d'autres investisseurs, mais seuls 374 d'entre eux l'ont rempli et renvoyé. Il a pu également conduire des entretiens directs avec 120 investisseurs.

Son étude révèle que la plupart d'entre eux parlent couramment l'hébreu et plus de la moitié ont 40 ans et plus, ce qui indique que ces hommes d'affaires ont travaillé en Israël avant que l'Etat ne ferme ses frontières aux Palestiniens, au début des années 90.

Environ 23% d'entre eux ont travaillé en tant qu'ouvrier en Israël avant de créer leurs entreprises et commerces, et seuls 0,5% ne parle pas hébreu.

1/5 des investisseurs ont déclaré que leurs entreprises sont en Israël, dans les colonies israéliennes, en Cisjordanie ou à l'étranger ; 1/5 ont dit que leurs investissements se trouvaient seulement en Israël et dans ses colonies.

Environ 60% d'entre eux ont dit que leur toute première expérience d'investissement avait eu lieu en Israël.

Le chercheur a dit que selon lui, la raison principale qui encourage des investisseurs palestiniens à investir en Israël et dans ses colonies réside dans la capacité limitée des investissements palestiniens, principalement depuis qu'Israël contrôle 60% de la Cisjordanie occupée, qu'il contrôle également toutes les ressources naturelles, en particulier l'eau, en plus des restrictions israéliennes sur la liberté de circulation des personnes et des biens, avec un contrôle sur tous les passages frontaliers en Cisjordanie et la fermeture des marchés israéliens aux produits palestiniens.

Les restrictions israéliennes ont eu pour conséquence une montée en flèche des coûts de production en Cisjordanie , comparés aux mêmes coûts en Israël, ceci ajouté à la forte augmentation du prix des terres palestiniennes (à vendre ou à louer), à l'augmentation des prix de l'eau, de l'électricité, et aux longues périodes d'attente que doivent supporter les investisseurs lorsqu'ils importent des matières premières à cause des restrictions israéliennes aux frontières. Ces facteurs augmentent les coûts de production d'environ 30%.

Les capitaux des 16.000 investisseurs palestiniens dans les secteurs de l'Autorité palestinienne sont répartis comme suit : 3.300 investisseurs à Hébron, 3.100 à Ramallah, 4.000 à Naplouse et 2.000 à Bethléem.

Selon Smeirat, les investissements palestiniens s'élèvent à environ 7 milliards de dollars US ; 5 milliards de $ environ ne sont pas investis en Israël et dans ses colonies, mais surtout à l'étranger, en projets ou en actions, un problème qui pose un défi important pour les opportunités d'investissements en Cisjordanie .

Source : IMEMC

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Economie

Même auteur

Saed Bannoura

Même date

21 novembre 2011