Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3518 fois

Nabi Saleh -

Appel du père de Ziad Tamimi : "Aidez-nous à faire sortir Ziad de prison"

Par

3 octobre 2012 - Mon épouse Ikhlas et moi vivons dans le petit village de Nabi Saleh, maintenant célèbre pour ses manifestations. Nous avons élevé six enfants - cinq fils et une fille - auxquels nous avons appris l'honnêteté, la chaleur, l'hospitalité et la fierté. Lutter pour la liberté a certainement son prix, et ces dernières années, ma famille a payé le prix fort - de l'insulte aux blessures et à l'emprisonnement, et même la mort.

Appel du père de Ziad Tamimi : 'Aidez-nous à faire sortir Ziad de prison'

La famille Tamimi, avant l'assassinat de Mustafa (à gauche derrière son père)
En décembre dernier, notre fils Mustafa a été blessé à la tête par une balle tirée à bout portant par un soldat israélien. Il est mort le lendemain à l'hôpital. Seule sa mère était auprès de lui quand il est mort, le reste de la famille n'a pu obtenir d'autorisation. Il était mon fils aîné, ma fierté. Il nous manque terriblement.

Ces trois années passées, ma femme et ma fille ont été régulièrement matraqués par les soldats, notre domicile a été maintes fois envahi et nos fils, Oudai, Luai, Majd et Ziad ont tous vu l'intérieur des prisons de l'occupant plus d'une fois. Aujourd'hui, Ziad, le dernier d'entre eux à avoir été arrêté, devait quitter la prison et rentrer à la maison, mais il ne rentrera pas. Pas encore. S'il vous plaît, aidez-nous à le faire sortir.

Lorsque les manifestations contre le vol de nos terres par des colons israéliens ont débuté dans notre village, je savais que mes enfants seraient en première ligne. Je les ai soutenus, tout comme je soutiens ces manifestations, et tout comme je soutiens le droit à chaque individu de défendre sa maison, sa terre, sa famille. Dire que je n'ai pas peur pour mes enfants serait un mensonge. Je suis un vieil homme et j'ai déjà vu une chose ou deux dans ma vie. Je connais le jeu. Mais les dissuader de suivre cette voie serait de l'hypocrisie, et irait à l'encontre de tout ce que j'ai essayé de leur apprendre.

Ma femme et moi avons reçu des dizaines de supporters dans notre humble maison. Nous avons partagé avec eux nos repas et leur avons offert des lits pour la nuit. C'est ainsi que nous vivons. Nous faisons le choix d'offrir notre maison comme lieu de refuge, aux manifestants comme aux visiteurs, pendant les manifestations et entre elles. Nous avons reçu beaucoup en retour.

Notre fils Ziad a été pris, à nouveau, en pleine nuit à la mi-septembre lorsque, à nouveau, des soldats israéliens ont mené un raid contre notre village et notre maison. Les preuves contre Ziad sont si minces que nos avocats ont réussi à obtenir du tribunal militaire israélienne qu'il soit libéré sous caution. Mais le monde extérieur continuera de lui être interdit tant que nous n'arriverons pas à régler une lourde caution de 8000 shekels (1600€), que nous ne pouvons pas payer. Aidez-nous à collecter cette somme pour le libérer.

Nous sommes pauvres et je suis malade. Ziad est notre soutien de famille. Son histoire, notre histoire, n'est pas unique. C'est l'histoire de presque chaque manifestant palestinien et de sa famille. Je demande humblement votre soutien, pour Ziad, mais pas seulement pour lui. Aidez-nous à libérer nos fils et nos filles et soutenez notre lutte pour la liberté.

Sincèrement,
Abd el-Razzaq Tamimi

Photo
Abd el-Razzaq et Ikhlas Tamimi aux funérailles de Mustafa, le frère aîné de Ziad


Communiqué du Comité de coordination de la lutte populaire (PSCC)

Ziad vient d'une famille en lutte. Son frère Mustafa a payé le prix fort lorsqu'un soldat israélien lui a tiré en plein visage l'année dernière, et chacun de ses frères a connu les prisons israéliennes.
Photo

Comme lui et ses frères, des centaines de Palestiniens ont été arrêtés ces dernières années, et beaucoup parmi eux sont dans l'impossibilité de régler les frais d'une défense juridique digne de ce nom, les cautions ou les besoins de base à l'intérieur des prisons. Pour le PSCC, soutenir ces gens est exactement ce que doit faire un mouvement de la base populaire, et c'est la raison pour laquelle nous demandons votre soutien.

Bien que nos ressources soient très faibles, en plus de l'organisation des manifestations, le PSCC garantit aux manifestants une aide juridique de qualité devant les tribunaux militaires israéliens lorsqu'ils sont arrêtés.

Nous voudrions vous exhorter à faire un don unique, ou mieux encore, un don mensuel pour soutenir notre travail, nos efforts dans la construction d'un mouvement de la base populaire fort, et la bataille pour la liberté et la justice en Palestine.

Pour soutenir Ziad Tamimi, les autres prisonniers de la lutte populaire palestinienne, merci de suivre ce lien pour faire un don sécurisé par notre site web.
 
Vous pouvez également transférer de l'argent directement à notre compte bancaire :

Account name: Coordination Committee
Account number: 1205998
Bank: Bank of Palestine PLC
Branch: Ramallah
Bank number: 89
Branch No: 458
Swift code: PALSPS22

Lorsque vous transférez de l'argent à notre compte, merci d'envoyer un email à :
donations@popularstruggle.org
pour nous permettre de suivre les envois de dons.

Source : Popular struggle coordination committee

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Nabi Saleh

Même sujet

Résistances

Même date

5 octobre 2012