Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1460 fois

France -

Le Hamas à la France: Nous souffrons de la Barrière, pas vous.
Jean-Claude Lefort à Douste-Brazy : "Votre déclaration est une triple insulte"

Par

Publiée le 20 octobre 2006

Le Hamas répond durement aux commentaires du Ministre des Affaires Etrangères français, Philippe Douste-Blazy, qui a exprimé son soutien à la construction de la Barrière de Sécurité : "La France devrait comprendre que la barrière est le symbole du racisme et de l'isolement", a déclaré le porte-parole du Hamas.

Le Hamas a répondu durement vendredi aux commentaires du Ministre français des Affaires Etrangères, Philippe Douste-Blazy, qui a exprimé son soutien à la construction de la Barrière de Sécurité : "La France devrait comprendre que la barrière est le symbole du racisme et de l'isolement", a déclaré le porte-parole du Hamas."

Un message publié vendredi par le porte-parole du Hamas, Fauzi Barhum, disait : "Les Palestiniens sont ceux qui souffrent de la barrière de séparation, pas les Français."

De plus, il a fait remarquer : "Notre peuple paye un prix lourd en raison de cette séparation, et le Ministre français des Affaires Etrangères devrait comprendre que la barrière est un symbole d'une séparation raciste et d'un isolement."

Le message dur a été publié après que Douste-Blazy ait donné une interview jeudi sur la chaine de télévision de la communauté juive en France et qu'il ait indiqué que son opinion au sujet de la barrière "avait beaucoup changé" en faveur de sa construction. Douste-Blazy a souligné que son opinion sur le sujet avait changé, et qu'"Israël a un droit à la sécurité."

Douste-Blazy a expliqué le changement de son opinion en disant que : "Bien que, moralement et éthiquement, la barrière me posait un problème, quand j'ai appris qu'elle empêchait 80% des attaques terroristes, j'ai compris que je n'avais pas le droit de penser de cette façon au sujet des Israéliens."

Les commentaires du ministre français des Affaires Etrangères suggèrent un changement de la position de la France au sujet de la barrière de sécurité. En juillet 2004, la France "s'était réjouie" du vote de l'Assemblée Générale aux Nations Unies demandant à Israël de démantèler la barrière.

Pour cette raison, apparemment, la France a souhaité clarifier sa position sur la question et le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères a publié une déclaration vendredi expliquant que l'opinion de la France restait la même et que la question problématique était l'itinéraire de la barrière, et non son existence.

"Bien sûr, nous reconnaissons le droit à Israël de se défendre contre le terrorisme, mais le tracé de la barrière de séparation ne devrait pas être dans les territoires palestiniens", avouait le message.



Paris, le 21 octobre 2006

M. Philippe Douste-Blazy
Ministre des Affaires étrangères
37, Quai d’Orsay
75007 Paris
Monsieur le Ministre,


Dans une déclaration faite jeudi 19 octobre sur TFJ, une télévision de la communauté juive en France, vous avez déclaré que « J'ai beaucoup évolué sur la question du mur de séparation ». Vous avez ajouté que : "Même si moralement et éthiquement pour moi, ce mur posait problème, quand j'ai su qu'il y avait 80% d'attentats en moins là où se dresse ce mur, j'ai compris que je n'avais plus le droit de penser cela vis-à-vis des Israéliens ».

Monsieur le Ministre votre déclaration non démentie constitue une triple insulte :

• une insulte au peuple palestinien qui vit un véritable enfer, que vous semblez ignorer, derrière ce mur de 8 mètres de haut ou derrière la clôture de séparation truffée de barbelés, de caméras et large de 40 mètres. Pourquoi Monsieur le Ministre n’allez-vous donc pas vivre, comme un simple citoyen palestinien, ne serait-ce qu’une semaine en Cisjordanie pour vous faire une idée sur ce point humain ? Je doute que pareille expérience vous conforterait dans votre opinion. Par contre cela vous ramènerait aux réalités que vous méprisez aujourd’hui.

