Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1984 fois

Grande Bretagne -

Nouvelles tentatives Britanniques de Boycotter les professeurs et les universités israéliennes

Par

Le plus grand Syndicat de professeurs et de maitres de conférence britannique pourrait décider sous peu de recommander à ses 67.000 membres de boycotter les conférenciers et les universités israéliens qui ne déclarent pas publiquement leur opposition à la politique israélienne dans les territoires.

La motion du boycott, qui a été rédigée par la région du sud-est du National Association of Teachers in Further and Higher Education (NATFHE), sera proposé au vote lors de sa conférence nationale annuelle, qui se tiendra du 27 au 29 mai. Cela survient environ un an après le dernier boycott des conférenciers britanniques.

En avril 2005, l'Association Britannique des Professeurs d'Université (AUT) avait décidé d'imposer un Boycott universitaire contre les universités de Bar-Ilan et d'Haifa, mais elle était revenue ensuite sur sa décision. Les deux organisations de conférenciers devraient fusionner début juin.

Contrairement au boycott précédent, qui visait deux établissements spécifiques, la motion actuelle fait référence à tous les conférenciers et à tous les établissements universitaires israéliens.

Maintenant que l'université de Haïfa a menacé l'AUT d'un procès, la motion de NATFHE est plus prudente : au lieu de recommander aux membres du Syndicat de boycotter les établissements israéliens, il demande au syndicat de suggérer à ses membres un boycott.

"La conférence invite ses membres à considérer leur propre responsabilité pour garantir une équité et une non-discrimination dans les contacts avec les établissements éducatifs ou les individus israéliens, et à envisager la pertinence du boycott de ceux qui ne se dissocient pas publiquement de telles politiques." Déclare la motion de NATFHE. Elle encourage également les conférenciers à tenir des réunions sur la question sur les campus.


Politique d'Apartheid

La motion indique explicitement que NATFHE identifiera les politiques israéliennes, en les dénigrant en tant que "politiques d'Apartheid, comme la construction du mur d'exclusion et les pratiques éducatives discriminatoires."

Ronnie Fraser, un membre de NATFHE qui dirige une organisation appelée Academic Friends of Israël, a déclaré qu'il ne pensait pas que toutes les décisions prises à la conférence annuelle aurait un effet immédiat sur la politique de l'association de conférenciers, mais son groupe a invité NATFHE à ne pas discuter du boycott.

Le "travail universitaire ne devrait pas être bloqué pour des raisons politiques", a écrit Fraser au nom de l'organisation. La discrimination "en raison de la nationalité est pernicieuse", a-t'il déclaré, en désignant le discours universitaire comme étant "crucial pour garder ouvert des canaux afin de construire des opportunités de paix."


En plus de la motion sur le boycott, la conférence annuelle discutera également d'une motion condamnant "la partialité indigne" du gouvernement britannique en s'opposant à la victoire du Hamas aux élections palestiniennes et en déclarant que la volonté de NATFHE "est de continuer à protéger et à soutenir les universités et les collèges palestiniens face à l'attaque continuelle du gouvernement israélien."

Au cours de la dernière décennie, le seul pays NATFHE a envisagé de boycotter est Israël.

Zvi Ziegler, un professeur de l'Institut de Technologie Technion-Israël à Haïfa qui dirige le Comité israélien Inter-Sénat des Universités pour la Protection de l'Indépendance Universitaire, a déclaré que si elle était votée, la motion fournirait unejustification aux individus pour boycotter les établissements universitaires israéliens.

"La décision ne sera pas une obligation, mais ce sera une recommandation des Syndicats à tous ses membres" a déclaré Ziegler. "Elle fournit une légitimité aux gens qui veulent boycotter Israël."

Après avoir tiré des leçons de ce qui s'est passé l'an dernier, les conférenciers israéliens ont déjà commencé à organiser des réunions et des conférences pour s'exprimer contre les boycotts universitaires.

Le Comité Inter-Sénat, qui a été établi en 2001 avec à l'origine l'objectif d'empêcher un changement de structure des universités israéliennes, a fait voter par toutes les universités israéliennes des résolutions condamnant les boycotts universitaires et à invité les organisations universitaires à l'étranger – y compris en Grande-Bretagne – de voter des résolutions semblables.

"Nous voulons provoquer une situation dans laquelle les principales organisations disent que les boycotts universitaires sont inappropriés." a dit Ziegler.

"Quand ils sont confrontés à une institution universitaire majeure, les organisations hésiteront à prendre une décision comme celle-ci."

Source : http://www.haaretzdaily.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Grande Bretagne

Même sujet

Boycott

Même auteur

Tamara Traubmann

Même date

10 mai 2006