Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4204 fois

Grande Bretagne -

Grande Bretagne : Les manifestants contre Agrexco acquittés

Par

> thewallmustfall@hotmail.com

Dans un jugement remarquable, le jeudi 26 janvier 2006, à la moitié du temps réparti à la plaidoirie de la Défense dans le procès des 7 d'Uxbridge, un juge du District a décidé que les sept protestataires anti-Apartheid qui avaient bloqué l'entreprise d'exportation de produits agricoles israéliennes, Agrexco R-U, n'avaient à répondre de rien et que l'affaire était déboutée.

Agrexco est le plus gros importateur de produits agricoles israéliens de l'Union Européenne, et 50% de son capital est détenu par l'Etat d'Israël.
Il importe ses produits des colonies illégales israéliennes de Cisjordanie .

Dans un jugement remarquable, le jeudi 26 janvier 2006, à la moitié du temps réparti à la plaidoirie de la Défense dans le procès des 7 d'Uxbridge, un juge du District a décidé que les sept protestataires anti-Apartheid qui avaient bloqué l'entreprise d'exportation de produits agricoles israéliennes, Agrexco R-U, n'avaient à répondre de rien et que l'affaire était déboutée.

Les charges de violation aggravée et de Refus de quitter les Lieux ont été écartées après que le juge du District Barnes qui siégeait à la Cour des Magistrats d'Uxbridge, ait constaté que la preuve contre les accusés était trop mince pour justifier la poursuite du procès.

Le procès devait durer sept jours mais il s'est terminé au matin du quatrième jour avec les acquittements dramatiques.

Le 11 novembre 2004, les sept protestataires ont réussi à fermer pendant 8 heures le centre de distribution de la plus grosse entreprise israélienne d'exportation de produits agricoles en Grande-Bretagne, en bloquant l'entrée et la sortie du centre de distribution d'Agrexco – Grande-Bretagne, près de Swallowfield Way, à Hayes, Middlesex, et auraient fait perdre à l'entreprise plus de 100,000 £ de bénéfice, qui auraient été injectés dans l'économie israélienne.

Amos Orr, directeur général d'Agrexco Royaume-Uni, a déclaré devant le tribunal que les exportations d'Agrexco depuis Israël et les Territoires Occupés s'élèvent à quelques 700 millions de dollars par an sur un total de 880 millions de dollars qui est le montant annuel de l'ensemble des exportations agricoles israéliennes.
Il a admis que 60 à 70% des importations d'Agrexco provenaient des colonies illégales de Cisjordanie .

La protestation avait été effectuée pour attirer l'attention sur la complicité d'Agrexco, dans le système d'Apartheid qui est instauré dans la loi israélienne. Les accusés ont agi en soutien à la campagne grandissante pour un boycott économique international des produits israéliens.

Mercredi soir, lors d'une réunion publique bondée qui s'est déroulée à l'University of London Union, Malet Street, Londres, l'universitaire Israélo-Britannique, Uri Davis a parlé en soutien à l'action de blocus et du boycott des produits israéliens.

Il a décrit Israël comme étant le seul Etat d'Apartheid aux Nations Unies.

L'action du 11 novembre 2004 était focalisée sur la décision de la Cour Internationale de Justice (CIJ) à la Haye, en juillet 2004, qui a jugé que le Mur d'Apartheid était construit sur la terre palestinienne en violation du droit international et devrait être démantelé immédiatement, et que les colonies illégales devraient être également démantelées.



Les supporters des accusés avaient rassemblé des preuves documentées des opérations commerciales d'Agrexco dans la vallée du Jourdain qui auraient dû être avancées pour prouver sa complicité dans le crime d'Apartheid qui est un crime en vertu de l'article 52 de la Loi de la Cour Criminelle Internationale (ICC) de 2001.

Mais cette défense n'a pas eu besoin d'être argumentée, parce que la référence aux documents d'enregistrement de la Terre Britanniques ont prouvé qu'Agrexco Royaume-Uni avait construit ses portes d'entrée et de sortie sur des terrains appartenant à d'autres personnes et qu'il n'avait aucun droit légal de demander aux protestataires de partir.

Il est également apparu clairement qu'Agrexco ne pouvait pas prouver qu'il commerçait légalement, ne pouvant pas montrer des licenses d'importation Britanniques pour les stocks de fraises qui allaient être livrés le jour de l'action.

L'inspecteur en chef de la police Cumber de Hayes qui a agi en tant que commandant de police sur les lieux du blocus croyait avoir le pouvoir d'arrêter les protestataires qui refusaient de quitter le terrain, mais il n'avait que la parole M. Orr quand il a demandé à qui appartenait la terre sur laquelle les protestataires avaient installé le blocus.

La défense a argué du fait que même s'il était raisonnable que le commandant croie le directeur général d'Agrexco R-U quand il a affirmé que l'entreprise était propriétaire du terrain où se trouvaient la sortie et l'entrée de la propriété, et qu'il a ensuite arrêté les protestataires suite à cette croyance, mais que comme cette croyance était fausse, alors il n'y a plus de raisons pour une condamnation de violation aggravée.

En plus de ça, le témoignage de l'inspecteur en chef, Cumber a été ébralé, par son affirmation devant le tribunal qu'il avait donné aux protestataires l'ordre de quitter la propriété à 10h45.
Deux autres officiers de police présents sur les lieux ont témoignés - comme les accusés – qu'il avait été accordé aux protestataires de rester jusqu'à 11h pour observer 2 minutes de silence en mémoire du jour de l'armistice, le jour du blocus.

Il a affirmé qu'une note de décision de police qui aurait dû documenter l'accord avait mystérieusement disparu des dossiers de police.

La campagne de boycott contre Agrexco continue. Un siete internet qui rassemblera les informations révélées par l'affaire d'Uxbridge sera bientêt lancé.

Agrexco a perdu plus de 100,000 Livres de bénéfices en raison du blocus de 2004.

Lors de la conférence de presse, les protestataires appelleront à d'autres actions directes contre Agrexco.

Les protestataires tiendront une conférence de presse au sujet de la victoire au tribunal et de l'appel au boycott économique des produits israéliens le mardi le 31 janvier 2006.


La conference de presse aura lieu le mardi 31 janvier à 18h30, Conway Hall, Artists Rooms, 25 Red Lion Square, WC1 R4.
Contactez Sam ou Laura
Telephone: (UK) 07845039980
Email: uxbridge7@riseup.net



Participez à la Campagne de Boycott des produits israéliens


Lire l'article de Lena Green sur Agrexco

Source : http://electronicintifada.net/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Grande Bretagne

Même sujet

Boycott

Même auteur

ISM Londres

Même date

30 janvier 2006