• une insulte au droit international qui, par la voix de la Cour internationale de justice a rendu, le 9 juillet 2004, un avis parfaitement clair qui condamne cette construction et qui demande sa démolition et réparation aux populations victimes. Cet avis précise clairement (article 142) que « Israël ne peut se prévaloir du droit de légitime défense ou de nécessité comme excluant l’illicéité de la construction du mur (…)
En conséquence la Cour juge que la construction du mur et le régime qui lui est associé sont contraires au droit international ». Elle précise, par ailleurs, que les Etats ne doivent en aucun cas accepter cette situation et encore moins lui prêter main forte.

• une insulte à la France qui a de manière constante condamné cette barbarie humaine et une humiliation permanente qui ne constitue en rien un rempart aux attentats mais qui au contraire attise haine et ressentiment entre les peuples. Cette déclaration mine notre influence dans cette région du monde et nous fait basculer, d’un seul coup d’un seul, du côté des positions unilatérales de M. Olmert.


Quand un mur tombait, il y a peu de temps, le monde entier se réjouissait. Aujourd’hui c’est l’inverse : on se réjouit de la construction des murs et les USA s’apprêtent à en construire un, également, à la frontière mexicaine et cela sur une longueur de 1.200 kilomètres.


Monsieur le Ministre,

Votre déclaration ne peut manquer d’être considérée comme appuyant la politique d’occupation et de colonisation du gouvernement israélien puisque ce "mur de la honte" empiète très largement dans les territoires palestiniens ainsi que dans la partie Est de Jérusalem et viole ainsi le tracé de la ligne verte de 1967 qui constitue la référence internationale juridique incontestable s’agissant des frontières d’un futur Etat palestinien.

Il est vrai que, déjà, vous n’avez rien fait contre la construction, par deux entreprises françaises, du tramway reliant la ville de Jérusalem d’Ouest en Est, des entreprises qui ne peuvent pourtant s’ éxonérer du droit international que vous avez a défendre car ce tramway est un élément de consolidation de l’occupation israélienne illégale. Les Conventions de Genève permettaient de vous opposer à ces entreprises pour cette construction. Vous n’avez rien fait.

A tout cela s’ajoute l’arrêt du versement de l’ensemble de l’aide européenne aux territoires palestiniens qui ne manque pas de créer un chaos profitable aux éléments radicaux à qui vous poser des conditions tandis que des conditions identiques ne sont pas posées au gouvernement de M. Olmert. Cet unilatéralisme éloigne tout accord de paix dans cette région qui est la bouche du volcan qui ne cesse de cracher son feu qui embrasse le Proche-Orient.

De même c’est le silence sur l’utilisation par l’armée israélienne d’une nouvelle arme atroce, la DIME (Dense Inert Metal Explosive), qui brûle les et calcine les corps et coupent comme une scie les membres des personnes visées et atteintes. Ignoble. Et vous ne dîtes rien.

Cette déclaration est également à rapprocher de l’inaction absolue, sauf en terme de sanctions, dont fait preuve le Quartet alors que le Président de la République française disait vouloir sa réunion urgente en vue de la tenue d’une Conférence internationale impulsée par la France. Tout ceci est au point mort.

Votre déclaration décrédibilise la position française et va au devant des positions américaines et israéliennes du maintien de l’occupation et de la colonisation qui se développe.

Monsieur le Ministre, quand vous parlez c’est la France qui parle. Quand vous soutenez le mur, c’est la France qui soutient le mur. Quand vous refusez d’agir, c’est la France qui refuse d ‘agir. Quand vous affichez une position identique à celle des américains et des israéliens, c’est la France qui change de position et s’écarte non seulement du droit international mais de toute construction de la paix.

En vérité vous faîtes le jeu des forces qui refusent la paix au Proche-Orient tout en ne manquant jamais de saluer d’un coup de chapeau le Président Abou Mazen qui s’échine à réunir les forces palestiniennes dans un gouvernement d’Union nationale. Cela vous ne le voulez pas de sorte que puisse durer ce conflit ou s’imposer la volonté unilatérale israélienne.

Vos déclarations sont graves, très graves. Elles sont même insensées. Elles appellent une condamnation formelle. C’est ce que je tiens à vous signifier par ce courrier.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à mes salutations distinguées.

Jean-Claude Lefort
Député du Val-de-Marne

Source : http://desertpeace.blogspot.com

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

France

Même sujet

Le Mur

Même auteur

AFP

Même date

24 octobre 2006